LOUIS XVI (1754-1793) roi de France (1774-1792)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une conduite ambiguë

Devant la persistance des difficultés financières, Louis XVI appelle Calonne qui, après avoir dénoncé son prédécesseur Maurepas et relancé une politique libérale, élabore un plan « d'amélioration des finances », dont l'essentiel est l'introduction d'impôts sur les biens fonciers, « la subvention territoriale », fixée selon une répartition effectuée par des propriétaires, élus au sein d'assemblées consultatives sans distinction d'ordres. La protestation des élites traditionnelles contre ce qui apparaît une nouvelle fois comme une contestation de l'ordre établi fait chuter Calonne en 1787, qui n'est pas non plus soutenu par les vrais réformistes, déçus de la volonté de contrôle par l'exécutif. Louis XVI fait alors appel à Loménie de Brienne, mais ce dernier échoue à son tour en convoquant une Assemblée des notables qui se déclare incompétente. Les États généraux s'imposent ainsi dans une succession de tergiversations et d'absence de culture politique.

Cette situation se révèle particulièrement criante en 1788, lorsque le roi et son entourage (Necker a été rappelé en août 1788) sont incapables de fixer les règles de fonctionnement de l'Assemblée, qui ne s'est pas réunie depuis 1614, et qu'ils laissent s'instaurer une totale liberté de parole, en même temps qu'ils manœuvrent pour ne pas dépendre des « privilégiés ». Le résultat est catastrophique. Le doublement du Tiers imposé par le roi contre la prééminence des nobles et des grands clercs n'est pas accompagné de mesures réglementaires, si bien que Louis XVI, qui n'a pas tenu compte des demandes exprimées dans les cahiers de doléances remplis dans tout le pays, déconcerte les députés dès la première séance des États généraux (5 mai 1789), ne paraissant faire aucun droit aux revendications réformatrices. Privé du soutien des « privilégiés », déconsidéré aux yeux des « patriotes » (les éléments les plus réformateurs du Tiers), le roi perd rapidement toute autorité, d'autant que la mort de son fils aîné le distrait [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOUIS XVI (1754-1793) roi de France (1774-1792)  » est également traité dans :

CALONNE CHARLES ALEXANDRE DE (1734-1802)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 433 mots

Né à Douai, dans une famille de robe, Calonne fait ses études à Paris. Avocat au conseil d'Artois, procureur général au parlement de Douai, il devient maître des requêtes, chargé de questions délicates, notamment des relations parlement-clergé, et du procès de La Chalotais (membre du parlement de Rennes, accusé d'avoir trempé dans l'expulsion des Jésuites en 1764), fonctions qui lui attirent des e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-alexandre-de-calonne/#i_40824

LOMÉNIE DE BRIENNE ÉTIENNE CHARLES DE (1727-1794)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 485 mots

Orienté vers l'état ecclésiastique, évêque de Condom en 1760, archevêque de Toulouse en 1763, Loménie de Brienne se révèle bon administrateur, s'occupe de travaux publics, d'industrie, de commerce, d'instruction publique, fait creuser le canal entre la Garonne et le canal du Midi. Membre des assemblées du clergé, de la commission des Réguliers pour amorcer la réforme des ordres religieux, il y exe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-charles-de-lomenie-de-brienne/#i_40824

LOUIS XVII (1785-1795)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 417 mots

Second fils de Louis XVI et Marie-Antoinette, il devient le dauphin à la mort de son frère en juin 1789, et partage le destin de sa famille au moment de la Révolution. Ramené à Paris, par la foule qui est allé chercher « le boulanger, la boulangère et le petit mitron » en octobre 1789, il est arrêté à Varennes, lors de la fuite familiale le 20 juin 1791. Après le 10 août 1792, il est incarcéré à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xvii/#i_40824

MALESHERBES CHRÉTIEN GUILLAUME DE LAMOIGNON DE (1721-1794)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 360 mots

Fils d'un chancelier de France, premier président de la Cour des aides en 1750, Malesherbes est surtout directeur général de la Librairie, en fait chef de la censure ; en cette qualité, il protège officieusement ce qu'il est chargé d'interdire : l'achèvement de l' Encyclopédie est son œuvre. Il manifeste plus d'amitié encore que de sentiments protecteurs à Jean-Jacques Rousseau, qui lui adressera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malesherbes-chretien-guillaume-de-lamoignon-de/#i_40824

MARIE-ANTOINETTE (1755-1793) reine de France

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 1 138 mots
  •  • 3 médias

Fille de Marie-Thérèse d'Autriche et de François de Lorraine, celle que les siens nommaient Antonia est destinée tout enfant à sceller la réconciliation de la monarchie française avec celle des Habsbourg. Elle n'a pas encore quinze ans lorsque, au printemps de 1770, elle épouse le dauphin Louis, petit-fils de Louis XV. Les fêtes données à cette occasion sont magnifiques, « impayables » selon le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-antoinette/#i_40824

