MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand CélineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paru en mai 1936, Mort à crédit est le deuxième roman de Louis-Ferdinand Céline (1894-1961). Quatre ans plus tôt, ce médecin de banlieue, tard venu à l'écriture, avait créé l'événement littéraire avec Voyage au bout de la nuit. Ce livre coup de poing, d'une rare violence de ton et de vision, avait divisé les critiques. Beaucoup néanmoins y avaient vu un chef-d'œuvre parvenant, par sa dimension et sa puissance narrative, à se faire l'écho des convulsions et des tragédies de l'époque.

Louis-Ferdinand Céline

Louis-Ferdinand Céline

Photographie

«Ce qui guide encore le mieux, c'est l'odeur de la merde» (Voyage au bout de la nuit). C'est cette odeur, respirée dans les tranchées de 1917 et en Afrique, « dans le cœur des ténèbres » de l'empire colonial français, que Louis-Ferdinand Destouches, dit Céline (1894-1961), écrivain et... 

Crédits : Daniel Frasnay/ AKG

Afficher

Mort à crédit s'inscrit dans la lignée de Voyage au bout de la nuit. On y retrouve le même héros-narrateur, Ferdinand Bardamu, désormais désigné par son seul prénom : il restera le personnage central de l'œuvre de Céline et, d'une certaine manière, son double, avant de se fondre, à partir de Féerie pour une autre fois (1952), dans Céline devenu personnage. On retrouve aussi dans Mort à crédit les mêmes allures d'apparente autobiographie : dès les premières pages, Ferdinand se présente au lecteur en tant que médecin-écrivain. En fait, tout comme dans le Voyage au bout de la nuit, il s'agit non pas des mémoires d'une vie, mais bien d'une œuvre de fiction où le vécu de l'auteur, même s'il constitue sa principale source d'inspiration, se trouve constamment transposé, déformé et inventé.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline  » est également traité dans :

CÉLINE LOUIS-FERDINAND

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 5 006 mots

Dans le chapitre « De Destouches à Céline »  : […] Louis, Ferdinand, Auguste Destouches – c'est à sa grand-mère maternelle, Céline Guillou, qu'il empruntera son nom de plume – naît le 27 mai 1894 à Courbevoie et cette origine ne sera pas sans conséquences sur son œuvre : tout comme la Provence chez Giono et le Bordelais chez Mauriac, la région, la faune et la langue parisienne seront les éléments fondamentaux de sa thématique et, pour une part, de […] Lire la suite

CÉLINE LOUIS-FERDINAND - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 533 mots

27 mai 1894 Naissance à Courbevoie, en banlieue parisienne, de Louis Ferdinand Destouches, nom de baptême de Céline. 1899 Sa famille s'installe passage Choiseul, à Paris. Elle y restera huit ans. 1900 Exposition universelle de Paris. 1912 S'engage pour trois ans dans un régiment de cuirassiers. 1914-1918 Première Guerre mondiale. Le 27 octobre 1914, Céline est blessé au bras droit. Il reçoit […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-30 avril 2014 • Ukraine • Occupation de villes de l'est par les prorusses.

er également, le groupe gazier russe Gazprom augmente considérablement le prix du gaz livré jusque-là à l'Ukraine à un tarif préférentiel, et exige le paiement des arriérés. Le 3, les autorités ukrainiennes publient les conclusions de l'enquête sur la mort de plus de cent manifestants à Kiev [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-a-credit/