MACKENZIE, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Les explorateurs et les trappeurs traversèrent le Canada d'est en ouest, à la fin du xviiie siècle, en remontant les rivières qui se jetaient dans la baie d'Hudson, pour trouver de nouveaux animaux à chasser dans ces contrées éloignées. En 1778, Peter Pond découvrit ainsi Portage La Loche, qui s'étire entre la tête de la rivière Churchill et de la rivière Clearwater, affluent de l'Athabasca. En 1789, Alexander Mackenzie accomplit un voyage historique vers le nord : accompagné de douze hommes répartis dans trois canots, il part du comptoir de Fort Chipewyan, sur le lac Athabasca, pour explorer tout le cours du fleuve qui porte aujourd'hui son nom, traçant ainsi la route de la traite des fourrures.

Il est suivi au début du xixe siècle par d'autres trappeurs de la Compagnie du Nord-Ouest, qui établissent plusieurs comptoirs le long du fleuve et de ses affluents. À partir du milieu des années 1820, le ravitaillement est acheminé par les barges d'York, embarcations à faible tirant d'eau dont la poupe et la proue étaient très inclinées. En 1884, le premier bateau à vapeur remonte de Fort McMurray, situé à la confluence des rivières Clearwater et Athabasca, jusqu'à Fitzgerald, sur la rivière des Esclaves. Il se trouve alors devant 25 kilomètres de rapides, unique point de rupture sur les 2 730 kilomètres d'un parcours navigable par des embarcations à faible tirant d'eau depuis Fort McMurray jusqu'à l'océan Arctique. En 1886, le premier bateau à vapeur navigue au nord de Fort Smith, sur la frontière actuelle entre les Territoires du Nord-Ouest et l'Alberta, afin de ravitailler les comptoirs établis le long du Mackenzie et d'en rapporter des ballots de fourrure. Dans les années 1920-1940, des bateaux à vapeur à roue et à fond plat naviguent sur le Mackenzie, mais ils sont remplacés après 1945 par de petits remorqueurs à moteur Diesel capables de tirer plusieurs barges.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACKENZIE, fleuve  » est également traité dans :

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 731 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Primauté du Nord dans la géographie canadienne »  : […] S'il est une question qu'il faut bien se garder de poser, c'est de savoir où commence le Nord au Canada... Au poète québécois Pierre Morency, qui écrit à propos de sa province : « Le Nord n'est pas dans la boussole, il est ici », répond en écho le géographe Louis-Edmond Hamelin, qui pense que « le Nord est un état mental ». En fait, qu'elle soit idéalisée ou trop pessimiste, la vision que l'on a d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/#i_8576

Pour citer l’article

J. Lewis ROBINSON, « MACKENZIE, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mackenzie-fleuve/