Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri Bergson Fiche de lecture

Henri Bergson

Henri Bergson

Atypique à son époque, l'œuvre de Henri Bergson (1859-1941) rompt avec les traditions issues du kantisme et de la métaphysique traditionnelle. Matière et mémoire, sous-titré « Essai sur la relation du corps à l'esprit », suit de sept ans sa thèse sur Les Données immédiates de la conscience (1889). Très au fait des recherches scientifiques de son temps, Bergson étudie le « rôle du corps dans la vie de l'esprit ». Pour lui, le cerveau en tant que matière – « une existence située à mi-chemin entre la „chose“ et la „représentation“ » – est un centre d'action, et non une collection de souvenirs. Organe qui permet le rappel du passé dans le présent en vue de l'action, jamais « il ne saurait faire naître une représentation ». Avec ce second ouvrage, Bergson engage la réflexion sur la voie d'une pensée de l'élan vital qui se confond avec les mouvements d'une liberté créatrice.

Le travail de la mémoire

Dans l'« Avant-Propos de la septième édition », Bergson écrit : « Ce livre affirme la réalité de l'esprit, la réalité de la matière, et essaie de déterminer le rapport de l'un à l'autre sur un exemple précis, celui de la mémoire. » Cette thèse en apparence dualiste, tout le livre va s'efforcer de la dépasser. En effet, les philosophes – qu'ils soient idéalistes ou matérialistes, et contrairement au sens commun –, ont dissocié matière et esprit, et opéré une réduction de la métaphysique à la physique. Le sens commun, lui, considère la matière en tant qu'image. Sa perception est aussi sélection et fixation. C'est à cette activité du corps qu'est consacré le premier chapitre. Le dernier et quatrième chapitre en tire les conséquences, tandis que les deux chapitres intermédiaires traitent de la relation de l'esprit au corps. Dans l'optique qui est la sienne, Bergson se rapporte à l'histoire de la philosophie de façon critique. Elle est pour lui, avant tout, un réservoir de problèmes ou d'hypothèses dont les solutions s'avèrent le plus souvent insuffisantes, quand elles ne sont pas source « d'obscurités artificielles ». Ainsi, ceux qui, comme Descartes, font de « l'union de l'âme et du corps » un « fait irréductible et inexplicable », tout comme ceux – « épiphénoménistes » ou « parallélistes » – qui considèrent « la pensée comme une simple fonction du cerveau » ou qui se bornent à constater un parallélisme entre matière et esprit, participent d'un même préjugé qui ne tient pas compte de la réalité.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Henri Bergson

Henri Bergson

Autres références

  • BERGSON HENRI (1859-1941)

    • Écrit par Camille PERNOT
    • 8 128 mots
    • 1 média
    ...reconstruisent artificiellement l'expérience, en fonction des exigences de la vie pratique et du langage : de l'expérience ils n'ont gardé que le nom. Au contraire, l'empirisme bergsonien est un « empirisme vrai », c'est-à-dire radical et intégral qui, d'une part, définit l'expérience pure par la ...
  • PERCEPTION (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 227 mots
    en va de même en ce qui concerne le temps. Nous ne percevons pas le temps, nous percevons dans un temps que nous construisons. « Un chemin “objectivement” plus long peut être plus court qu’un chemin “objectivement” très court [...] si ce chemin paraît à celui qui le parcourt infiniment long », note...
  • SPIRITUALISME

    • Écrit par Dominique JANICAUD
    • 2 195 mots
    Ainsi, Matière et Mémoire part de la réalité de l'esprit comme de celle de la matière, analyse de près les phénomènes de l'aphasie, mais aboutit à cette conclusion, lourde de sens métaphysique, qu'« à aucun degré, en aucun sens, sous aucun aspect » le corps « ne sert à préparer, encore moins à expliquer,...
  • TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 2 724 mots
    ...emparée de moi à un moment donné, de la pause que j’ai effectuée pour écouter un air de musique qui m’est cher. Tout cela relève, nous dit Bergson dans son livre Matière et mémoire (1896), de la « mémoire pure ». Nos mots, répète Bergson, sont des « vêtements trop larges » qui identifient de façon erronée...

Voir aussi