LOMÉNIE DE BRIENNE ÉTIENNE CHARLES DE (1727-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Orienté vers l'état ecclésiastique, évêque de Condom en 1760, archevêque de Toulouse en 1763, Loménie de Brienne se révèle bon administrateur, s'occupe de travaux publics, d'industrie, de commerce, d'instruction publique, fait creuser le canal entre la Garonne et le canal du Midi. Membre des assemblées du clergé, de la commission des Réguliers pour amorcer la réforme des ordres religieux, il y exerce une influence prépondérante ; il ouvre un synode diocésain pour examiner les questions d'actualité (portion congrue, secours aux vieux prêtres). Il publie un rituel et il est reçu à l'Académie française en 1770.

Après l'échec de Calonne devant les notables, dont il porte une part de responsabilité, il devient chef du conseil royal des Finances sur la recommandation de la reine, puis principal ministre en 1787. Intrigant, il a troqué l'archevêché de Toulouse contre celui de Sens, plus lucratif ; souple et lucide, il présente aux notables un programme analogue à celui de son prédécesseur, mais l'assemblée refuse la subvention territoriale, et le marquis de La Fayette réclame la convocation des états généraux. Énergique, Loménie de Brienne renvoie les notables et se tourne vers le parlement, qui enregistre les édits sur le libre commerce des grains, l'abolition de la corvée, les assemblées municipales et provinciales, mais repousse des édits fiscaux sur le timbre et la subvention territoriale. Le roi impose au parlement un lit de justice et l'exile à Troyes. Brienne négocie son retour à condition d'obtenir l'impôt des deux dixièmes ; la réunion des états généraux est envisagée pour 1792. Loménie de Brienne fait accorder aux protestants le droit commun et le droit d'état civil ; mais, l'agitation se poursuivant au parlement, il fait arrêter deux meneurs en 1788. Il reprend les projets de Maupeou et fait imposer, par un lit de justice, une réforme judiciaire et politique, essai de despotisme éclairé qui soulève la rébellion nobiliaire à Paris, à Dijon, à Toulouse, en Béarn, en Daup [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille

Classification


Autres références

«  LOMÉNIE DE BRIENNE ÉTIENNE CHARLES DE (1727-1794)  » est également traité dans :

LOUIS XVI (1754-1793) roi de France (1774-1792)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 2 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une conduite ambiguë »  : […] Devant la persistance des difficultés financières, Louis XVI appelle Calonne qui, après avoir dénoncé son prédécesseur Maurepas et relancé une politique libérale, élabore un plan « d'amélioration des finances », dont l'essentiel est l'introduction d'impôts sur les biens fonciers, « la subvention territoriale », fixée selon une répartition effectuée par des propriétaires, élus au sein d'assemblées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xvi/#i_40821

Pour citer l’article

Louis TRENARD, « LOMÉNIE DE BRIENNE ÉTIENNE CHARLES DE - (1727-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-charles-de-lomenie-de-brienne/