BLONDEL MAURICE (1861-1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'action et l'infini

Blondel eut très vite le sentiment que la philosophie et la foi avaient en définitive tout à gagner dans l'approfondissement du conflit qui les opposait. De sa rigueur même devait surgir la solution. Si raison et foi semblaient incompatibles, c'est qu'on s'en tenait à des oppositions artificielles sans ramener l'une et l'autre à leur pureté originelle. Si on suit la genèse de la raison, on voit qu'elle est issue de l'action intégralement prise et qu'elle s'en nourrit pour l'éclairer. Et si on cherche à saisir la religion authentique, dont la théologie n'est qu'une traduction, d'ailleurs nécessaire, c'est encore dans l'action qu'on la trouvera. Le christianisme est une vie avant d'être une théorie. L'action est donc « le lieu géométrique » où raison et religion se rencontrent et se vivifient mutuellement sans rien abdiquer de leurs requêtes respectives.

Aussi Blondel se proposa-t-il l'action comme sujet de méditation. L'action, c'est-à-dire l'homme tout entier comme synthèse en marche. Et l'étude de cette marche lui révéla une sorte de cycle. Car elle tend inéluctablement à intégrer volontairement ce qu'elle emploie spontanément et nécessairement. Elle change en fin consciente ce qui est en elle principe vécu, sous peine de se contredire et de se diviser d'avec elle-même. Dès lors, si par-delà les forces naturelles, psychiques et sociales, il est un infini au principe de l'action, celui-ci doit être restitué au terme ; c'est ce que semble manifester l'action superstitieuse qui consiste à infinitiser le fini. Mais cette présence de l'infini pose à l'action un problème qu'elle ne peut résoudre, sans réussir jamais à s'y soustraire. Car intégrer l'infini est impossible, on ne peut que s'intégrer à l'infini. Or cela est impraticable sans une communication libérale de Dieu qui, amorcée en tout esprit comme illumination et motion, peut aller jusqu'à la divinisation qu'annonce le message chrétien.

Ainsi surgit nécessairement dans la dialectique de l'action le problème dit « du surnaturel », selon une formule d'in [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BLONDEL MAURICE (1861-1949)  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

GUITTON JEAN (1901-1999)

  • Écrit par 
  • Gérard LECLERC
  •  • 736 mots

Écrivain, philosophe, auteur d'une trentaine d'ouvrages qui regardent aussi bien la philosophie que l'exégèse ou l'autobiographie, Jean Guitton s'est inscrit tout au long du xx e  siècle, comme un penseur catholique, particulièrement soucieux d'établir des liens rigoureux entre la raison et la foi. Né dans un milieu catholique de Saint-Étienne, il ressent tout de suite, en fréquentant le lycée pub […] Lire la suite

IMMANENTISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 192 mots

Doctrine philosophique qui rejette la transcendance, c'est-à-dire l'irréductibilité de Dieu (ou bien d'un principe du réel) à ce qui relève des pouvoirs et des limites de l'esprit. Dans ce sens, Spinoza est taxé d'immanentisme ; il conçoit Dieu comme totalement intelligible à la raison. En fait, immanence et transcendance (intériorité et supériorité) vont ensemble chez beaucoup d'auteurs (Dieu est […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean TROUILLARD, « BLONDEL MAURICE - (1861-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-blondel/