DASSAULT MARCEL (1892-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maître d'un vaste empire industriel, homme d'affaires talentueux, patron de presse passionné, producteur de cinéma, parlementaire, Marcel Dassault était entré de son vivant dans la légende. Pendant plus de soixante-quinze ans, il a consacré l'essentiel de son activité à réaliser les « beaux avions » qu'il n'a cessé d'imaginer depuis que, jeune adolescent, il avait vu s'envoler, du terrain d'Issy-les-Moulineaux, les machines de bois et de toile de Voisin, Blériot, Farman et autres pionniers de l'aviation.

Derrière une silhouette frêle, le chapeau mou, le pardessus et un cache-col en toutes saisons, Marcel Dassault abritait une énergie peu commune et une étonnante vitalité. Cet admirateur de la comtesse de Ségur et de Paul d'Ivoi, ce naïf, vrai ou faux, amoureux des bons sentiments, qui ne se séparait jamais du trèfle à quatre feuilles ramassé en 1939, a connu deux guerres mondiales, la déportation, et a vu son entreprise nationalisée deux fois.

Quatrième fils d'un médecin généraliste, qui avait quitté Strasbourg pour s'installer à Paris après l'annexion de l'Alsace-Moselle, Marcel Bloch – il ne se fera appeler Dassault qu'après la Libération – naît le 22 février 1892 à Paris.

C'est un enfant chétif, à l'esprit curieux, dont la vocation sera stimulée lorsque ses parents lui offrent, pour ses dix ans, une boîte d'expériences électriques. Après des études classiques au lycée Condorcet, il s'inscrit à l'école d'électricité Bréguet, dont il obtient le diplôme d'ingénieur, puis entre à l'École nationale supérieure d'aéronautique qui vient de se créer.

Durant la Première Guerre mondiale, il travaille pour l'armée avec son ami Henri Potez ; c'est ainsi qu'il entreprend la fabrication d'une hélice en bois, baptisée Éclair, qui équipera rapidement de nombreux avions, dont le Vieux-Charles de Guynemer. Toujours avec Potez, il se lance dans la construction d'un prototype, le Sem 4, dont le gouvernement commande mille exemplaires, mais l'armistice arrive qui rend le contrat sans objet.

Après la guerre, le jeune ingénieur abandonne l'aviation et s'intéresse à l'immobilier, il achète des terrains fait construire des immeubles, mais la création du ministère de l'Air le ramène à sa première passion. Albert Caquet, directeur technique de la nouvelle administration, lui commande un trimoteur postal, puis il se lance dans la construction d'un petit avion sanitaire. Le constructeur s'installe à Boulogne-Billancourt puis à Courbevoie, recrute du personnel car il élargit sa gamme ; les prototypes se succèdent, aussi bien civils que militaires. En 1936, le gouvernement de Front populaire décide la nationalisation de l'industrie aéronautique. Marcel Bloch reçoit une importante indemnité et reste à la tête de son entreprise, qui a changé de nom, en tant que conseiller et, surtout, il crée, avec Henry Potez, à Saint-Cloud, un bureau d'études privé qui devient le point de passage obligé de l'aéronautique. C'est dans les bureaux de Saint-Cloud que sont élaborés les plans du Bloch-200, avion de chasse que certains qualifièrent de « cercueil volant », et du quadrimoteur Languedoc-161 qui effectuera son premier vol le jour où les Allemands entreront dans Paris.

Emprisonné dès octobre 1940 par le régime de Vichy, Marcel Bloch ira de prison en prison ; la Gestapo l'incarcère en mars 1944 à Montluc, puis le transfère en juillet 1944 à Drancy qu'il quitte le 19 août, à bord du dernier train de déportés pour l'Allemagne. Dans le camp de Buchenwald, où il va passer huit mois, il semble promis à une mort rapide mais cet homme d'une trempe exceptionnelle, soutenu par les communistes regroupés autour de Marcel Paul, va survivre.

Rapatrié en France, en mai 1945, il prend le nom de Bloch-Dassault : une deuxième période s'ouvre alors pour lui. À partir du terrain d'aviation de Mérignac, sur lequel est édifiée une charpente métallique commandée avant la guerre, Marcel Dassault, entouré d'Henri Deplante et de Benno-Claude Vallières, va recréer ce qui va devenir la Société des avions Marcel Dassault d'où sortiront, en 1950, 1'Ouragan, premier avion à réaction français, puis, deux ans plus tard, le Mystère-IV, premier avion européen à franchir le mur du son. Marcel Dassault entreprend alors une carrière politique. Il est élu député des Alpes-Maritimes en 1951 sur la liste R.P.F. conduite par le général Corniglion-Molinier. Battu en janvier 1956, il est élu au Conseil de la République en avril 1957 avant de devenir, en novembre 1958, député de l'Oise, département où il sera réélu à chaque consultation jusqu'à sa mort. Ce député, qui passait pour le moins assidu des parlementaires, avait établi avec ses électeurs des liens particuliers et les élus locaux de son département, toutes tendances confondues, appréciaient les nombreux services qu'il leur rendait. Doyen d'âge de l'Assemblée, il prononca en 1978 et en 1981 le discours inaugural de la législature, prônant la création d'un impôt sur la fortune et le lancement d'une exposition universelle. Pour 1986, il avait préparé avec soin son allocution, mais c'est Édouard Frédéric-Dupont qui dut la lire.

