Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DULAC GERMAINE (1882-1942)

La Française Germaine Dulac prend une part active, au début du xxe siècle, en tant que cinéaste, journaliste et théoricienne, à de multiples courants intellectuels. Pionnière dans l'effort pour légitimer le cinéma en tant qu'art, elle est l'auteur d'une trentaine de courts- et longs-métrages, de fiction, documentaires ou d'avant-garde. Comme ses confrères des années 1920 – Marcel L'Herbier, Jean Epstein –, elle a connu une longue occultation. Les mouvements féministes des années 1970, la résurgence du cinéma expérimental et les recherches menées sur la période du muet à l'approche de la commémoration du centenaire du cinéma (1995) ont ensuite contribué à rendre justice à son œuvre. La totalité des films retrouvés furent présentés, en 2005, au musée d'Orsay, tandis qu'un colloque international se tenait à la faculté de Nanterre.

Un cinéma impressionniste

Fille d'officier, Charlotte Élisabeth-Germaine Saisset-Schneider naît à Amiens dans une famille aisée. Confiée à sa grand-mère, l'adolescente s'établit à Paris où elle se forme à la photographie, à la musique et à la danse. Elle épouse, en 1905, le romancier Albert Dulac dont elle divorce en 1920. De 1909 à 1913, Germaine Dulac collabore au journal féministe La Française. Là, gagnée par les idées socialistes, elle défend le droit de vote des femmes et écrit des critiques de théâtre. L'actrice Stasia Napierkowska lui fait découvrir le cinéma en 1914. La jeune femme a l'intuition que c'est à travers cet « art » en devenir qu'elle va pouvoir développer ses idées artistiques et humaines.

En 1915, elle crée sa maison de production – D.E.L.I.A., puis D.H. Films – en collaboration avec la romancière Irène Hillel-Erlanger, sa future scénariste. De 1915 à 1920, elle réalise divers films, dont les premiers, nonobstant une certaine théâtralité, témoignent d'une utilisation recherchée de la composition du cadre.

De sa rencontre avec le critique Louis Delluc naît La Fête espagnole (1919), film fondateur du courant avant-gardiste français dénommé, a posteriori par Henri Langlois et Georges Sadoul, impressionnisme. Il regroupera des cinéastes « formalistes » (Marcel L'Herbier, Germaine Dulac, Abel Gance, Louis Delluc, Jean Epstein) qui s'appuient sur l'image seule pour créer sens et harmonie. À travers un montage sophistiqué, ce film exprime, dans un environnement réaliste, aux décors naturels, la vie intérieure des personnages.

Dix ans vont passer entre la publication de l'article « Mise-en-scène » (1917) – le premier d'une série développant sa théorie du mouvement et du rythme comme qualités intrinsèques au cinéma – et la réalisation de ses authentiques films non narratifs : La Coquille et le clergyman et L'Invitation au voyage (1927). Elle rejoint, avec ses textes, un courant de pensée dont le porte-parole est le théoricien Ricciotto Canudo qui vise à faire reconnaître le cinéma comme le septième art. Delluc et Epstein abondent dans ce sens : il faut isoler le langage propre du cinéma, sa photogénie, pratiquer la « cinégraphie », s'éloigner du théâtre et du roman, que le cinéma narratif ne sert qu'à illustrer. Le problème qui se pose pour ces cinéastes œuvrant à l'intérieur du système cinématographique est de satisfaire à la fois le public et leurs propres idéaux. Ce n'est pas évident. Les films de ce courant impressionniste (Cœur fidèle de Jean Epstein, 1923 ; L'Inhumaine de Marcel L'Herbier, 1924) proposent, dans leur construction, deux niveaux de lecture : celle, « narrative », du scénario mis en images, et celle, « formaliste », qui s'appuie sur des séquences abstraites qui s'intègrent avec plus ou moins de bonheur à l'ensemble. Cela débouche, à la fin de la décennie, sur les courts-métrages[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARTAUD ANTONIN (1896-1948)

    • Écrit par Paule THÉVENIN
    • 3 392 mots
    • 1 média
    ...scénarios de films et quelques articles théoriques à propos du cinéma. Un seul de ces scénarios, La Coquille et le Clergyman, fut réalisé en 1927 par Germaine Dulac. Antonin Artaud, écarté du tournage et du montage, se trouva en tel désaccord avec la conception du metteur en scène que, le jour de la...
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

    • Écrit par Youssef ISHAGHPOUR
    • 5 396 mots
    • 2 médias
    Le pas est alors facile à franchir, comme le fait Germaine Dulac (1882-1942) dès 1925, pour éliminer la nature de la photogénie et identifier le cinéma à cette orchestration visuelle, à cette magie des yeux : « la cinégraphie intégrale ». G. Dulac affirme que l'œuvre d'art ne tient pas à son « sujet...
  • CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 3 665 mots
    • 9 médias
    ...l'accélération, mais aussi sur une lenteur savamment calculée comme dans La Chute de la maison Usher, de Jean Epstein (1928), ou La Souriante Mme Beudet (1922), de Germaine Dulac. L'avant-garde abstraite s'inspire également des arts plastiques pour mettre en mouvement les objets (Le Ballet mécanique, de...
  • SURRÉALISME & CINÉMA

    • Écrit par Ado KYROU
    • 1 410 mots

    Le cinéma à proprement parler surréaliste peut paraître à première vue mince, voire pauvre. Il n'en est rien : le surréalisme a imprégné quantité de films. Les surréalistes, ceux qui firent partie du groupe et qui signèrent les textes importants de l'entre-deux-guerres, se méfièrent du...

Voir aussi