OPITZ MARTIN (1597-1639)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théoricien de la poésie baroque, Martin Opitz est considéré comme le « père de la poésie allemande ». Né en 1597 à Bunzlau, en Silésie, il est issu de la petite bourgeoisie luthérienne et fera une carrière brillante d'homme de lettres et de diplomate. Son sens politique lui permettra de traverser la période troublée de la guerre de Trente Ans en tirant habilement parti des circonstances. Avec la publication d'un premier recueil de poèmes en latin, et, en 1617, d'un discours, Aristarchus, où il défend la valeur poétique de la langue allemande, il se pose, dès le départ, à la fois comme poète et comme théoricien. Lors de ses études commencées à Heidelberg en 1619, il rencontre le cercle des poètes formé autour de Zincgref et soutient la cause calviniste. Chassé par l'arrivée de l'armée espagnole, il se réfugie en Hollande où il fait, en 1620, la connaissance de Daniel Heinsius, qui est le modèle pour lui du poète moderne. Il part en Jutland, y termine en 1621 son Trostgedicht, long poème épique sur les horreurs de la guerre, puis revient en Allemagne, trouve une place de professeur en Transylvanie, et compose un éloge de la vie à la campagne, Zlatna. De retour en Silésie, mécontent d'une édition de ses poèmes de jeunesse publiés en 1624 par Zincgref sans son accord, il rédige en cinq jours son ouvrage capital, le fameux Buch von der deutschen Poeterey (Traité de la poésie allemande). Première poétique baroque, cet essai donnera une impulsion décisive à la poésie allemande moderne. Opitz construit le vers allemand en se fondant non pas sur la quantité des syllabes comme dans les langues romanes, mais sur leur poids, donné par l'accentuation. Pour obtenir un rythme régulier, il conseille une alternance de temps forts et de temps faibles selon le schéma iambique ou trochaïque. L'alexandrin, son vers favori, constitué de six mesures iambiques, aura une grande posté [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée d'allemand, maître de conférences à l'université Paris-IV

Classification


Autres références

«  OPITZ MARTIN (1597-1639)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le programme d'une renaissance nationale »  : […] La théorie joue un rôle décisif. Grammairiens et philologues s'emploient à mettre en lumière les vertus de la langue nationale. Parmi les plus influents, il faut citer Schottel, que Leibniz n'aura garde d'oublier lorsque, à la fin du siècle, il plaidera à son tour la cause de l'allemand pour en développer l'usage dans le domaine intellectuel et scientifique. Quant aux innombrables traités de poéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_90448

FLEMING PAUL (1609-1640)

  • Écrit par 
  • Hélène FEYDY
  •  • 670 mots

Poète baroque allemand, Paul Fleming est l'un des meilleurs représentants du lyrisme de son siècle. Fils d'un pasteur luthérien, il est né le 5 octobre 1609 à Hartenstein, en Saxe. Remarqué pour sa précocité, il est envoyé, dès l'âge de douze ans, à l'école Saint-Thomas de Leipzig. Il sera l'élève du maître de chapelle Hermann Schein, auteur de villanelles dont la simplicité de style et la musical […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-fleming/#i_90448

Pour citer l’article

Hélène FEYDY, « OPITZ MARTIN - (1597-1639) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-opitz/