MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri BergsonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le travail de la mémoire

Dans l'« Avant-Propos de la septième édition », Bergson écrit : « Ce livre affirme la réalité de l'esprit, la réalité de la matière, et essaie de déterminer le rapport de l'un à l'autre sur un exemple précis, celui de la mémoire. » Cette thèse en apparence dualiste, tout le livre va s'efforcer de la dépasser. En effet, les philosophes – qu'ils soient idéalistes ou matérialistes, et contrairement au sens commun –, ont dissocié matière et esprit, et opéré une réduction de la métaphysique à la physique. Le sens commun, lui, considère la matière en tant qu'image. Sa perception est aussi sélection et fixation. C'est à cette activité du corps qu'est consacré le premier chapitre. Le dernier et quatrième chapitre en tire les conséquences, tandis que les deux chapitres intermédiaires traitent de la relation de l'esprit au corps. Dans l'optique qui est la sienne, Bergson se rapporte à l'histoire de la philosophie de façon critique. Elle est pour lui, avant tout, un réservoir de problèmes ou d'hypothèses dont les solutions s'avèrent le plus souvent insuffisantes, quand elles ne sont pas source « d'obscurités artificielles ». Ainsi, ceux qui, comme Descartes, font de « l'union de l'âme et du corps » un « fait irréductible et inexplicable », tout comme ceux – « épiphénoménistes » ou « parallélistes » – qui considèrent « la pensée comme une simple fonction du cerveau » ou qui se bornent à constater un parallélisme entre matière et esprit, participent d'un même préjugé qui ne tient pas compte de la réalité.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri Bergson  » est également traité dans :

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme vrai »  : […] Quant à la méthode, le bergsonisme est donc un empirisme , mais qui se distingue de l'empirisme vulgaire et de l'empirisme philosophique traditionnel. Il ne cesse de dénoncer la démarche analytique de ces derniers, la façon dont ils découpent et reconstruisent artificiellement l'expérience, en fonction des exigences de la vie pratique et du langage : de l'expérience ils n'ont gardé que le nom. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bergson/#i_31334

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Dans le chapitre « La mémoire construit le temps »  : […] Un peu comme le temps, la mémoire semble si aisée à comprendre qu’aucune définition n’en serait nécessaire. Mais que se cache-t-il derrière ce mot rempli de pièges ? Qu’est-ce que la mémoire ? La faculté de « stocker » des données ? Cette image nous est devenue familière, avec l’évocation des data emmagasinées dans de gigantesques fermes informatiques remplies de milliers d’ordinateurs. Ou bien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-memoire-notions-de-base/#i_31334

SPIRITUALISME

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 2 202 mots

Dans le chapitre « L'instauration bergsonienne »  : […] Henri Gouhier a bien montré, en particulier dans son introduction à l'édition du Centenaire, que « le bergsonisme se présente comme la prise de conscience d'une situation nouvelle dans l'histoire des sciences ». Tandis que, depuis Descartes, les mathématiques constituaient l'archétype méthodologique par excellence, c'est alors la biologie qui offre un nouveau modèle d'intelligibilité : à travers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spiritualisme/#i_31334

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri Bergson - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-et-memoire/