RICCI MARCO (1676-1729)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parallèlement aux « védutistes » du xviiie siècle, Marco Ricci, neveu de Sebastiano, donne son autonomie au paysage vénitien. Il trouve une source d'inspiration à Venise, dans l'œuvre de Titien et dans les gravures de Campagnola, mais surtout hors de Venise, chez Micco Spadaro, Salvator Rosa et même Claude Lorrain. Magnasco lui fait entrevoir les ressources des profondeurs ténébreuses, sillonnées d'éclairs lumineux. Ses compositions tourmentées, romantiques, aux vibrantes colorations d'orage, sont préservées de l'artifice par une sensibilité singulière aux phénomènes atmosphériques observés au fil des saisons ou selon les caprices du temps (Paysages d'hiver, Windsor Castle). Son expérience de décorateur de théâtre transparaît dans ses tableaux de ruines et d'architectures, pour lesquels il collabore souvent avec son oncle et qui ouvrent la voie aux « Caprices » d'un Guardi (Tombeau allégorique du duc de Devonshire, Barber Institute, Birmingham).

Après deux séjours en Angleterre et à Rome, Marco Ricci adopte un style plus calme. Les tempêtes font place dans ses œuvres à des ciels plus sereins d'où procèdent les évocations idylliques de Giuseppe Zaïs et de Francesco Zuccarelli. Quant aux eaux-fortes gravées à partir de 1723, c'est Giambattista Tiepolo qu'elles annoncent, par les brillants effets de contrastes lumineux dont elles sont traversées.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RICCI MARCO (1676-1729)  » est également traité dans :

GUARDI LES

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 551 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gian Antonio, un peintre d'inspiration rococo »  : […] Gian Antonio Guardi, né à Vienne en 1699, mort à Venise en 1760, était l'aîné d'une famille de peintres. Il était encore très jeune lorsqu'il vint s'installer à Venise avec son père, Domenico Guardi. Celui-ci mourut peu de temps après. Gian Antonio Guardi se trouva alors dans l'obligation de travailler. Il se mit à faire des copies de tableaux pour un grand collectionneur de la ville, le maréchal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-guardi/#i_17547

MARINE, genre pictural

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facteurs spécifiques, de caractères historique, social […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine-genre-pictural/#i_17547

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « RICCI MARCO - (1676-1729) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marco-ricci/