FLEMING PAUL (1609-1640)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète baroque allemand, Paul Fleming est l'un des meilleurs représentants du lyrisme de son siècle. Fils d'un pasteur luthérien, il est né le 5 octobre 1609 à Hartenstein, en Saxe. Remarqué pour sa précocité, il est envoyé, dès l'âge de douze ans, à l'école Saint-Thomas de Leipzig. Il sera l'élève du maître de chapelle Hermann Schein, auteur de villanelles dont la simplicité de style et la musicalité l'influenceront. Il étudie ensuite à l'université de Leipzig, d'abord à la faculté de philosophie, puis simultanément à la faculté de médecine. Il obtiendra en 1633 le grade de magister artium. Ses activités poétiques et son goût pour la musique le mettent en relation avec des personnalités comme le musicien Heinrich Schütz ou le professeur de poétique August Buchner. Par ailleurs, il se lie d'amitié avec le groupe des jeunes étudiants silésiens de sa génération qui menaient une vie joyeuse et voulaient renouveler la poésie allemande en écrivant des œuvres légères, chansons à boire ou chansons d'amour. Le plus important d'entre eux, Georg Gloger, de six ans son aîné, mort prématurément en 1631, l'encouragea dans ses premiers essais poétiques et lui fit rencontrer Opitz qui deviendra son modèle. Chassé de Leipzig par la guerre de Trente Ans et l'épidémie de peste, Fleming se réfugie dans le Holstein. La recommandation de son ami, le savant Adam Olearius, lui permet d'être attaché à une mission diplomatique organisée par le duc Frédéric III de Holstein-Gottorp qui le mènera jusqu'en Russie et en Perse. Cette expédition, qui durera six ans, sera pour Fleming l'occasion d'expériences nouvelles qui féconderont sa création poétique. À Reval où il séjourne pendant un an, il est reçu dans la famille du négociant Niehusen dont les trois filles inspireront sa poésie amoureuse teintée de pétrarquisme. Il exprime sa passion pour la seconde, Elsabe, en jouant avec les lettres de son prénom dans de nombreux anagrammes ou acrostiches. À son retour de Perse en 1639, il la retrouve mariée et reporte son a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégée d'allemand, maître de conférences à l'université Paris-IV

Classification

Pour citer l’article

Hélène FEYDY, « FLEMING PAUL - (1609-1640) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-fleming/