LOS ANGELES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les étapes du développement 

Des travaux de géographes et d'historiens publiés dans les années 1980 ont démontré que la structuration de la ville de Los Angeles au profit d'un paysage essentiellement suburbain résultait d'une part de la nature des flux migratoires principalement composés d'Américains et, d'autre part, des forces économiques n'exigeant aucune concentration spatiale.

Los Angeles a accueilli, à partir des années 1870, des Américains venus de la côte est puis du Midwest en quête d'un cadre de vie proche de la nature, à l'image de l'idéal urbain formalisé par des intellectuels qui, au milieu du xixe siècle, avaient estimé que la banlieue constituait un compromis acceptable pour une société s'industrialisant tout en cherchant à préserver les valeurs associées au monde rural (« le mythe pastoral »). Les Américains qui se dirigeaient vers Los Angeles n'étaient pas mus, comme dans le cas de Chicago ou de San Francisco, par des motivations économiques, mais cherchaient tout simplement à vivre différemment que dans les villes de la côte est. Avec l'arrivée des Anglo-Saxons, l'activité, qui jusqu'ici avait été essentiellement confinée au Pueblo, ne tarda pas à envahir le territoire situé le long des cinq lignes de chemin de fer qui desservaient San Fernando, San Bernardino, Anaheim, Wilmington (qui deviendra plus tard le site du port) et Santa Monica. Quant au développement économique, il a reposé au départ sur la spéculation foncière, l'agriculture commerciale, l'exploitation de puits de pétrole et, au tournant du siècle, sur l'aéronautique et le cinéma.

La dynamique de la croissance enregistrée par Los Angeles s'est appuyée, au début du xxe siècle, sur la volonté d'une oligarchie composée d'hommes d'affaires et sur un quotidien ambitieux, le Los Angeles Times, qui, ensemble, n'ont pas hésité à faire la promotion de cette ville de la Frontière dans le reste des États-Unis et qui ont réussi à influencer l'opinion publique pour qu'elle se prononce en faveur de la construction d'infrastructures lors des référendums organisés par la municipalité. Ils ont su faire partager leur vision de l'avènement d'une métropole de grande envergure. La quête de l'eau dans une région semi-désertique a longtemps été une priorité, et elle se fit parfois dans la violence, comme l'illustre le film de Roman Polanski, Chinatown (1974). Au début du xxe siècle, l'ingénieur William Mulholland eut le premier l'idée d'aller chercher l'eau au nord, dans la vallée de l'Owens, située dans la sierra Nevada (Los Angeles Aqueduct). Au cours des années 1930, Los Angeles entreprit cette fois-ci d'aller puiser l'eau jusque dans le Colorado, grâce au concours de l'État fédéral qui a permis la réalisation d'importants barrages et canaux (Colorado River Aqueduct). La ville de Los Angeles a mis au point dans les années 2010 le plan One Water LA 2040 pour assurer une gestion soutenable de l’usage de l’eau dans un contexte marqué par une plus grande incertitude au sujet des sources d’approvisionnement, le réchauffement climatique rendant cette question toujours plus critique.

Après avoir été espagnole puis mexicaine tout en se définissant par moment comme une entité cosmopolite, Los Angeles a été par la suite et pendant un siècle habitée principalement par une population anglo-saxonne, voire WASP (White Anglo-Saxon Protestants), tout en tolérant des communautés mexicaines, chinoises, japonaises et noires. À partir des années 1960, les flux migratoires ont surtout été le fait d'étrangers en provenance d'Amérique latine (prioritairement du Mexique) et d'Extrême-Orient, en raison d'une politique nationale de l'immigration permettant le regroupement familial (votée par le Congrès en 1965) et de l'internationalisation de la vie économique de la région. Los Angeles devenait ainsi une « ville-monde » et, ce faisant, sa population s'est recomposée au profit des minorités ethniques. En 2017, la population de la ville était composée de 48,5 p. 100 d’Hispaniques, de 28,5 p. 100 de « Blancs-Caucasiens » selon la terminologie utilisée aux États-Unis, de 11,5 p. 100 d’Asiatiques, de 9 p. 100 de Noirs (Afro-Américains) et 3,5 p. 100 de Métis.

