Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WOLF CHRISTA (1929-2011)

Christa Wolf, écrivain de la mémoire - crédits : Rainer Jensen/ EPA

Christa Wolf, écrivain de la mémoire

Comme Günter Grass de deux ans son aîné, Christa Wolf (née Ihlenfeld), appartient à une génération qui a payé un lourd tribu à l'histoire. Née en 1929 dans une petite ville de Poméranie orientale, Landsberg an der Warthe (aujourd'hui Gorzow Wielkopolski), elle avait un peu plus de dix ans lorsque les troupes de Hitler envahirent la Pologne. Issue d'une famille de petits commerçants qui sans être d'ardents défenseurs du nazisme n'en furent pas non plus des détracteurs acharnés, elle se forma d'abord à l'école des maîtres du moment et de leurs mouvements de jeunesse.

Au début de l'année 1945, lorsque l'avancée de l'Armée rouge jeta la famille Ihlenfeld, avec des millions d'autres Allemands, sur les routes de l'Ouest, la rencontre de l'adolescente avec un détenu d'un camp de concentration rescapé de la Marche de la mort cristallisa une prise de conscience douloureuse et décisive, que Christa Wolf a relatée par la suite dans Trame d'enfance. L'effondrement des certitudes transmises par l'éducation du national-socialisme, le sentiment d'avoir sa part dans la culpabilité collective incitèrent la jeune fille à s'engager pour une Allemagne nouvelle.

La famille Ihlenfeld s'installe dans la zone d'occupation soviétique qui va devenir la République démocratique allemande en 1949. C'est l'année où la jeune femme adhère au S.E.D. (Parti de l'unité socialiste). Plus tard, en 1987, faisant allusion à ce « changement d'optique » si déterminant dans sa vie, Christa Wolf constatera que sa « génération a troqué trop tôt une idéologie contre une autre, qu'elle est venue tardivement à l'âge adulte, avec ses réticences, et que certains ne sont d'ailleurs jamais devenus des êtres adultes, j'entends par là, [dit-elle] mûrs, autonomes. » Toute l'œuvre de Christa Wolf reflète ce long chemin vers la maturité, l'autonomie, la lucidité.

Après des études de lettres à Leipzig et son mariage avec le critique littéraire et essayiste Gerhard Wolf, qui deviendra plus tard éditeur, Christa Wolf travaille à l'Union des écrivains et commence à publier : d'abord une nouvelle, Die Moskauer Novelle (La Nouvelle de Moscou), puis un roman, Der geteilte Himmel en 1963 (Le Ciel partagé), qui révèlent un talent très prometteur, tout en restant proches des canons esthétiques définis par les théoriciens du socialisme démocratique.

En 1968, la publication du roman Nachdenken über Christa T. (Christa T.) lui vaut des critiques virulentes de la part des autorités du pays. On lui reproche de réhabiliter des valeurs bourgeoises, telles que la subjectivité ou l'intériorité. Raconter signifie pour la romancière, comme pour Anna Seghers dont elle publie la biographie en 1965, « inventer en toute vérité sur la base de sa propre expérience ». En analysant dans son roman le conflit fatal entre l'évolution historique de la R.D.A. et l'épanouissement de l'individu, l'écrivain plaide pour le droit à « l'authenticité subjective ».

Après cette crise, Christa Wolf ne renoncera plus jamais au principe qu'elle vient de revendiquer non seulement pour elle, mais pour la littérature. Elle se consacre à l'œuvre qui sera l'une des pièces maîtresses de sa création littéraire, Kindheitsmuster (Trame d'Enfance, 1976). L'écriture devient exploration de la mémoire. Christa Wolf, qui est convaincue que le passé n'est pas tout à fait mort et continue à déterminer le présent, aussi longtemps que le travail de deuil n'a pas été accompli, invente à partir de son expérience personnelle une nouvelle structure narrative pour ce récit autobiographique.

Les années suivantes, marquées en R.D.A. par de graves crises dans les milieux intellectuels (l'affaire Wolf Biermann[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Christa Wolf, écrivain de la mémoire - crédits : Rainer Jensen/ EPA

Christa Wolf, écrivain de la mémoire

Autres références

  • VILLE DES ANGES (C. WOLF) - Fiche de lecture

    • Écrit par Nicole BARY
    • 1 038 mots
    • 1 média

    Répondant à l'invitation d'une fondation américaine, Christa Wolf arrivait à l'automne de 1992 à Los Angeles où elle devait séjourner plusieurs mois. Dix-huit ans plus tard parut en Allemagne le long récit Stadt der Engel oder the Overcoat of Dr Freud (Ville des anges ou the Overcoat...

  • ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

    • Écrit par Nicole BARY, Claude DAVID, Claude LECOUTEUX, Étienne MAZINGUE, Claude PORCELL
    • 24 585 mots
    • 29 médias
    ...introduit un héros aux attitudes et aux sentiments contradictoires (Johannes Bobrowski, Le Moulin à Lévine, 1964 ; Franz Fühmann, König Œdipus, 1966 ; Christa Wolf, Le Ciel partagé, 1963 ; Günter de Bruyn, L'Âne de Buridan, 1968 ; Jurek Becker, Jakob le menteur, 1968). L'œuvre qui domine incontestablement...

Voir aussi