MAUREPAS JEAN-FRÉDÉRIC PHÉLYPEAUX comte de (1701-1781)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 402 mots

Issu d'une famille d'ancienne noblesse, d'une véritable dynastie de secrétaires d'État, Maurepas succède à son père, secrétaire d'État de la maison du roi, à quatorze ans ; son futur beau-père La Vrillière exerce la charge à sa place ; il reçoit le département de la Marine en 1723. Ministre à vingt-cinq ans, formé au temps de la Régence, il est marqué par cette époque. Doué d'intelligence et d'int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-frederic-maurepas/#i_40824

NECKER JACQUES (1732-1804)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 793 mots

Né à Genève, fils d'un régent de collège, destiné au commerce, Necker fait son noviciat commercial à la banque Vernet, à Paris. Il amasse une fortune honorable, fonde une banque en 1765. Nommé président par la République de Genève, il inspire confiance à Choiseul. Syndic de la Compagnie des Indes, il la ranime et la défend contre l'abbé Morellet en 1769. Il épouse en 1764 Suzanne Curchod, fille d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-necker/#i_40824

OCTOBRE 1789 JOURNÉES DES 5 & 6

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 347 mots

Les journées d'octobre 1789 marquent un tournant dans l'histoire de la Révolution en laissant présager la chute de la monarchie. À l'issue de ces journées, en effet, le roi s'est retrouvé prisonnier de Paris. L'opinion avait manifesté son inquiétude devant le retard apporté par Louis XVI à la ratification des résolutions prises par l'assemblée dans la nuit du 4 août qui avait vu disparaître la féo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journees-des-5-et-6-octobre-1789/#i_40824

ORLÉANS LOUIS PHILIPPE JOSEPH duc d' (1747-1793) dit PHILIPPE ÉGALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 489 mots

Arrière-petit-fils du Régent, le duc d'Orléans est, à la veille de la Révolution, l'un des princes les plus riches de France et le partisan le plus chaleureux des idées nouvelles. Grand maître de la franc-maçonnerie, affectant de penser comme les républicains d'Amérique et de vivre comme les membres des clubs londoniens, il s'est élevé contre les réformes de Maupeou, ce qui lui a valu une première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orleans-louis-philippe-joseph-duc-d-1747-1793-dit-philippe-egalite/#i_40824

PILLNITZ DÉCLARATION DE (1791)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 845 mots

Observateurs narquois et secrètement ravis des embarras de Louis XVI, l'empereur Léopold II et le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume II, finissent par s'inquiéter de l'« anarchie » qui règne en France et menace, par la contagion de l'exemple, de s'étendre à toute l'Europe. Contre une Assemblée qui prétend exercer partout des droits, ils veulent rappeler les leurs, défendre ceux des princes possessi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/declaration-de-pillnitz/#i_40824

QUATORZE JUILLET 1789

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 401 mots
  •  • 1 média

La prise de la Bastille le 14 juillet 1789 n'est qu'une péripétie dans l'histoire de la Révolution, mais elle a pris valeur de symbole. Cette insurrection populaire, première apparition du peuple de Paris sur la scène révolutionnaire (le saccage, le 28 avril 1789, de la manufacture de papiers peints de Réveillon n'avait pas eu la même ampleur) a pour cause directe le renvoi de Necker par Louis XV […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatorze-juillet-1789/#i_40824

RÉVOLUTION FRANÇAISE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

La décision des États généraux, convoqués par Louis XVI pour résoudre la crise financière du royaume, de se constituer en Assemblée nationale est une révolution politique. Désormais, la souveraineté n'appartient plus au roi mais au peuple, qui devient le fondement du pouvoir politique, alors même que l'individu, en faveur de qui est promulguée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-en-bref/#i_40824

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Révolution radicalisée (septembre 1792-printemps de 1793) »  : […] La nouvelle Assemblée, élue par la frange des électeurs révolutionnaires, se partage pour l'essentiel entre les Girondins, arrivés au pouvoir grâce au soutien du centre, et les Montagnards, qui réclament des mesures sociales et s'appuient sur les sans-culottes. Les tensions entre ces groupes aux contours incertains ont été déterminantes ; elles s'exprimeront au travers d'interventions parlementai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_40824

RÉVOLUTION FRANÇAISE GUERRES DE LA

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 1 446 mots
  •  • 1 média

À la fin de 1791, la France marche à la guerre, chaque parti croyant y trouver son intérêt. La Cour espère que la guerre ruinera la Révolution et rétablira le pouvoir monarchique : la guerre est le seul moyen de provoquer l'intervention des princes étrangers, et la France en pleine convulsion ne paraît pas capable de soutenir « une demi-campagne ». Le ministère « brissotin » veut, par la guerre, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-la-revolution-francaise/#i_40824

