CHARBON MALADIE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thérapeutique et prévention

Des inhibiteurs des activités de EF et surtout de LF, pouvant être utilisés comme antidotes, sont activement recherchés. Cependant, pour pouvoir agir, ceux-ci devraient être administrés très tôt, avant que les toxines n'aient exercé leur effet. En l'état actuel, la complexité de la physiopathologie du charbon et la difficulté à établir la relation de cause à effet entre activité des toxines et conséquences chez l'hôte expliquent en grande partie pourquoi il n'existe aucun traitement symptomatique spécifique de la maladie. À plus long terme, un antidote efficace serait celui qui permettrait de neutraliser les effets délétères des toxines.

Une autre voie prometteuse repose sur la prévention, via une vaccination efficace. En médecine vétérinaire, il existe un vaccin vivant, souche atténuée dans sa virulence, qui a permis le contrôle de la maladie dans les pays développés. Cependant, en raison de sa virulence résiduelle, ce vaccin ne peut être utilisé chez l'homme. Vaccination vétérinaire et prophylaxie suffisent en elles-mêmes à protéger l'homme contre les risques naturels. La situation est tout autre face à des utilisations de spores de B. anthracis à des fins bioterroristes. Un vaccin acellulaire à usage humain a été mis au point ; de formulation ancienne, il était destiné aux personnes à risques professionnels. Composé de l'antigène protecteur PA, ce vaccin cible essentiellement la protection envers les toxines, dans une stratégie similaire à celles qui sont utilisées dans les vaccinations contre le tétanos et la diphtérie. Cependant, dans le cas du charbon, la protection envers PA est apparue certes nécessaire mais non suffisante. Dans tous les modèles animaux testés, le vaccin PA s'est révélé incapable de conférer une protection d'efficacité comparable à celle du vaccin vivant. Cette différence majeure tient sans doute au fait que la maladie associe une importante bactériémie à la toxémie. Dès lors, il devient indispensable de neutraliser ces deux effets pour une protection efficace, ce qui est sans doute assuré par le vaccin vivant. Prenant en compte ce double aspect, de nouvelles formules vaccinales non vivantes ont dû être élaborées. Ainsi, l'association à PA de spores tuées, voire d'antigènes de spores, paraît capable de bloquer à la fois l'infection, en agissant à l'étape précoce de germination, et les effets des toxines.

B. anthracis est un germe qui persiste dans l'environnement et qui a développé des armes redoutables pour assurer sa multiplication dans l'hôte mammifère. La vigilance vis-à-vis de son utilisation à des fins nuisibles sera sans aucun doute notre meilleure parade.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHARBON MALADIE DU  » est également traité dans :

ARAL MER D'

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  • , Universalis
  •  • 2 362 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la mer au désert »  : […] En 1989, la mer d'Aral avait rétréci au point de former deux étendues séparées : une grande mer d'Aral au sud, comprenant la partie la plus profonde (40 m), et une petite au nord, dont la salinité a presque triplé depuis les années 1950 et qui pourrait avoir disparu en 2025. En 1992, la superficie couverte par les deux parties de la mer d'Aral était tombée à près de 33 800 kilomètres carrés, et le […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 novembre 2001 Afghanistan – États-Unis. Poursuite de l'offensive militaire en Afghanistan et victoire de l'Alliance du Nord

Le 21, une cinquième personne meurt de la maladie du charbon aux États-Unis. La veille, les autorités avaient évoqué l'hypothèse d'une origine interne pour ces actes terroristes. Le 22, les autorités pakistanaises décident la fermeture de l'ambassade des talibans à Islamabad. Le 25, après deux semaines de négociations émaillées de nombreuses désertions dans les rangs talibans, les troupes du chef tadjik Mohammed Daoud, appuyées par celles du chef ouzbek Abdul Rachid Dostom, entrent dans Kunduz. […] Lire la suite

1er-31 octobre 2001 Afghanistan – États-Unis. Intervention militaire en Afghanistan et contamination par la maladie du charbon aux États-Unis

Le 21 et le 22, deux postiers de Washington meurent de la maladie du charbon. Le 23, des traces de la bactérie seront découvertes à la Maison-Blanche. Le 31, la maladie du charbon fera une quatrième victime, à New York. Le 23, le Pentagone reconnaît plusieurs erreurs de tir, les jours précédents, qui ont abouti au bombardement de bâtiments et de quartiers civils en Afghanistan, sans pouvoir estimer les pertes ainsi occasionnées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès FOUET, Michèle MOCK, « CHARBON MALADIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-du-charbon/