MAÂT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gracieuse déesse égyptienne, représentée anthropomorphe généralement assise et coiffée d'une plume d'autruche qui écrit le hiéroglyphe de son nom, Maât est parfois représentée agenouillée, ailée et coiffée du disque solaire. Les premières mentions de cette déesse sont attestées dans les Textes des pyramides sous l’Ancien Empire.

Maât

Maât

dessin

Maât, déesse égyptienne coiffée d'une plume d'autruche, représente la norme, l'ordre divin auquel tous doivent se soumettre pour la bonne marche de l'Univers. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Maât symbolise l'ordre, la justice et la vérité : l'ordre immuable du monde auquel tous doivent se conformer, l'ordre qui est « l'expression idéologique normale des sociétés asiatiques » (J. Chesnaux). Elle est l’offrande divine par excellence. Elle est le ka de , son énergie vitale. Elle compte parmi les déesses dites « Filles de Rê », qui incarnent son œil brûlant manifesté dans l’uræus (cobra en fureur). Mais, elle est aussi fille d’Atoum au moment de la naissance ordonnée de l’Univers, et se trouve ainsi assimilée à Tefnout. Dans le nome d’Hermopolis, elle est la parèdre du dieu Thot.

Il n'est pas exagéré de dire que la notion de Maât, de norme, surdétermine l'ensemble de l'idéologie égyptienne. Le monde a été créé en conformité avec Maât. L'ensemble des rites, ainsi que des actes du souverain, vise à maintenir Maât contre les forces du mal tant au niveau politique qu'au niveau religieux. Le vizir, premier juge d'Égypte, s'appelle « prêtre de Maât » et porte l'image de celle-ci sur la poitrine. L'individu doit aussi se conformer à Maât. Lors du jugement des morts, un plateau de la balance contiendra le « cœur » du défunt et l'autre Maât ; si le défunt n'a pas respecté la norme, il sera dévoré par un monstre qui attend au pied de la balance le résultat du jugement.

Sous la XVIIIe dynastie, le couple royal est comparé à Rê et Maât. Si aucun grand temple n’est consacré à Maât, elle est présente dans chacun d’eux comme offrande et bénéficie de cultes dans des sanctuaires.

—  Yvan KOENIG, Universalis

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S, professeur à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  MAÂT  » est également traité dans :

AMARNIEN STYLE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 473 mots
  •  • 4 médias

Après l'épanouissement de l'art égyptien le plus classique sous Aménophis III, l'Égypte connaît soudain, vers ~ 1370, une révolution en tous domaines . Le fils d'Aménophis III, le pharaon hérétique Aménophis IV, prend le nom d'Akhénaton (Celui-qui-est-agréable-à-Aton) . Rompant avec le clergé thébain d'Amon, il crée en moyenne Égypte une nouvelle capitale, Akhétaton (L'Horizon d'Aton), sur les rui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-amarnien/#i_11191

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Persistance d'une civilisation brillante »  : […] À ce moment pourtant, le bilan de la civilisation égyptienne est extraordinaire. La structure politique avait créé une stabilité sans égale : le roi dieu, fils du Dieu créateur, a reçu l'empire universel sur la création de par son droit d'héritage. Il est maître du monde de jure et doit le devenir de facto. Mais il a le devoir, aussi, de rendre compte à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-egypte-pharaonique/#i_11191

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 361 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rites. Son ancienneté même explique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-religion/#i_11191

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les dieux, les hommes et la nature »  : […] En s'appuyant sur cette constatation fondamentale, on peut penser que les structures de la pensée religieuse, comme celles de l'organisation sociale, se sont formées à l'époque prédynastique. Par ailleurs, l'environnement géographique joua un rôle déterminant : le Nil, avec sa crue qui se produit à date fixe, envahit les champs, les bosquets, recouvre les marécages et ne laisse que les villes con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-premiers-pantheons/#i_11191

PHARAON

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 2 586 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le garant de l'Ordre universel »  : […] Homme et dieu, le pharaon joue, au moins en théorie, un rôle important sur terre. C'est lui, en effet, qui est chargé d'assurer l'Ordre universel conformément à Maât, déesse de la Vérité et de la Justice, enfant, comme lui, du Dieu solaire Rê. Cette conception, typiquement égyptienne, tout en incluant les deux notions de vérité et de justice, recouvre bien davantage. Elle s'applique à l'Ordre par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharaon/#i_11191

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 893 mots

Dieu égyptien anthropomorphe ou avec une tête de faucon, Rê est coiffé du disque solaire autour duquel s’enroule un serpent (uræus). Dans sa forme naissante, il peut être représenté par un veau, un enfant, ou un scarabée. Ses aspects nocturnes lui valent d’être doté d’une tête de bélier. En tant qu’ennemi d’Apopis, il peut se manifester sous la forme d’un chat. benbenr Livre de la vache du ciel G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/re/#i_11191

TEFNOUT, religion égyptienne

  • Écrit par 
  • Florence GOMBERT
  •  • 188 mots

Tefnout est une déesse égyptienne représentée sous les traits d'une lionne ou d'une figure anthropomorphe à tête de lion. Elle est coiffée d’un disque solaire ou uniquement d’un uræus (cobra en fureur). Elle apparaît dans la théologie héliopolitaine. La chaude ardeur de Tefnout en fait la main d’ Atoum, créateur par masturbation ; une émanation créatrice (l’humidité) qui, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tefnout-religion-egyptienne/#i_11191

Pour citer l’article

Yvan KOENIG, « MAÂT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maat/