WAGNER LOI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Loi connue aussi sous le nom de loi nationale sur les relations de travail (National Labor Relations Act). Une vague de grèves ayant submergé les États-Unis à partir de 1933, le président Roosevelt tenta de l'endiguer en établissant une Commission nationale du travail (National Labor Board), sous la direction de son ami Robert Wagner, sénateur démocrate de New York. D'abord efficace, la commission échoue totalement au début de 1934, devant l'intransigeance patronale. Wagner se rend alors compte de la nécessité d'une loi permanente qui donnerait un cadre légal à des négociations collectives avec des syndicats réellement représentatifs des travailleurs. La loi que prépare Wagner est la plus radicale du New Deal, en ce qu'elle altère profondément le rapport de forces entre employeurs et employés, et donne un réel pouvoir économique et politique aux syndicats ouvriers. De plus, la loi interdit au patronat un certain nombre de pratiques « injustes » : création de syndicats « maison » (jaunes) ; discrimination à l'encontre des ouvriers syndiqués. Roosevelt, qui pense encore pouvoir instituer une collaboration fructueuse entre ouvriers et patrons sans établir aussi fermement le rôle des syndicats, est d'abord extrêmement réservé à l'égard du projet Wagner. C'est, en fait, contre son gré que la loi Wagner est votée en mai 1935, en dépit d'une campagne de presse animée par l'industrie. Mais la Cour suprême, quelques jours plus tard, déclare anticonstitutionnelle la loi de redressement national (National Recovery Act) que Roosevelt avait cru suffisante pour réaliser ses projets. Il se rallie alors au projet Wagner, qui est adopté par la Chambre des représentants en juin 1935. Cette loi, qui va en fait beaucoup plus loin que le N.R.A., ne sera pas invalidée par la Cour suprême. Mais le patronat n'aura de cesse qu'il n'ait démantelé les principaux points de la loi Wagner ; il obtiendra sa revanche après la guerre, lorsqu'un congrès républicain votera en 1947, contre le veto du président Truman, la loi Taft-Hartley. Celle-ci, encore en vigueur, limite les prérogatives syndicales obtenues avec la loi Wagner, à laquelle le syndicalisme américain tente toujours de revenir.

—  Marie-France TOINET

Écrit par :

  • : directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  WAGNER LOI  » est également traité dans :

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'A.F.L. face au syndicalisme révolutionnaire »  : […] L'attitude de l'A.F.L. contrastait avec celle des Industrial Workers of the World ( I.W.W.). Ceux-ci avaient été fondés en 1905, à Chicago, par Eugene V. Debs, qui purgea plusieurs peines de prison en raison de ses activités politiques et syndicales et fut cinq fois candidat socialiste à la présidence des États-Unis, de 1900 à 1920. Alors que l'A.F.L. organisait les travailleurs par métiers, selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/american-federation-of-labor-congress-of-industrial-organizations/#i_29523

NEW DEAL, en bref

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 342 mots
  •  • 1 média

Le New Deal (« nouvelle donne ») amorcé aux États-Unis au début de la présidence de Franklin D. Roosevelt, au printemps de 1933, est d'abord une entreprise psychologique destinée à restaurer l'image d'une Amérique capable de surmonter la crise. Mais alors que son prédécesseur, Herbert C. Hoover, voyait dans l'État un simple auxiliaire des hommes d'affaires, Roosevelt tente de rendre au pouvoir pol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-deal-en-bref/#i_29523

NEW DEAL

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 3 823 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la politique économique à la politique sociale »  : […] Désormais, le New Deal se développe dans deux directions. En premier lieu, les mesures amorcées en 1933 sont complétées et menées à leur terme. Ainsi, la monnaie, détachée de l'or dès 1933, est dévaluée officiellement au début de 1934 : le dollar nouveau est fixé à 59,06 p. 100 de sa valeur antérieure, donc dévalué de plus d'un tiers. Pour stopper l'inflation qui aurait pu en résulter, le Silver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-deal/#i_29523

Pour citer l’article

Marie-France TOINET, « WAGNER LOI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-wagner/