LIVRE DE LA GUÉRISON, AvicenneFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essence et l'existence

Profond métaphysicien, Avicenne a subi l'influence d'al-Fārābī et de Plotin – assimilée à celle d'Aristote, car les Arabes (et après eux les Latins, jusqu'au xiiie siècle) attribuaient au Stagirite une Théologie qui était en réalité d'origine néo-platonicienne. Le Dieu de la physique, premier moteur ou cause première, est-il le Dieu de la métaphysique ? Avicenne semble être le premier, dans sa réexposition de la Physique aristotélicienne, à avoir nettement marqué que l'être appartenant à la nature n'étant pas l'être nécessaire, la preuve de l'existence de Dieu ne peut pas appartenir à la physique, mais seulement à la métaphysique. La distinction de l'être créé et de l'être incréé formulée ensuite par Thomas d'Aquin, et la doctrine thomiste de l'analogie de l'être doivent beaucoup par conséquent à l'avicennisme. Les Latins considéreront la thèse de l'Intellect séparé, issue de l'interprétation avicennienne du De Anima d'Aristote, comme plus caractéristique encore. L'intellect actif du Stagirite y apparaît comme séparé de l'âme humaine, devenue, selon cette conception, seulement passive, car l'intelligible lui est donné de l'extérieur, l'âme ne pouvant mieux faire que de tendre vers lui.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « LIVRE DE LA GUÉRISON, Avicenne - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-la-guerison/