NDIAYE MARIE (1967-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu présente sur la scène publique, Marie NDiaye a très vite refusé le jeu médiatique qui aurait voulu faire d'elle une jeune prodige métissée symbole d'intégration. La polyphonie d'écritures qui caractérise son œuvre n'en rencontre pas moins un succès certain auprès du public. Peut-être pour sa capacité à instaurer, à partir des signes du quotidien, un univers proche de la fable et du merveilleux.

« Jouer avec la cruauté »

Marie NDiaye est née en 1967 à Pithiviers (Loiret) d'une fille d'agriculteurs beaucerons et d'un père sénégalais qui divorcent alors qu'elle n'a pas un an ; sa mère, institutrice, s'installe avec ses deux enfants près d'Antony, en région parisienne. À douze ans, Marie commence à écrire. À dix-sept ans, son premier roman est édité par Jérôme Lindon.

Quant au riche avenir (1985), roman d'introspection virtuose, montre que la débutante connaît ses classiques, tout en étant capable de distance envers eux. Son deuxième roman, Comédie classique (1987), parodie la tragédie antique, respecte les unités de temps et de lieu du classicisme. Composé d'une seule phrase, il remplace l'unité d'action par une gageure oulipienne. La Femme changée en bûche (1989) est la parabole d'un milieu éditorial diabolique.

Avec En famille (1991), Marie NDiaye affirme sa voix singulière. Elle transpose sa biographie avec une manière qui lui est propre de tout dire en n'avouant rien, de révéler la vérité profonde et non la réalité anecdotique. Fanny, rejetée par sa famille, cherche à se faire accepter à tout prix. Le récit s'élabore subtilement autour du thème de l'exclusion, mais avec la contrainte formelle d'en taire le critère déterminant (une peau noire ?), qui devient ainsi contingent.

Un temps de saison (1994) transforme le quotidien le plus banal en réalité onirique : l'été fini, une petite station balnéaire normande se referme comme un piège sur une famille de touristes. La Sorcière (1996) poursuit dans cette veine. Lucie étouffe dans un lotissement de banlieue. Son mari, qui la quitte, se change en escargot, et ses fi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégée de lettres, docteur ès lettres, conservateur à la Bibliothèque nationale de France

Classification


Autres références

«  NDIAYE MARIE (1967- )  » est également traité dans :

LA SORCIÈRE (M. NDiaye)

  • Écrit par 
  • Françoise BETTENFELD
  •  • 1 351 mots

Au foyer, les femmes ! Aux fourneaux, aux chaudrons, aux bouillons qui transforment les princes en crapauds, au marc de café où se mire le futur. Dans les cuisines ancestrales, elles mitonnent encore leurs vengeances, ajustent leurs doubles vues et se les passent de mère en fille... pour survivre. Lotissement, province, classes moyennes : tel est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-sorciere-marie-ndiaye/#i_36802

TROIS FEMMES PUISSANTES (M. NDiaye) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 996 mots

La polémique qui a suivi son attribution, lorsque Marie NDiaye fut appelée à un improbable devoir de réserve pour avoir critiqué la politique présidentielle, ne doit pas éclipser le fait que le prix Goncourt est allé en 2009 à une œuvre exigeante d'une grande cohérence. Depuis longtemps, Marie NDiaye impose sa voix puissante et singulière. Après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-femmes-puissantes/#i_36802

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine GENIN, « NDIAYE MARIE (1967-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-ndiaye/