MÉCANIQUEHistoire de la mécanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La balistique

C'est sous le nom de balistique que la technique des projectiles produit au xvie et au début du xviie siècle un savoir particulier. Sans doute le jet, au service de l'agressivité de l'homme, appartient à une expérience aussi lointaine que celle des machines simples de la statique, mais l'invention des armes à feu et l'usage de l'artillerie sur des distances très grandes, et avec des angles de tir variés, ont apporté des expériences radicalement nouvelles et provoqué des préoccupations théoriques. En premier lieu, celle de la détermination de la portée en fonction de l'angle de tir, dont il s'avère très vite qu'elle n'est pas indépendante d'une autre analyse plus délicate et moins accessible à l'expérience, la forme de la trajectoire. Encore que les artilleurs de ce temps se contentent volontiers de l'empirisme le plus grossier, les princes, soucieux de l'efficacité militaire, ne dédaignent pas l'appel à la science, et la fonction de mathématicien ingénieur apparaît notamment en Italie, liée aux arsenaux.

La sollicitation en faveur d'une science du jet ne trouve pas devant elle un terrain vierge. On n'a pas attendu les couleuvrines pour s'intéresser au modèle significatif que constitue le mouvement des projectiles, c'est-à-dire à ce mélange de « naturel et de violent » (les deux catégories fondamentales de la tradition aristotélicienne) que réalise le lancer. Ici encore, la spéculation a été active dès le Moyen Âge et à la distinction du « mouvement naturel » et du « mouvement violent », le second seul exigeant l'appel à une causalité externe, s'est ajouté, depuis l'École parisienne du xive siècle, le recours à une notion vicaire, objet de discussions aussi passionnées que confuses, l'impetus. C'est que le besoin se fait jour d'unifier les principes du mouvement, qu'il soit naturel ou violent. Ce n'est tout d'abord qu'un mot, mais on constate qu'à partir de Nicolas de Cues (1401-1464) un trait caractéristique de la réalité que ce mot veut représenter est accepté par tous les auteurs : l'impetus n'a qu'une existence éphémère. Qu'il précède immédiatement le mouvement dont il est le moteur (cas du mouvement violent) ou qu'il naisse dans le mouvement même (cas du mouvement naturel), il s'épuise en agissant.

Ce début d'unification des principes du mouvement entraîne une nécessité nouvelle, celle de rendre compte de l'état médian des mouvements qui commencent par la violence et se terminent de manière naturelle.

Léonard de Vinci (1452-1519) en est un témoin. Reprenant après d'autres l'explication de jeux comme ceux du « globe » (quilles à atteindre avec un hémisphère évidé en guise de boule) et des toupies, son propos manifeste que la répugnance à admettre une mixtion des impetus naturel et violent est en voie d'être dépassée. Mais il manifeste aussi que cette mixtion est conçue comme un conflit et non pas comme une véritable composition. Léonard comprend la limite de portée du jet vertical parce que la lutte entre les impetus dans la même direction se traduit en termes simples d'inégalité décroissante. Il comprend le mouvement de la toupie selon un schéma de lutte analogue grâce à la transposition de l'impetus violent de la rotation en une action axiale. Il se contente de dire que le jet oblique se termine par une chute verticale parce que le mouvement devient purement naturel lorsque l'impetus violent est complètement épuisé, et il ne dit rien de la phase intermédiaire entre la prédominance du violent et celle du naturel, entre le lancer et la chute.

Cette discrétion a l'avantage pour l'histoire de situer très exactement la difficulté rencontrée dans leur progrès par les conceptions du Moyen Âge, et de comprendre pourquoi tout va se jouer sur le raccordement entre mouvement violent et mouvement naturel que paraît exiger l'explication du jet oblique, celui qui intéresse la balistique.

La solution qui se répand au xvie siècle au sujet de la forme de la trajectoire est significative. Entre deux portions rectilignes, l'une inclinée au départ suivant l'angle de tir, l'autre verticale pour la chute finale, on place un raccord circulaire. Mais il est remarquable que l'auteur qui a le plus contribué à la diffusion de ce schéma tripartite, Niccolò Tartaglia (1499 env.-1557) [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Galilée, J.Sustermans

Galilée, J.Sustermans
Crédits : Universal History Archive/ Getty Images

photographie

Archimède

Archimède
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

D'Alembert

D'Alembert
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉCANIQUE  » est également traité dans :

MÉCANIQUE - Mécanique analytique

  • Écrit par 
  • Francis HALBWACHS, 
  • Jean-Marie SOURIAU
  •  • 3 808 mots
  •  • 1 média

La mécanique analytique représente une approche de la mécanique rationnelle qui s'est développée, à partir des travaux de Maupertuis (1744), dans un certain isolement par rapport aux autres branches de la mécanique et de la physique. Le point de départ en est le « principe de moindre action », qui permet de déterminer le mouvement d'un point matériel dans un champ de forces. Si on considère le mo […] Lire la suite

MÉCANIQUE - Liaisons mécaniques

  • Écrit par 
  • Armand GIET
  •  • 9 088 mots
  •  • 12 médias

Les réalisations mécaniques peuvent se classer en deux groupes principaux. D'une part, on trouve les constructions dans lesquelles les différents organes constitutifs n'ont pas de déplacement relatif les uns par rapport aux autres, si l'on néglige les déplacements très petits dus aux déformations élastiques ou élastoplastiques ; on a, d'autre part, les mécanismes dans lesquels le […] Lire la suite