On parle désormais de « majority-minority city » (ville composée majoritairement de minorités) et ces changements dans l'équilibre ethnique engendrent des tensions. La révolte de Watts, en 1965, qui a fait 34 morts, 1 000 blessés et des dégâts matériels évalués à 40 millions de dollars, a permis à la majorité blanche de prendre conscience de la présence d'une minorité noire vivant dans des conditions difficiles et non représentée sur le plan politique, alors que l'émeute de South Central, en 1992, qui a entraîné la mort de 63 personnes, fait 2 000 blessés et des dégâts matériels de l’ordre de 1 milliard de dollars, qualifiée d'ailleurs de première révolte multiethnique, a montré la rivalité sur le marché du travail et dans le domaine de l'appropriation de l'espace entre les minorités anciennes que sont les Noirs et les nouveaux immigrés, essentiellement hispaniques et asiatiques. Les gangs principalement noirs et hispaniques n'ont d'ailleurs pas hésité à se manifester à cette occasion. Parmi la population hispanique, l'ensemble des Angelinos font la différence entre les Mexicains-Américains (Chicanos) résidant à East Los Angeles et les immigrés récents, venus du Salvador et du Guatemala depuis les années 1980, et habitant à Pico Union et à Westlake. Quant à la communauté asiatique, elle n'est pas non plus homogène et comprend aussi bien des Chinois et des Japonais établis depuis trois générations que des immigrés venus de Corée, des Philippines et de Hong Kong à partir des années 1980. Los Angeles compte nombre d’immigrés clandestins qui constituent une part importante de ce sous-prolétariat qualifiée d'« underclass ». Le conseil municipal a voté en février 2019 une résolution en faveur d’un statut de « ville sanctuaire », sans que cela génère pour autant une véritable protection légale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

États-Unis : carte administrative

États-Unis : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Los Angeles

Los Angeles
Crédits : Chad Ehlers/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directrice de recherche émérite au CNRS-CREDA, université Sorbonne Nouvelle, Paris, professeur à l'institut des hautes études de l'Amérique latine, Paris

Classification

Autres références

«  LOS ANGELES  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Un réseau urbain très polarisé »  : […] Si la population est concentrée sur les littoraux, ceux-ci sont loin de constituer un cordon d'urbanisation uniforme. Au contraire, on distingue trois grands foyers de population, organisés autour de trois grands chapelets de villes, les mégalopoles : – Le plus important, dans le Nord-Est, regroupe environ 55 millions d'habitants (années 2010) et est centré sur l'agglomération new-yorkaise. Surno […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « La persistance du problème noir »  : […] Les relations entre Noirs et Blancs restent un des principaux problèmes sociaux de la décennie de 1990, et il ne s'agit pas d'une question marginale. Le rap, qui prend pour inspiration la vie dans les quartiers noirs défavorisés, émerge comme un courant musical en 1991 tout en devenant moins violent. Les conséquences de la dégradation de ces ghettos sont projetées sur la scène publique lorsque de […] Lire la suite

GEHRY FRANK O. (1929- )

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  • , Universalis
  •  • 1 604 mots

Dans le chapitre « Le mouvement qui déplace les lignes »  : […] La source première de l'inspiration de Gehry demeure toutefois cette ville chaotique qu'est Los Angeles. Chaque bâtiment en est une métaphore, l'occasion d'exprimer un désordre doublé du spectre du tremblement de terre qui menace la Californie. La maison qu'il construit pour un cinéaste (1981) ou le California Aerospace Museum (1984) témoignent notamment de cette prise de position. Attentif au con […] Lire la suite

HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël AUGROS, 
  • Francis BORDAT
  •  • 7 748 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le nom de Hollywood (« bois de houx ») est donné en 1886 par Daeida Wilcox au ranch acheté par son mari dans la vallée de Cahuenga, en Californie. Agent immobilier, Harvey Henderson Wilcox découpe sa vaste propriété en vingt-cinq blocs comprenant chacun de dix à vingt-quatre parcelles, et les revend avec profit. Le lotissement, délimité au nord par Franklin Avenue, au sud par Sunset Boulevard, à l […] Lire la suite

