MASSORE & TEXTE MASSORÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot hébreu masorah, francisé en « Massore », a ses racines dans l'Ancien Testament (Nomb., xxxi, 16) avec le verbe mâsar (« transmettre » ou « enseigner »). Le sens technique de « tradition » (des Écritures) qu'il prendra chez les juifs ne paraît pas antérieur à la Mishna. La massore est en effet, d'une part, l'activité spécifique des personnalités compétentes — les Ba‘alê ha-Masoret, « maîtres de la massore » — qui, du viie au xe siècle de notre ère, assurèrent, en Palestine et en Babylonie, la fixation définitive des écrits sacrés en langue hébraïque ou araméenne, d'autre part, les indices graphiques résultant de cette stabilisation, devenue péremptoire, des Écritures. Le texte ainsi défini et transmis fut appelé et s'appelle encore « Texte massorétique ».

La massore écrite comprend deux éléments : en premier lieu, des notes marginales (par exemple, la correction, qui reçut le nom de qerê, « à lire », d'un mot marqué dans le texte d'un cercle ou d'un astérisque et que l'on appelle ketib, « écrit ») et des annotations terminales. Le second élément consiste en des signes intratextuels, qui sont de deux sortes : d'une part, tout un système de points-voyelles dont on dota les lettres hébraïques (qui, comme dans les autres langues sémitiques, n'étaient que des consonnes) et grâce auquel on supprimait l'ambiguïté de sens à laquelle prêtait l'écriture purement consonantique (lu dâbâr, dbr signifie « parole », mais « peste » si on le vocalise dêbêr) ; d'autre part, des accents, destinés eux aussi à uniformiser dans la lecture le découpage rythmique et donc la compréhension des textes.

L'histoire massorétique ne fut pas uniforme : elle connut des tâtonnements et même des conflits. La ville de Tibériade se distingua, si bien que, contrairement à ce qui s'était passé pour le Talmud, la Massore qui l'emporta et survécut est palestinienne. Deux familles massorétiques de Tibériade nous sont connues : celle des ben Nephtali et celle des ben Asher. La Massore [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MASSORE & TEXTE MASSORÉTIQUE  » est également traité dans :

CAPPEL LOUIS (1585-1658)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 401 mots

Pasteur réformé et professeur d'hébreu, auteur d'importants ouvrages de critique biblique, frère de Jacques Cappel, lui-même exégète et hébraïsant, Louis Cappel fit ses études à Sedan, grâce à son frère, dont il avait été tenu éloigné par sa parenté catholique pendant plusieurs années. Il devint précepteur d'une fille, Louise, du duc de Bouillon. E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-cappel/#i_11184

GENIZAH DU CAIRE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 274 mots

Le terme araméen genizah (de GNZ, « cacher », « être précieux ») désigne une salle, attenante à la synagogue, destinée à recevoir les manuscrits de la Loi devenus inutilisables par l'usure de l'âge ou la manipulation cultuelle : tenus pour sacrés, car ils contenaient le nom divin, ils ne devaient être ni détruits ni profanés. Par un extrême hasard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genizah-du-caire/#i_11184

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La littérature hébraïque à l'époque médiévale »  : […] Après la lente désagrégation du judaïsme palestinien ( iv e - v e  s.), le centre de gravité du judaïsme s'est déplacé vers la Babylonie, et les maîtres des académies talmudiques de ce pays (les geonim) devinrent les chefs spirituels du judaïsme tout entier, cela jusqu'au xi e  siècle. De toute la Diaspora, on se tournait vers eux pour résoudre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_11184

JÉHOVAH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 194 mots

Barbarisme pris pour le nom propre de Dieu chez les Juifs. Le tétragramme divin YHWH se lisait très probablement à l'origine YaHWeH , à une époque où les voyelles hébraïques n'étaient pas notées. Cependant, par respect pour leur divinité, les Juifs ne prononçaient jamais ce nom dans la liturgie synagogale. Ils lui substituaient soit adônay  : « Se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jehovah/#i_11184

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'essor des communautés occidentales »  : […] À travers l'Empire romain, des communautés juives se sont constituées à la suite de migrations volontaires ou forcées survenues avant et après la ruine de l'État juif antique. À Rome, en Gaule, à Byzance, en Espagne, dans l'Afrique du Nord prémusulmane, ces communautés du premier millénaire ont laissé des souvenirs épigraphiques, architecturaux, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_11184

KARAÏTES, QARAÏTES ou CARAÏTES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 599 mots

La tournure adjectivale « karaïtes » (ou Benè - Miqra , « fils de l'Écriture » ; de l'hébreu qārā  : « lire »), repérable dans les midrashim et traduisible par « biblistes » ou « scripturaires », fut adoptée par les (ou imputée aux) épigones d'Anan, le premier fondateur du groupe des karaïtes ; ceux-ci, au sein du judaïsme, devaient s'affirmer et s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karaites-qaraites-caraites/#i_11184

Pour citer l’article

André PAUL, « MASSORE & TEXTE MASSORÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/massore-et-texte-massoretique/