ZUCCARELLI FRANCESCO (1702-1788)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Paysage à l'italienne, F. Zuccarelli

Paysage à l'italienne, F. Zuccarelli
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Cadmus et le Dragon, F. Zuccarelli

Cadmus et le Dragon, F. Zuccarelli
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Peintre toscan. Francesco Zuccarelli, qui avait étudié les paysages romains de Claude Lorrain et ceux de Pannini, a fait toute sa carrière à Venise, où il s'était fixé vers 1730. Il est alors influencé par les paysages de Marco Ricci, mais transpose ses tempêtes et ses ciels tourmentés dans une atmosphère beaucoup plus sereine — et banale — à l'usage des amateurs d'une Arcadie anodine et sans orage. Grâce au comte Algarotti, qui hante toutes les cours d'Europe, et au consul Smith, qui possédait de lui trente-six tableaux (aujourd'hui à Windsor Castle), Zuccarelli se fait une nombreuse clientèle parmi les touristes passant par Venise comme à l'étranger. Il se lie avec le peintre Richard Wilson (qu'il convertit à la peinture de paysage), passe quinze ans en Angleterre et devient membre fondateur de la Royal Academy (1768). Il est également apprécié à Venise et décore l'une des salles de la villa Pisani à Stra (env. 1750). Mais ses paysages, animés indifféremment de thèmes mythologiques (Hercule tuant Nessus, université de Glasgow ; Enlèvement d'Europe, Académie, Venise), ou de scènes paysannes (Paysage avec un pêcheur ; Paysage avec une bergère à cheval, Académie, Venise) perdent bientôt leur vogue, même chez les Anglais qui lui préfèrent son émule, Wilson. En 1866, Redgrave juge les œuvres de Zuccarelli « fades et insipides à force de joliesse ». On perçoit pourtant, dans les meilleures d'entre elles, la finesse de l'interprétation poétique que le peintre a voulu donner de la nature.

Paysage à l'italienne, F. Zuccarelli

Paysage à l'italienne, F. Zuccarelli

photographie

Francesco ZUCCARELLI, Paysage à l'italienne. Christie's Images, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Cadmus et le Dragon, F. Zuccarelli

Cadmus et le Dragon, F. Zuccarelli

photographie

Francesco ZUCCARELLI, Cadmus et le Dragon, huile sur toile. Rafael Valls Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ZUCCARELLI FRANCESCO (1702-1788)  » est également traité dans :

VENISE

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI, 
  • Michel ROUX, 
  • Freddy THIRIET
  • , Universalis
  •  • 8 049 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Du XVIIIe siècle à l'époque contemporaine »  : […] La situation économique et politique de Venise, au début du xviii e  siècle, est devenue grave. Ses vastes possessions en Orient sont réduites aux îles Ioniennes et à une partie de la côte adriatique ; son commerce et son trafic se sont ralentis ; le gouvernement refuse les réformes, la participation d'hommes nouveaux de la ville et du continent. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venise/#i_43668

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « ZUCCARELLI FRANCESCO - (1702-1788) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-zuccarelli/