CÉLINE LOUIS-FERDINAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Céline pamphlétaire : le délire antisémite

Rien pourtant n'aurait pu laisser entrevoir pareille chose. Médecin des pauvres, homme modeste et d'origines et de nature, écrivain généreux salué par la gauche communiste, qui aurait pu soupçonner Céline de haine raciale ? Or, fin 1936, tout en annonçant la parution prochaine de deux romans (Casse-pipe et Honny soit – futur Guignol's Band), Denoël publie un petit libelle de Céline, Mea culpa, anodin d'apparence : comme d'autres, Céline s'est rendu durant l'année en U.R.S.S. ; comme d'autres, il relate les horreurs et les aberrations du stalinisme ; mais, à l'écart des autres, il les explicite en reprenant une vieille idée de droite : le communisme, c'est-à-dire Marx, Engels, Lénine, Trotski et les autres, n'est que l'aboutissement d'un vaste complot juif. Fin 1937, c'est la parution de Bagatelles pour un massacre, tableau apocalyptique d'une France rongée, gangrenée, vidée de sa substance par une horde de rastaquouères et de métèques. En 1938, L'École des cadavres : ce sont les éléments juifs de la finance new-yorkaise qui fomentent la guerre mondiale afin de ruiner l'Europe et de tirer profit de sa reconstruction. Enfin, Les Beaux Draps en 1941, conclusion mi-amère, mi-ironique tirée de la débâcle française et vérification triomphante des prédictions annoncées.

Quelles explications apporter à un tel déploiement fantasmatique ? Comment sinon légitimer, du moins expliquer un tel discours ? Par l'opportunisme et des bénéfices à court terme ? Certainement pas. Sartre, dans La Question juive, a beau accuser Céline d'avoir été stipendié par les nazis ; Jünger, dans son Journal, d'avoir frayé avec la Kommandantur et Otto Abetz : rien ne prouve, pour l'instant, que l'antisémite Destouches ait été un authentique collaborateur. Des témoignages contradictoires, d'ailleurs, existent, émanant d'anciens résistants ou d'intellectuels juifs. Ce qui n'excuse aucunement l'ignominie des thèses soutenues par Céline, mais les relègue au rang de la pure et simple psychopathie. Comme tente de le montrer J.-P. Richard dans Nausée de Céline : « U [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages





Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  CÉLINE LOUIS-FERDINAND (1894-1961)  » est également traité dans :

CÉLINE LOUIS-FERDINAND - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 533 mots

27 mai 1894 Naissance à Courbevoie, en banlieue parisienne, de Louis Ferdinand Destouches, nom de baptême de Céline.1899 Sa famille s'installe passage Choiseul, à Paris. Elle y restera huit ans.1900 Exposition universelle de Paris.1912 S'engage pour trois ans dans un régiment de cuirassiers. […] Lire la suite

MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 169 mots
  •  • 1 média

Paru en mai 1936, Mort à crédit est le deuxième roman de Louis-Ferdinand Céline (1894-1961). Quatre ans plus tôt, ce médecin de banlieue, tard venu à l'écriture, avait créé l'événement littéraire avec Voyage au bout de la nuit. Ce livre coup de poing, d'une rare violence de ton et de vision, avait divisé les critiques. Beaucoup néanmoins y avaient vu un chef […] Lire la suite

VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 068 mots
  •  • 1 média

Lancé en 1932 par le jeune éditeur Denoël, Voyage au bout de la nuit eut aussitôt sur la vie littéraire française l'impact d'une météorite et laissa la critique abasourdie. Ce gros roman touffu, témoignant d'une rare maîtrise d'écriture était l'œuvre d'un écrivain inconnu, n'ayant encore rien publié et dissimulé par un pseudonyme : le nom de Céline (1894-1961) cachait celui du […] Lire la suite

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 700 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La société dans le roman »  : […] Quand on étudie comment les sociétés vivent, s'expriment dans le romanesque, il faut d'abord se garder de tout sociologisme. Nul roman, même l'œuvre de Balzac, ne donne du social une image innocente ou totale. La description sociologique due aux romanciers dépend du statut idéologique des groupes sociaux qu'ils mettent en scène. Stendhal se distingue d'un romancier « romantique » par la lucidité a […] Lire la suite

VITOUX FRÉDÉRIC (1944- )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 732 mots

La mémoire familiale joue un rôle particulièrement important dans l'œuvre de Frédéric Vitoux ; aussi se doit-on d'évoquer d'emblée les origines de cet écrivain, né à Vitry-aux-Loges (Loiret) le 19 août 1944, fils de Pierre Vitoux, journaliste au Petit Parisien , condamné à la Libération pour intelligence avec l'ennemi. Frédéric Vitoux est également le petit-fils de Georges Vitoux, bibliophile, jou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « CÉLINE LOUIS-FERDINAND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ferdinand-celine/