CHARBON MALADIE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La capsule

La capsule de B. anthracis contribue à la pathogénicité en permettant à la bactérie d'échapper aux défenses de l'hôte et en provoquant la septicémie. En effet, elle inhibe la phagocytose et est très peu immunogène. Ces caractéristiques ne favorisent donc pas le développement d'une réponse immunitaire. En microscopie électronique, la capsule a un aspect de cheveux courts (cf. figure). Elle couvre toute la surface bactérienne et les bacilles isolés d'animaux malades sont toujours ainsi capsulés. Son apparition est extrêmement rapide au cours de la germination. La capsule peut être mise en évidence avant même que les bacilles naissants ne soient entièrement libérés des structures de la spore.

Bacille charbonneux

Bacille charbonneux

Dessin

Facteurs de virulence de Bacillus anthracis. Schéma d'une bactérie charbonneuse vue en coupe: elle contient un nucléoïde (ou chromosome) et deux plasmides. Ceux-ci déterminent la virulence (production de la capsule protectrice, d'une part, et toxinogenèse, d'autre part). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La capsule de B. anthracis a une composition originale. Contrairement à la plupart des capsules bactériennes qui sont polysaccharidiques, celle-ci est polypeptidique. Elle est constituée d'un polymère d'acide D-glutamique. C'est en fait la monotonie de cette structure qui la rend si peu immunogène. De plus, ce polymère est branché en γ et non en α comme dans les protéines. Sa synthèse n'est d'ailleurs pas de type peptidique et les étapes en sont peu connues. Un complexe membranaire, dont les gènes sont portés par le plasmide de virulence pXO2, assurerait cette polymérisation. Au laboratoire, les synthèses de capsule et de toxines sont couplées et optimales à 37 0C et en présence de bicarbonate, qui sont deux signaux spécifiques de l'hôte mammifère.

Puisque la capsule permet la multiplication bactérienne, il est donc important d'arrêter le plus tôt possible une infection qui non seulement peut conduire à une septicémie pouvant elle-même être mortelle mais développe parallèlement une grave toxémie. C'est pourquoi il est nécessaire de procéder à un traitement antibiotique. S'il est tardif, il sera insuffisant, les toxines étant déjà synthétisées abondamment et conduisant à la mort de l'hôte.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHARBON MALADIE DU  » est également traité dans :

ARAL MER D'

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  • , Universalis
  •  • 2 362 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la mer au désert »  : […] En 1989, la mer d'Aral avait rétréci au point de former deux étendues séparées : une grande mer d'Aral au sud, comprenant la partie la plus profonde (40 m), et une petite au nord, dont la salinité a presque triplé depuis les années 1950 et qui pourrait avoir disparu en 2025. En 1992, la superficie couverte par les deux parties de la mer d'Aral était tombée à près de 33 800 kilomètres carrés, et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-d-aral/#i_35207

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès FOUET, Michèle MOCK, « CHARBON MALADIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-du-charbon/