BLONDEL MAURICE (1861-1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un combat sur deux fronts

Dans l'ensemble, l'enseignement de Blondel fut mal compris et sujet à des attaques inadaptées. Du côté philosophique, on ne voulut souvent y voir qu'une limitation de la raison par la foi. Du côté théologique, on se scandalisa de cette extension de la raison jusqu'à des problèmes qui semblaient, du reste à tort, réservés à la « doctrine sacrée ». Toutefois, dès 1893, Léon Brunschvicg reconnaissait la légitimité formelle de la position blondélienne, et le P. Beaudoin, dominicain, l'encourageait à persévérer dans son orientation. Mais, de façon générale, rationalistes et théologiens se trouvèrent d'accord pour proscrire une étude philosophique des questions que pose la religion révélée : les uns parce qu'ils n'y discernaient aucun sens ; les autres parce que ce sens ne devait se livrer qu'à la foi.

Blondel dut donc se battre sur deux fronts pour faire admettre que la raison ne se nourrit pas de sa propre clarté, car elle deviendrait une stérile pensée de la pensée, mais qu'elle tire des significations de ce qui est d'abord vécu, agi et contraint, et donc apparaît d'abord obscur. Il y a une philosophie de l'art qui ne prétend ni créer ni déduire le beau, mais qui réfléchit sur les démarches des artistes. Pourquoi n'y aurait-il pas une philosophie de la religion qui étudierait d'un point de vue formel les religions pratiquées dans le monde, en particulier le christianisme, sans vouloir les réduire à des systèmes préalablement définis ?

Loin d'être anti-intellectualiste parce qu'il organisait la philosophie autour de l'action, Blondel s'efforçait d'enrichir et d'agrandir la raison en lui rendant et son enracinement vital et sa plus haute fonction, trop méconnue alors en France. Un examen philosophique de la croyance, de la pratique sacramentelle, des notions de grâce et de révélation, par exemple, ne fait pas double emploi avec l'étude théologique, puisque les savoirs ne se distinguent pas par leurs objets matériels mais [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BLONDEL MAURICE (1861-1949)  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

GUITTON JEAN (1901-1999)

  • Écrit par 
  • Gérard LECLERC
  •  • 736 mots

Écrivain, philosophe, auteur d'une trentaine d'ouvrages qui regardent aussi bien la philosophie que l'exégèse ou l'autobiographie, Jean Guitton s'est inscrit tout au long du xx e  siècle, comme un penseur catholique, particulièrement soucieux d'établir des liens rigoureux entre la raison et la foi. Né dans un milieu catholique de Saint-Étienne, il ressent tout de suite, en fréquentant le lycée pub […] Lire la suite

IMMANENTISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 192 mots

Doctrine philosophique qui rejette la transcendance, c'est-à-dire l'irréductibilité de Dieu (ou bien d'un principe du réel) à ce qui relève des pouvoirs et des limites de l'esprit. Dans ce sens, Spinoza est taxé d'immanentisme ; il conçoit Dieu comme totalement intelligible à la raison. En fait, immanence et transcendance (intériorité et supériorité) vont ensemble chez beaucoup d'auteurs (Dieu est […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TROUILLARD, « BLONDEL MAURICE - (1861-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-blondel/