MISHNA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme hébraïque qui, dans le judaïsme, a commencé par désigner l'ensemble de la loi orale en corrélation avec le texte écrit (mikra), mais en est venu, en fin de compte, à s'appliquer au recueil des halakot rédigé et publié par le patriarche Juda Ier vers le début du iiie siècle.

La Mishna se compose de six ordres (sēdarīm) dont le contenu recouvre aussi bien les prescriptions rituelles et juridiques que l'énoncé de normes éthiques et religieuses. Son élaboration fut une œuvre de longue haleine. Les traités les plus anciens en rapport avec la liturgie du Temple ont été rédigés dans leur forme première par des témoins directs de ce qui s'y déroulait. Les lois de pureté lévitique sont issues de traditions préservées dans les milieux sacerdotaux, cependant que beaucoup de halakot ont leur source dans la jurisprudence effective des tribunaux (battei din) de l'époque des tannaïm. Il arriva aussi qu'on eût recours à la vox populi. La fixation de la règle par déduction à partir du texte biblique s'est trouvée limitée par l'autorité de la tradition (cf. Pessahim, 66 a).

Différents critères ont servi à l'arrangement des halakot : des critères thématiques aussi bien que des critères formels. Les diverses académies des tannaïm, à partir de l'école de Yabné, furent le cadre de cette entreprise. Rabbi Akiva en particulier est considéré comme l'architecte de la Mishna (Sanhédrin, 86 a). Rabbi Juda ha-Nassi (le Saint ou le Prince) mena l'œuvre à son terme, combinant les diverses sources dans un ordre et selon une formulation qui lui sont personnels, tranchant aussi entre les opinions de ses prédécesseurs et de ses collègues. La Mishna une fois publiée devient, en même temps qu'un code légal, le point de départ obligé des discussions qui, en Palestine et en Babylonie, vont donner naissance au Talmud.

—  André PAUL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MISHNA  » est également traité dans :

COMPILATION DE LA MISHNA

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 188 mots

La Mishna, qui signifie en hébreu répétition (de la Loi) désigne d'abord dans le judaïsme la loi orale en corrélation avec le texte biblique (miqra), ensuite le recueil juridique compilé sous la direction du patriarche Juda ha-Nassi (le Prince) dans ses académies de Bet Shearim et de Séphoris en Galilée. Elle com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/compilation-de-la-mishna/#i_8783

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] Une autre riposte à ce que l'on peut considérer comme l'impérialisme méthodologique allemand s'agissant des études bibliques consiste dans les travaux et publications sur l'histoire sociale et littéraire du judaïsme ancien. D'une certaine façon, la Bible, le Nouveau Testament y compris, fait partie de cet univers ancien, dont elle est une pièce intimement solidaire. Il faut noter la participation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_8783

HALAKHA

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 409 mots

Règle de conduite pratique, la halakha (de la racine hébraïque halakh , « aller ») est le guide officiel de la vie religieuse et civile dans le judaïsme. Décrétée par l'autorité compétente (les rabbins) dans des formes déterminées, elle est obligatoire pour tout juif orthodoxe et a force de loi. La halakha constitue donc tout le système légal du judaïsme (par opposition à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halakha/#i_8783

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 503 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La période mishinique (env. Ier s.-230) »  : […] Le retour de captivité, la révolte des Asmonéens et l'indépendance retrouvée, puis perdue (70 apr. J.-C.), favorisent l'éclosion des sectes juives, se réclamant toutes du patrimoine spirituel de la Bible (sadducéens, pharisiens, esséniens, zélotes). Seul le judaïsme pharisien survécut (face à une autre secte issue du judaïsme acceptant pour messie Jésus de Nazareth : les chrétiens). Outre la grand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_8783

JUDA HA-NASSI (135-220)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 595 mots

Patriarche de Judée et rédacteur de la Mishna, Juda ha-Nassi, appelé aussi Juda le Saint ou Juda I er , était le fils du nasi Siméon ben Gamaliel et naquit, selon une tradition haggadique, le jour même de la mort de Rabbi Akiba, pendant les persécutions d'Hadrien. Il fut l'objet, de son vivant même, de la plus grande vénération : sa sagesse, la profondeur de sa spiritualit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-ha-nassi/#i_8783