RÉVOLUTION FRANÇAISE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 171 mots

17 juin 1789 Les États généraux, ouverts depuis le 5 mai, se constituent en Assemblée nationale. 14 juillet 1789 Prise de la Bastille. 4 août 1789 Abolition des privilèges. 26 août 1789 Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Juillet 1790 Vote de la Constitution civile du clergé (le 12) ; fête de la Fédération (le 14). 20-21 juin 1791 Fuite du roi et arrestation à Varennes. 3 septem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-reperes-chronologiques/#i_40824

SAINT-GERMAIN CLAUDE LOUIS ROBERT comte de (1707-1778)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 323 mots

Né à Vertamboz, près de Lons-le-Saunier, noble et pauvre, Saint-Germain embrasse la carrière d'enseignant chez les jésuites, puis celle des armes comme lieutenant, dans le régiment de son père. Trop pauvre pour acheter un régiment lui-même, il prend successivement du service dans les troupes de l'Électeur palatin et dans celles du prince Eugène qui lui confie une compagnie. Il combat en Hongrie co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-louis-robert-saint-germain/#i_40824

TROIS COULEURS LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 192 mots

Le nombre des couleurs franches et héraldiques étant fort limité, la combinaison du bleu, du blanc et du rouge fut assez fréquente en France à travers les siècles. Des manuscrits à peintures ont utilisé la bande tricolore depuis Philippe V le Long (1316-1322) et surtout sous Charles V (1364-1380), mais ils ne sont pas tous d'origine royale. Par contre, le dauphin futur Charles VII (1419), Charles  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-trois-couleurs/#i_40824

TRONCHET FRANÇOIS DENIS (1726-1806)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LÉVY
  •  • 298 mots

Avocat du parlement de Paris, consultant plus que plaidant, élu député du Tiers aux États généraux de 1789, Tronchet domine le comité de la Constituante. Choisi, le 12 décembre, par Louis XVI comme défenseur, il participe avec de Sèze et Malesherbes à la rédaction du long mémoire en défense que, le 22, de Sèze lira à la Convention. Il plaide le 17 janvier 1793, après le vote qui a repoussé l'appel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-denis-tronchet/#i_40824

TURGOT ANNE ROBERT JACQUES, baron de l'Aulne (1727-1781)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 657 mots

Fils du prévôt des marchands de Paris, Turgot fait des études à Louis-le-Grand, puis au collège de Plessis. Destiné à l'état ecclésiastique, il entre au séminaire de Saint-Sulpice, où il révèle un esprit distingué capable de traduire des textes en hébreu, en grec, en latin, en allemand et en anglais. Élu prieur à la Sorbonne en 1749, il prononce, en 1750, le discours Des progrès successifs de l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-robert-jacques-turgot/#i_40824

VARENNES FUITE À (1791)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 312 mots

Dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 juin 1791, Louis XVI parvient à s'enfuir des Tuileries avec sa famille. Se considérant comme prisonnier du peuple de Paris depuis le 6 octobre 1789, date à laquelle il a dû quitter Versailles, heurté dans ses convictions religieuses par la Constitution civile du clergé, soumis à l'influence du clan absolutiste (Marie-Antoinette, Breteuil, Saint-Priest, Fersen) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fuite-a-varennes/#i_40824

VERGENNES CHARLES GRAVIER comte de (1719-1787)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 699 mots
  •  • 1 média

Fils de magistrat au parlement de Dijon, formé à la diplomatie par son oncle Chavigny, Vergennes reçoit des missions à Lisbonne en 1741 et à Francfort en 1743 ; remarqué par d'Argenson, le chevalier de Vergennes sert la France lors de ses interventions dans la politique des États allemands : ministre du roi auprès de l'Électeur de Trèves en 1750, apprécié de Frédéric II, délégué au Congrès de Hano […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-vergennes/#i_40824

Les derniers événements

8 octobre 2010 • FranceAudience accordée par le pape Benoît XVI à Nicolas Sarkozy.

Le 8, le président Nicolas Sarkozy est reçu par le pape Benoît XVI au Vatican, à la suite d'une demande d'audience accordée dans un délai exceptionnellement court. Cette visite vise à apaiser la tension apparue durant l'été entre l'exécutif français et l'Église catholique au sujet de la politique [...] Lire la suite

14 juillet 2005 • FranceEntretien télévisé du président Jacques Chirac.

de l'Intérieur. Il déclare: « Je n'ai pas vocation à démonter tranquillement les serrures à Versailles pendant que la France gronde », faisant implicitement allusion à l'inaction de Louis XVI en 1789.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Clément MARTIN, « LOUIS XVI (1754-1793) - roi de France (1774-1792) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xvi/