BÖLL HEINRICH (1917-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et citoyen allemand « à part entière », Heinrich Böll a reçu pour son œuvre abondante, traduite en trente-cinq langues, de nombreux prix (dont le prix du Groupe 47, le prix Büchner, le prix de la Tribune de Paris et le prix Nobel de littérature en 1972) et a été président du Pen Club international de 1971 à 1974. Ses écrits (romans, nouvelles ou essais) sont indissociables de son expérience amère du national-socialisme et de la guerre, de ses rapports difficiles avec l'Église catholique de son pays, de ses désaccords avec la société ouest-allemande, enfin et surtout, de son amour de l'écriture.

Heinrich Böll et Soljénitsyne

Heinrich Böll et Soljénitsyne

photographie

L'Allemand Heinrich Böll (à droite), Prix Nobel de littérature en 1972, accueille l'écrivain russe Alexandre Soljénitsyne, après son expulsion d'U.R.S.S., en février 1974. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Catholique sincère, mais peu docile, homme de gauche, mais indépendant, Böll ne s'oppose pas à ce que l'on parle d'« anarchie » à propos de son message, si ce terme signifie toutefois « s'éloigner de la troupe » pour rester fidèle à l'homme, et si l'on y adjoint celui de « tendresse ». Écrivain engagé certes, il refuse de laisser enfermer cette notion dans le jeu d'une simple contestation politique. Il faut plutôt chercher l'origine de son engagement dans l'interrogation permanente de l'écriture « inconsolable » devant l'état du monde. Le terreau d'où surgissent les événements détermine l'objet de cette interrogation, mais le préalable est existentiel et humain. Cette obligation de traiter d'une question, parce que l'on ne peut échapper à telle ou telle interrogation, c'est la « morale du langage », dit Böll. L'écriture, de par sa fonction mystique, son pouvoir d'incarnation, sa liberté absolue, sert un idéal humaniste et chrétien qui veut sauvegarder, jusque dans ses aspects extrêmes de marginalité, de déchéance, l'autonomie, l'authenticité de l'homme. Ainsi son œuvre se présente-t-elle, par-delà la distinction des genres, comme un processus continu d'écriture, tendant à réaliser un programme « d'esthétique de l'humain » – défini dans les Conférences de Francfort (Frankfurter Vorlesungen, 1966) –, dans un climat où le pessimisme se libère dans l'humour, où l'espoir, réf [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistante à l'U.E.R. d'études germaniques de l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BÖLL HEINRICH (1917-1985)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 21 068 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les années 1950-1965 : les liens du présent et du passé »  : […] du « miracle économique ». L'anti-héros de cette période, le personnage qui incarne la persistance d'une certaine Allemagne, c'est le petit-bourgeois, Heinrich Böll peint les milieux catholiques rhénans en morcelant et en multipliant les perspectives, comme dans Billard à neuf heures et demie (1959). La même année, Uwe Johnson ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_49775

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Groupe 47 : exigences et perspectives »  : […] Il faut, selon l'expression de Weyrauch, bannir la « langue de l'esclavage », tourner le dos à la « calligraphie ». À ses débuts, Heinrich Böll confie ses difficultés à écrire, ne serait-ce qu'une demi-page de prose. Pratiquer la « table rase » (Kahlschlag) pour reconquérir un langage, tel doit être le premier impératif. On en trouve une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-47/#i_49775

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 492 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'imaginaire et le mémoriel : mémoire sidérée, mémoire greffée »  : […] En Allemagne, Heinrich Böll dit, dans des romans, comme Rentrez chez vous, Bogner (1953) et Les Enfants des morts (1954) quelles sont les répercussions de la catastrophe : la mise à mort de l'humain, le mensonge et le déni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_49775

Pour citer l’article

Michèle MONTEIL, « BÖLL HEINRICH - (1917-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-boll/