MÉTROPOLISATION

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 6 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De nouveaux territoires institutionnels pour les métropoles »  : […] Toujours est-il que cette gouvernance métropolitaine pluriscalaire et évolutive se heurte à l’idée même de territoire institutionnel tel qu’il s’est constitué en Europe à partir de la fin du Moyen Âge, avec l’État moderne puis au xix e   siècle avec l’État-nation. Par sa nature réticulaire, sélective, mouvante, la métropolisation bouscule les principes de continuité territoriale et d’égalité de tr […] Lire la suite

MUSÉES AMÉRICAINS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 646 mots

1943-1959 Musée Guggenheim, New York , Frank Lloyd Wright (1867-1959). L'architecte applique une conception originale du parcours muséal, en créant une rampe hélicoïdale qui mène le visiteur jusqu'au sommet du musée. Ce schéma rend toutefois impossible une libre déambulation à travers l'espace. 1961-1962 Musée d'Oakland, Californie, Kevin Roche (1922-2019). L'architecte refuse toute construction […] Lire la suite

PORTS MARITIMES

  • Écrit par 
  • Geoffroy CAUDE, 
  • Paul SCHERRER
  •  • 8 520 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les trafics conteneurs des ports du monde »  : […] Dans le domaine du conteneur, la prédominance des ports asiatiques est encore plus marquée que globalement, mais, certainement mieux répartie entre les divers pays asiatiques. Ainsi en 2006, les trois premiers ports mondiaux ont été Singapour (24,8 millions E.V.P.-M.E.V.P.), Hong Kong (23,5 M.E.V.P.) et Shanghai (21,7 M.E.V.P.). Ce dernier port a, en particulier, mis en service, à la fin de l'ann […] Lire la suite

PREMIERS STUDIOS DE CINÉMA À HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

À quelques kilomètres de Los Angeles, ancien pueblo mexicain devenu américain en 1850, Hollywood est d'abord un ranch, « le bois de houx », bientôt vendu en lotissements. En 1903, avec 700 habitants, Hollywood devient une ville. Dès 1909, D. W. Griffith (1875-1948) y tourne pour la Biograph. Des studios de fortune, constitués d'une plate-forme et d'un velum, naissent dans les cours d'anciennes bo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 novembre 2020 États-Unis – Mexique. Extradition d'un ancien ministre mexicain.

Los Angeles pour narcotrafic et blanchiment d’argent, afin de permettre que celui-ci soit jugé dans son pays. Cette procédure est sans précédent dans le cadre de la coopération judiciaire entre les deux pays. Salvador Cienfuegos est extradé vers le Mexique. Mexico s’était élevé contre son arrestation effectuée sans que les autorités mexicaines aient […] Lire la suite

1er-16 juin 2020 États-Unis. Développement du mouvement de contestation du racisme et des violences policières.

Los Angeles et d’autres grandes villes du pays, qui décident également de réformer les techniques de maintien de l’ordre. Le 10, des statues de Christophe Colomb sont dégradées à Boston (Massachusetts) et à Richmond (Virginie), en lien avec les revendications du mouvement Black Lives Matter. Les déboulonnages de statues de personnalités esclavagistes […] Lire la suite

24 février - 11 mars 2020 États-Unis. Condamnation de Harvey Weinstein.

Los Angeles (Californie). Le 11 mars, Harvey Weinstein est condamné à vingt-trois ans de prison et écroué. Il encourait une peine maximale de vingt-neuf ans de prison. […] Lire la suite

8 novembre 2018 États-Unis. Incendies meurtriers en Californie.

Los Angeles. Ces feux sont principalement causés par des conditions de sécheresse extrême. Ce sont les plus meurtriers de l’histoire de l’État, avec un bilan d’au moins quatre-vingt-cinq morts. En octobre 2017, les incendies dans les comtés de Napa et Sonoma avaient fait quarante-quatre morts. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Cynthia GHORRA-GOBIN, « LOS ANGELES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/los-angeles/