LA SORCIÈRE (M. NDiaye)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au foyer, les femmes ! Aux fourneaux, aux chaudrons, aux bouillons qui transforment les princes en crapauds, au marc de café où se mire le futur. Dans les cuisines ancestrales, elles mitonnent encore leurs vengeances, ajustent leurs doubles vues et se les passent de mère en fille... pour survivre. Lotissement, province, classes moyennes : tel est le décor de La Sorcière, de Marie NDiaye (éd. de Minuit, Paris, 1996). Lucie, femme de bonne volonté, cherche à relever sa famille en ruine. Son mari, Pierrot, performant et dynamique vendeur de vacances exotiques au Garden Club, s'enfuit chez sa mère puis s'installe parmi les nombreux rejetons d'une compagne peu reluisante. Il emploie pour les nourrir l'argent du beau-père, lui-même séparé d'une irréprochable épouse, séducteur aux cheveux teints qui sera bientôt accusé de malversations. Les filles jumelles de Pierrot et Lucie, Maud et Lise, âgées de douze ans, se gavent, en consommatrices sans remords, en jouisseuses innocentes, de feuilletons et de chips.

Lorsque chacun veut devenir ce qu'il n'est pas, Lucie s'acharne, à l'instar des femmes raisonnables – sa mère et sa belle-mère –, à sauver l'ordre et l'amour, et s'épuise en démarches humiliantes. Peine perdue ? Pas tout à fait. Des forces occultes veillent. De génération en génération, les femmes ont pleuré des larmes de sang pour pénétrer les ténèbres du passé et les arcanes de l'avenir, pour transgresser les lois naturelles et celles des hommes. Si la mère de Lucie, positive et rangée, à peine arrachée à l'illettrisme originel, considère longtemps le « don » comme une survivance archaïque, sa fille, d'abord incertaine et qui ne parvient en fait de divination qu'à des visions parcellaires, décide enfin d'initier ses filles : elles s'exécutent sans enthousiasme.

Ce sont les cruelles métamorphoses opérées par la vie moderne et les médias qui déterminent cette fois les transformations extranaturelles. À la mutation de Pierrot, père efficace et surmené, en fuyard et semi-clochard phagocyté par une famille hurlante répond l'envol [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Françoise BETTENFELD, « LA SORCIÈRE (M. NDiaye) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-sorciere-marie-ndiaye/