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rabbins et le Talmud »  : […] Seuls les pharisiens survécurent à la catastrophe de 70. Depuis lors, leur parti s'identifie au judaïsme. Ce n'est que sept siècles plus tard qu'apparut la première exception, les « karaïtes ». Héritière du pharisaïsme, la classe des rabbins (le mot signifie « maître ») se recrutait dans un large éventail social. Durant près de quatre siècles, cependant, le judaïsme palestinien fut dirigé, politi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-la-religion-juive/#i_8783

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le patriarcat en Terre sainte »  : […] Après 135, les maîtres sont pourchassés, l'observance religieuse interdite. Le chef spirituel par excellence, Rabbi Aqiba, est incarcéré à Césarée, puis supplicié avec ses collègues et disciples. Mais cette persécution est trop brève pour dépeupler et ruiner les agglomérations juives ; sous Antonin le Pieux (138-161), la condition faite aux Juifs dans leur pays s'améliore. Un Sanhédrin – Cour sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_8783

LÉVITIQUE LIVRE DU

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 578 mots

Le mot « Lévitique » est la transcription du mot latin Leviticus (Vulgate), décalque du titre grec Leviticon que la version des Septante a donné à l'ensemble des livres qu'on appelle aussi « Troisième Livre de Moïse ». Les juifs dénomment ce même livre par sa première formule, Wayyikera (« Et il appela »). L'apparition du mot s'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-du-levitique/#i_8783

MAIMONIDE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

Né à Cordoue, mort à Fostat (Vieux Caire), Moïse ben Maïmon, dit Maimonide, incarne trois aspects majeurs du judaïsme médiéval. Formé par son père au Talmud et aux philosophes arabes en Espagne, puis au Maroc durant les persécutions des Almohades – persécutions et conversions forcées qui anéantissent le judaïsme d'al-Andalus et d'Afrique du Nord (à l'exception de l'Égypte) –, Maimonide compile un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide/#i_8783

MAIMONIDE (M.)

  • Écrit par 
  • Warren Zev HARVEY
  •  • 1 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la logique à la « Mishneh Tōrāh » »  : […] Maimonide , né à Cordoue, en Espagne, étudia la Bible et le Talmud avec son père, Rabbi Maimon, qui était versé dans l'exégèse rabbinique ; en même temps, il s'adonna aux études scientifiques. Après la conquête de Cordoue en 1148 par la peu tolérante dynastie des Almohades, la famille Maimon dut quitter la ville et pérégrina à travers l'Espagne, l'Afrique du Nord – vivant quelque temps à Fez –, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide-m/#i_8783

SANHÉDRIN

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 812 mots

Terme venant du grec sunedrion (conseil, tribunal, école) et adopté par les Juifs à l'époque du second Temple pour désigner l'institution suprême, politique, religieuse et judiciaire du peuple d'Israël, à savoir une assemblée de soixante et onze membres. Les attributions du Sanhédrin furent d'abord politiques et judiciaires (selon Josèphe, les Évangiles et les sources grecqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanhedrin/#i_8783

TALMUD

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 5 091 mots

Dans le chapitre « La Mishna et la Barayta »  : […] Redoutant la disparition de la Loi orale, les rabbins, qu'on appelle alors tanna‘im (« enseignants »), commencèrent à mettre en ordre la masse des traditions reçues, dans le courant de la deuxième décennie qui suivit la destruction du Temple. Une compilation systématique fut entreprise par l'un des plus fameux docteurs, Aqiba (mort vers 135), et poursuivie par ses disciples, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/talmud/#i_8783

TANNAIM

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 363 mots

Mot hébreu dérivé de la racine araméenne teni , qui signifie « enseigner », « transmettre oralement », tannaim est l'appellation des rabbins des i er et ii e  siècles, de l'époque de Hillel à la rédaction de la Mishna. Les deux siècles de la période des tannaim sont habituel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tannaim/#i_8783

TOSSEPHTA ou TOSEFTA

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 394 mots

Mot hébreu qui désigne le « supplément » à la Mishna. La Tossephta est un recueil de textes tannaïtiques qui n'ont pas été insérés par Rabbi Juda ha-Nassi dans son Code de la Mishna et qui sont appelés, pour cette raison, Baraytot (pluriel de barayta , qui signifie « en dehors », « extérieur »). Cette compilation, la seule qui nous soit parvenue intégra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tossephta-tosefta/#i_8783

Pour citer l’article

André PAUL, « MISHNA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mishna/