MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri BergsonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une pensée de l'image

Si l'on considère, en effet, la donnée centrale de la conscience, à savoir la mémoire, on ne peut que rejeter ces « hypothèses ». Le souvenir est d'une certaine façon la preuve que tout dans la conscience ne se joue pas au « présent du besoin », et donc qu'il y aurait bien dans le psychisme quelque chose de fondamentalement irréductible au corps. Dans le deuxième chapitre du livre (« De la reconnaissance des images. La mémoire et le cerveau »), Bergson va distinguer deux mémoires : la mémoire habitude acquise par simple répétition mécanique (lors de l'apprentissage, par exemple) et la mémoire singulière, non répétitive. « C'est en soi que le passé se conserve », et non dans le cerveau. Entre passé et présent, souvenir et perception, il existe une différence de nature : le passé se conserve intégralement, « en soi », alors que le présent passe. La matière n'est ni une chose purement extérieure et opaque (selon la conception réaliste) ni une simple représentation (selon la conception idéaliste) mais une « image » : une « image qui existe en soi », c'est-à-dire quelque chose qui « est avant la dissociation que l'idéalisme et le réalisme ont opéré entre son existence et son apparence. »

Les conséquences de telles analyses, reconnues par l'auteur lui-même comme difficiles, sont nombreuses : les rapports entre philosophie et psychologie sont rendus plus complexes. La philosophie doit aussi tenir compte des découvertes faites par les sciences de l'esprit : on verrait fort bien aujourd'hui Bergson s'intéresser aux découvertes des cognitivistes et des partisans d'un matérialisme tel que celui défendu par Jean-Pierre Changeux dans L'Homme neuronal. Dans le champ proprement philosophique, néanmoins, les questions ouvertes par Bergson ont encore un avenir, comme en témoignent les travaux de Gilles Deleuze.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri Bergson  » est également traité dans :

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme vrai »  : […] Quant à la méthode, le bergsonisme est donc un empirisme , mais qui se distingue de l'empirisme vulgaire et de l'empirisme philosophique traditionnel. Il ne cesse de dénoncer la démarche analytique de ces derniers, la façon dont ils découpent et reconstruisent artificiellement l'expérience, en fonction des exigences de la vie pratique et du langage : de l'expérience ils n'ont gardé que le nom. Au […] Lire la suite

PERCEPTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 214 mots

Dans le chapitre « La perception dans le temps »  : […] Il en va de même en ce qui concerne le temps . Nous ne percevons pas le temps, nous percevons dans un temps que nous construisons. « Un chemin “objectivement” plus long peut être plus court qu’un chemin “objectivement” très court [...] si ce chemin paraît à celui qui le parcourt infiniment long », note Heidegger dans Être et Temps . Avons-nous affaire ici à une appréciation « purement subjective  […] Lire la suite

SPIRITUALISME

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 2 202 mots

Dans le chapitre « L'instauration bergsonienne »  : […] Henri Gouhier a bien montré, en particulier dans son introduction à l'édition du Centenaire, que « le bergsonisme se présente comme la prise de conscience d'une situation nouvelle dans l'histoire des sciences ». Tandis que, depuis Descartes, les mathématiques constituaient l'archétype méthodologique par excellence, c'est alors la biologie qui offre un nouveau modèle d'intelligibilité : à travers […] Lire la suite

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Dans le chapitre « La mémoire construit le temps »  : […] Un peu comme le temps, la mémoire semble si aisée à comprendre qu’aucune définition n’en serait nécessaire. Mais que se cache-t-il derrière ce mot rempli de pièges ? Qu’est-ce que la mémoire ? La faculté de « stocker » des données ? Cette image nous est devenue familière, avec l’évocation des data emmagasinées dans de gigantesques fermes informatiques remplies de milliers d’ordinateurs. Ou bien, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-27 juillet 2005 Irak. Assassinats de diplomates par Al-Qaida

mémoire des victimes de Moussayeb ainsi que des enfants tués le 13 à Bagdad. Du 16 au 18, le Premier ministre Ibrahim Al-Jaafari effectue une visite en Iran, la première d'un dirigeant de ce rang depuis vingt-cinq ans. Des accords sont conclus, visant notamment à renforcer la coopération entre les deux pays en matière de sécurité. Le 19, trois membres […] Lire la suite

7-27 février 1997 France. Mobilisation contre le projet de loi sur l'immigration

matière de contrôle des véhicules et de lutte contre le travail clandestin dans les entreprises et en autorisant le relevé et la mise en mémoire des empreintes des demandeurs de titre de séjour étrangers à l'Union européenne. Le 11, cinquante-neuf cinéastes publient un appel à « désobéir pour ne pas se soumettre à des lois inhumaines », dans lequel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri Bergson - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-et-memoire/