BLONDEL MAURICE (1861-1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surnaturel et autonomie humaine

Après des années de discussions souvent très vives, la plupart des objections faites à Blondel, tant au nom de la raison qu'à celui de l'orthodoxie catholique, se sont révélées caduques. L'élargissement des études théologiques vers l'exégèse, la patrologie orientale, la philosophie moderne a brisé le cercle étroit en lequel un certain thomisme scolaire s'était enfermé. Depuis 1945, la pensée contemporaine a tenté d'intégrer l'irrationnel et le vécu dans ses nouveaux courants, tels la phénoménologie, l'existentialisme et les diverses formes d'hégélianisme. Le danger serait plutôt dans une certaine dissolution de la raison, qui, n'ayant plus de norme ni d'arêtes précises, se flatte de tout accueillir, alors qu'elle n'a plus de prise. L'influence de Blondel est dès lors menacée, non plus par le rationalisme, mais par les facilités de l'irrationalisme.

S'il fallait indiquer, pour finir, la difficulté majeure de la pensée blondélienne, peut-être la trouverait-on dans l'ambiguïté du terme « surnaturel » en contexte chrétien. Ce mot semble désigner un surcroît (la grâce rédemptrice et déificatrice octroyée à la nature) et un événement (l'initiative divine manifestée par l'histoire du salut dont le Christ est le centre). Mais ce surcroît, comme cet événement, n'est assimilable que s'il est déjà en chacun le principe de tout le développement humain. Pour être véritable, une fin doit être, obscurément mais réellement, première et premièrement normative. Dieu se précède lui-même. Aussi le surnaturel historique suppose-t-il un infini présent et communiqué au principe de l'action, une « théergie » selon le mot de Blondel. Et c'est la suture, la synthèse a priori entre cette communication primordiale et le don ultérieur, qui est le point délicat du blondélisme. Mais il faut reconnaître que ce point est largement à la charge d'u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BLONDEL MAURICE (1861-1949)  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

GUITTON JEAN (1901-1999)

  • Écrit par 
  • Gérard LECLERC
  •  • 736 mots

Écrivain, philosophe, auteur d'une trentaine d'ouvrages qui regardent aussi bien la philosophie que l'exégèse ou l'autobiographie, Jean Guitton s'est inscrit tout au long du xx e  siècle, comme un penseur catholique, particulièrement soucieux d'établir des liens rigoureux entre la raison et la foi. Né dans un milieu catholique de Saint-Étienne, il ressent tout de suite, en fréquentant le lycée pub […] Lire la suite

IMMANENTISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 192 mots

Doctrine philosophique qui rejette la transcendance, c'est-à-dire l'irréductibilité de Dieu (ou bien d'un principe du réel) à ce qui relève des pouvoirs et des limites de l'esprit. Dans ce sens, Spinoza est taxé d'immanentisme ; il conçoit Dieu comme totalement intelligible à la raison. En fait, immanence et transcendance (intériorité et supériorité) vont ensemble chez beaucoup d'auteurs (Dieu est […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TROUILLARD, « BLONDEL MAURICE - (1861-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-blondel/