Le souci de diversifier ses activités, le désir de faire comme les grands capitaines d'industrie qu'étaient Marcel Boussac et Jean Prouvost devaient amener Marcel Dassault à s'intéresser à la presse. En mai 1952, il lance un hebdomadaire, Semaine de France, qui s'effondre sept mois plus tard ; il devient ensuite actionnaire de Paris-Presse, dont il ne peut empêcher la disparition. En 1965, c'est la fondation de Vingt-Quatre Heures, quotidien à vocation populaire qui sombre au bout de quelques mois. La grande réussite et l'enfant chéri de Marcel Dassault sera Jours de France, lancé en 1954, et dont il sera tour à tour rédacteur en chef, directeur de la rédaction et, à la fin de sa vie, directeur artistique. Ce magazine, tourné vers l'actualité heureuse, la mode et l'aviation, connaît une progression spectaculaire tirant au début des années 1970 à plus de cinq cent mille exemplaires. C'est dans Jours de France qu'il publiera régulièrement ses chroniques du « café du commerce » où il essaye de faire passer, dans un style désuet, des idées qui font les délices des éditorialistes politiques, qui ne manquent pas d'en souligner la fausse naïveté.

Parce que le bloc d'immeubles situé à côté du siège de Jours de France, au rond-point des Champs-Elysées, était à vendre, et pour éviter qu'on pût « regarder dans son jardin », il devient, en 1970, propriétaire d'un cinéma. Il rénove la salle, y fait projeter des films grand public avant de se transformer en producteur et réalisateur de films, tels Le Temps des vacances (1978) ou L'Été de mes quinze ans (1982).

Au-delà de cet éclectisme, Marcel Dassault reste l'homme de l'aéronautique, celui qui, entouré d'équipes d'ingénieurs et de cadres aura conçu et produit, de 1947 à 1 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DASSAULT MARCEL (1892-1986)  » est également traité dans :

FALCON, avions

  • Écrit par 
  • Jean-François GEORGES
  •  • 783 mots
  •  • 2 médias

Falcon est le nom donné à une famille d'avions d'affaires développés par le constructeur français Marcel Dassault (Marcel Bloch de son vrai nom). Le premier d'entre eux, le Mystère 20-01, effectue son premier vol le 4 mai 1963 depuis l'aérodrome de Bordeaux-Mérignac. Il est piloté par René Bigand, chef pilote d'essais de la Générale Aéronautique Marcel Dassault. Le vol de ce petit biréacteur pro […] Lire la suite

POTEZ HENRY (1891-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUERIN
  •  • 699 mots
  •  • 1 média

Un des derniers grands pionniers de l'industrie aéronautique française, Henri Potez est né le 30 septembre 1891 à Méaulte (Somme), et mort à Paris en 1981. En 1911, il sort ingénieur de l'aéronautique dans la deuxième promotion de la toute jeune École nationale supérieure de l'aéronautique (devenue Supaéro). C'est là qu'il fait la connaissance d'un autre pionnier de l'aviation, Marcel Dassault. M […] Lire la suite

RAFALE, avion

  • Écrit par 
  • Bernard MARCK
  •  • 682 mots
  •  • 1 média

Le Rafale est un avion de combat polyvalent du constructeur Dassault Aviation, développé pour l’armée de l’air et la marine nationale françaises. Il a effectué son premier vol (avion de démonstration technologique Rafale A) le 4 juillet 1986, quelques mois après la mort de Marcel Dassault. S’il ne porte pas le nom de Mirage, son apparentement à la famille transparaît dans sa conception aérodynami […] Lire la suite

Les derniers événements

17-22 avril 1986 France. Mort de Marcel Dassault

Marcel Dassault meurt à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans. Il était à l'origine du groupe Avions Marcel Dassault-Breguet Aviation qui a produit depuis 1945 plus de 6 500 avions civils et militaires. Il était également député R.P.R., homme de presse (il éditait Jours de France) et producteur de films. Des hommages unanimes saluent la disparition de […] Lire la suite

2-4 avril 1986 France. Élection de Jacques Chaban-Delmas à la présidence de l'Assemblée nationale

Marcel Dassault, R.P.R., âgé de 94 ans, qui a été hospitalisé dans la nuit. Cette première séance est ensuite consacrée à l'élection du président de l'Assemblée nationale : Jacques Chaban-Delmas, R.P.R., est élu au deuxième tour de scrutin. Le 4, lors de l'élection des membres du bureau, le P.C. n'ayant pu obtenir un poste de vice-président ne présente […] Lire la suite

5-17 juin 1985 Inde. Tournée de Rajiv Gandhi dans cinq pays

Marcel-Dassault, se rend à Lyon en T.G.V. pour voir des centraux téléphoniques et les laboratoires Mérieux. Ce séjour, qui se déroule dans un climat exceptionnellement chaleureux, se termine par la signature de plusieurs accords, dont la cession par Jeumont-Schneider de licences à des sociétés indiennes de télécommunications pour la fabrication de  […] Lire la suite

6-26 octobre 1981 France. Adoption du projet de loi sur les nationalisations

Marcel Dassault signent le protocole d'accord de la prise de participation de l'État dans la société aéronautique Dassault-Breguet. L'État, qui détient déjà 20 p. 100 du capital de l'entreprise, recevra en don de Marcel Dassault 26 p. 100 des actions qu'il possède. Il restera donc 5 p. 100 à acquérir pour obtenir 51 p. 100 du capital. Le 12, Pierre […] Lire la suite

2-16 juillet 1981 France. Mise en place de la nouvelle Assemblée

Marcel Dassault, qui prononce le discours d'ouverture. Ensuite, les députés procèdent à l'élection du président de l'Assemblée : Louis Mermaz, député de l'Isère (P.S.), est élu par 295 voix, contre 149 à Jean-Paul de Rocca-Serra (R.P.R.). Dans son allocution, le nouveau président déclare être fier de voir son pays « renouer avec ses plus hautes traditions […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « DASSAULT MARCEL - (1892-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-dassault/