BÖLL HEINRICH (1917-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et citoyen allemand « à part entière », Heinrich Böll a reçu pour son œuvre abondante, traduite en trente-cinq langues, de nombreux prix (dont le prix du Groupe 47, le prix Büchner, le prix de la Tribune de Paris et le prix Nobel de littérature en 1972) et a été président du Pen Club international de 1971 à 1974. Ses écrits (romans, nouvelles ou essais) sont indissociables de son expérience amère du national-socialisme et de la guerre, de ses rapports difficiles avec l'Église catholique de son pays, de ses désaccords avec la société ouest-allemande, enfin et surtout, de son amour de l'écriture.

Heinrich Böll et Soljénitsyne

Photographie : Heinrich Böll et Soljénitsyne

L'Allemand Heinrich Böll (à droite), Prix Nobel de littérature en 1972, accueille l'écrivain russe Alexandre Soljénitsyne, après son expulsion d'U.R.S.S., en février 1974. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Catholique sincère, mais peu docile, homme de gauche, mais indépendant, Böll ne s'oppose pas à ce que l'on parle d'« anarchie » à propos de son message, si ce terme signifie toutefois « s'éloigner de la troupe » pour rester fidèle à l'homme, et si l'on y adjoint celui de « tendresse ». Écrivain engagé certes, il refuse de laisser enfermer cette notion dans le jeu d'une simple contestation politique. Il faut plutôt chercher l'origine de son engagement dans l'interrogation permanente de l'écriture « inconsolable » devant l'état du monde. Le terreau d'où surgissent les événements détermine l'objet de cette interrogation, mais le préalable est existentiel et humain. Cette obligation de traiter d'une question, parce que l'on ne peut échapper à telle ou telle interrogation, c'est la « morale du langage », dit Böll. L'écriture, de par sa fonction mystique, son pouvoir d'incarnation, sa liberté absolue, sert un idéal humaniste et chrétien qui veut sauvegarder, jusque dans ses aspects extrêmes de marginalité, de déchéance, l'autonomie, l'authenticité de l'homme. Ainsi son œuvre se présente-t-elle, par-delà la distinction des genres, comme un processus continu d'écriture, tendant à réaliser un programme « d'esthétique de l'humain » – défini dans les Conférences de Francfort (Frankfurter Vorlesungen, 1966) –, dans un climat où le pessimisme se libère dans l'humour, où l'espoir, réfugié dans la tendresse et l'humilité, regroupe, autour des choses simples de la vie, l'impossible communauté humaine et sociale.

Catholique et rhénan...

Dans les essais Sur moi-même (Über mich selbst, 1958) et Trois Jours en mars (Drei Tage im März, 1975), Böll évoque sa naissance, le 21 décembre 1917, à Cologne, et son appartenance à un milieu petit-bourgeois. Son père est maître ébéniste. Élevés dans une foi catholique rigide, ses parents lui donnent cependant une éducation familiale et religieuse tolérante, libérale. « C'est ce libéralisme qui a renforcé ce qui était religieux en moi », affirme-t-il. Son premier souvenir est le retour de l'armée vaincue de Hindenburg, étirant vers les ponts sur le Rhin ses longues colonnes grises. Dans le faubourg de Raderberg, où l'inflation de 1921 a exilé la famille, il trouve, dans la rue, ses camarades de jeu parmi les fils des « rouges ». L'ascension du parti national-socialiste sous les effets de la crise économique de 1930, l'arrivée de Hitler au pouvoir s'illustrent pour lui par deux événements : en novembre 1933, six communistes sont décapités à la hache dans la prison Klingelpütz de Cologne, et l'Église catholique signe le 10 juillet un concordat avec l'État hitlérien. Cependant, le lycéen Böll, qui ne s'engage pas dans les Jeunesses hitlériennes, se livre, grâce à un professeur courageux, à des exercices de contraction de textes sur Mein Kampf : « Je savais, dit-il, ce qui nous attendait. » C'est, en effet, après l'enrôlement dans le S.T.O. qui, en 1938, interrompt l'apprentissage en librairie commencé à Bonn, celui dans la Wehrmacht à l'automne 1939, alors que l'armée allemande entre en Pologne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistante à l'U.E.R. d'études germaniques de l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BÖLL HEINRICH (1917-1985)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années 1950-1965 : les liens du présent et du passé »  : […] Le renouvellement s'effectue, dans les années cinquante, grâce à la génération rassemblée, sans organisation rigide, autour du Groupe 47. Refusant les idéologies, ces écrivains veulent affronter la réalité de la « reconstruction adenauerienne » où ils analysent les survivances morales du passé. C'est l'ère d'un « réalisme critique » où la description sociologique s'allie aux recherches formelles […] Lire la suite

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Groupe 47 : exigences et perspectives »  : […] Dans l'esprit de ses fondateurs fortuits, le Groupe 47 répond à une double exigence. Tout d'abord à une exigence politique. Il n'est pas exagéré de dire qu'il incarne la version allemande de l'engagement, tel qu'on l'entend en France dans les années 1945-1950, c'est-à-dire de l'engagement à gauche au sens large, puisque l'Allemagne nouvelle doit se définir à la fois contre la restauration capitali […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'imaginaire et le mémoriel : mémoire sidérée, mémoire greffée »  : […] Œuvre inaugurale, Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart (1959) est un raccourci symbolique du martyrologe juif depuis les meurtres de York en 1185 jusqu'à Auschwitz. Ernie est le dernier maillon de la chaîne des Justes qui avaient assuré la perpétuation du peuple par la « sanctification du Nom » sur tous les bûchers du monde. Au seuil de la chambre à gaz, dans une ultime envolée mystique, qu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michèle MONTEIL, « BÖLL HEINRICH - (1917-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-boll/