MÉCANIQUE - Mécanismes

  • Écrit par 
  • Robert LE BORZEC
  •  • 1 836 mots
  •  • 9 médias

L'énergie doit généralement se présenter sous forme mécanique pour être utilisée ou transformée, c'est-à-dire comprendre un mouvement et un effort. Le moteur effectue la transformation de l'énergie électrique, potentielle, thermique, etc., en énergie mécanique caractérisée par une certaine puissance ; le récepteur effectue la transformation réciproque. Les […] Lire la suite

ACTION & RÉACTION, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 491 mots

Dans le chapitre « Le principe de moindre action »  : […] L'aire sémantique très large du terme va le conduire, toujours dans le cas de la physique, à d'autres emplois, plus profonds sans doute. « La Nature dans la production de ses effets agit toujours par les moyens les plus simples. [...] Lorsqu'il arrive quelque changement dans la nature, la quantité d'action nécessaire pour ce changement est la plus petite qu'il soit possible. [...] Notre principe […] Lire la suite

BALISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GARNIER
  •  • 2 104 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Balistique extérieure »  : […] La balistique extérieure peut être considérée comme une branche de la mécanique rationnelle. À ce titre, elle cherche à mettre sous forme d'équation le mouvement d'un projectile tiré par une bouche à feu ou celle d'un missile autopropulsé. L'étude comporte le mouvement du centre de gravité du projectile et son mouvement autour de son centre de gravité. […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le principe de causalité dans la physique classique »  : […] Schématiquement, c'est la forme de la trajectoire des astres (planètes, Soleil, étoiles) qui est le premier objet de la physique mathématique. Cette description du déplacement des planètes culmine dans l'œuvre de Ptolémée et, quatorze siècles plus tard, de Copernic. L'astronomie ne formule pas d'hypothèse sur la nature des astres ni sur les causes de leur mouvement : elle en étudie la forme et la […] Lire la suite

CINÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN, 
  • Jeanine MOREL
  •  • 5 740 mots
  •  • 10 médias

La cinématique est la théorie qui, à l'intérieur de la mécanique, a pour objet la description des mouvements des systèmes matériels. Deux notions sont absolument indispensables à l'élaboration de la cinématique sous sa forme classique : celle de solide invariable et celle de temps. Muni d'un espace euclidien dans lequel il peut mesurer des longueurs et situer des points géométriques et des solid […] Lire la suite

CINÉTIQUE DES FLUIDES THÉORIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup DELCROIX
  •  • 10 024 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Collision binaire élastique »  : […] Pour décrire une collision binaire élastique, on peut tout d'abord utiliser les méthodes de la mécanique classique, non relativiste. On assimile les deux particules qui entrent en collision à des masses ponctuelles qui interagissent par l'intermédiaire d'une force centrale dérivant d'un potentiel Φ( r ) ; celui-ci ne dépend que de la distance r entre les deux particules 1 et 2. On obtient alors l […] Lire la suite

COUPLE, mécanique

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 134 mots

Système de deux forces antiparallèles (même direction et sens opposé), de même grandeur, agissant en deux points distincts . Un couple est caractérisé par son moment C , qui est égal au produit de la grandeur commune des forces par la distance entre leurs supports. Le seul effet d'un couple est de créer ou d'empêcher un mouvement de rotation ; l'accélération angulaire d'un solide sur lequel s'appl […] Lire la suite

DELAUNAY CHARLES EUGÈNE (1816-1872)

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 593 mots

Né à Lusigny (Aube), l'astronome français Charles Eugène Delaunay meurt accidentellement à Cherbourg, noyé au cours d'une promenade en barque. Son père, géomètre, et sa mère, fille de cultivateur, s'établirent à Ramerupt en 1818. Charles Delaunay fit ses études au collège de Troyes et entra à l'École polytechnique en 1834. Il en sortit major en 1836 et opta pour l'École des mines. Ayant reçu, à ti […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 novembre 2017 Argentine. Condamnation de tortionnaires du régime militaire.

Le Tribunal fédéral pénal n° 5 de Buenos Aires condamne quarante-huit anciens militaires pour des crimes – actes de torture, exécutions illégales, vols de bébés – commis pendant le régime de dictature (1976-1983) dans l’enceinte de l’École de mécanique de la marine argentine (ESMA), le plus grand centre de torture de la capitale. Vingt-neuf sont condamnés à la prison à vie, dont les anciens officiers Alfredo Astiz, Jorge Acosta et Ricardo Cavallo, et les autres à des peines de huit à quinze ans de détention. […] Lire la suite

12 décembre 1984 France. Liquidation de Creusot-Loire

Après l'ouverture, le 28 juin, d'une procédure de règlement judiciaire, cette décision aboutit au démantèlement du premier groupe français de mécanique lourde. Usinor, pour l'armement et la métallurgie, et Framatome, pour l'énergie et la chaudronnerie, reprendront les principales activités de Creusot-Loire mais en supprimant 1 576 des 7 366 emplois concernés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « MÉCANIQUE - Histoire de la mécanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-histoire-de-la-mecanique/