MALESHERBES CHRÉTIEN GUILLAUME DE LAMOIGNON DE (1721-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un chancelier de France, premier président de la Cour des aides en 1750, Malesherbes est surtout directeur général de la Librairie, en fait chef de la censure ; en cette qualité, il protège officieusement ce qu'il est chargé d'interdire : l'achèvement de l'Encyclopédie est son œuvre. Il manifeste plus d'amitié encore que de sentiments protecteurs à Jean-Jacques Rousseau, qui lui adressera notamment quatre admirables lettres autobiographiques et qui ne cessera jamais de correspondre avec lui. Disgracié en 1771 pour avoir inspiré les « grandes remontrances » de la Cour des aides, critique violente de l'absolutisme royal, il est rappelé par Louis XVI qui le nomme, à son avènement, ministre et secrétaire d'État de la maison du roi. Son retour au pouvoir est un symbole de victoire pour les parlementaires qui reviennent en force et aussi pour Turgot qui a triomphé des résistances de la cour. Malesherbes ne supprime pas les lettres de cachet, mais les soumet à un contrôle plus sérieux et ne réussit pas à limiter les dépenses de la maison du roi. Démissionnaire en 1776, le jour de la révocation de Turgot, il voyage en Europe, revient au gouvernement en 1787-1788 comme ministre d'État, mais se retire, mécontent de la date choisie pour la convocation des États généraux. Il refuse d'émigrer dès les débuts d'une Révolution qu'il avait préparée, mais qui le dépassait, et se retire de nouveau dans ses terres. Apprenant que Louis XVI allait être traduit devant la Convention, il obtient, malgré son grand âge, l'honneur de le défendre avec Tronchet et Desèze. Ce courage lui valut d'être arrêté comme suspect en décembre 1793. Il fut guillotiné en avril suivant avec sa fille et ses petits-enfants. Avec ses « remontrances », il laissait une série de Mémoires, Mémoires sur les moyens d'accélérer les progrès de l'économie rurale en France (1790), Mémoires pour Louis XVI (1792) et Mémoires sur la librairie et sur la liberté de la presse, publiés après sa mort.

—  Olivier COLLOMB

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MALESHERBES CHRÉTIEN GUILLAUME DE LAMOIGNON DE (1721-1794)  » est également traité dans :

CENSURE

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 6 226 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les contradictions de la censure »  : […] On considère généralement que la censure royale en France a appuyé au xvii e  siècle la Contre-Réforme et qu'elle a fortement affaibli les adversaires ou les critiques de la monarchie absolue, les jansénistes par exemple. Restée en vigueur jusqu'en 1789, elle a aussi exercé des effets à long terme sur la vie culturelle française. Par exemple, elle n'a pu que stimuler des formes d'écritures qui, co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/censure/#i_22378

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le temps des philosophes »  : […] Le xviii e  siècle est, en matière de librairie, le temps des règlements. En France, depuis 1701 au moins, le Bureau de la librairie enregistre en théorie tout ce qui s'imprime. Aux uns, il décerne un privilège général, valable pour toute la France ; pour les ouvrages qui ne peuvent faire l'objet d'un seul monopole sur tout le territoire, il accorde un privilège local ; pour ceux dont la diffusion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_22378

Pour citer l’article

Olivier COLLOMB, « MALESHERBES CHRÉTIEN GUILLAUME DE LAMOIGNON DE - (1721-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malesherbes-chretien-guillaume-de-lamoignon-de/