LITUANIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Lituanie (LT)
Chef de l'ÉtatGitanas Nausėda (depuis le 12 juillet 2019)
Chef du gouvernementIngrida Šimonyte (depuis le 11 décembre 2020)
CapitaleVilnius
Langue officiellelituanien
Unité monétaireeuro (EUR)
Population2 790 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)65 286

La littérature

Dans la grande principauté de Lituanie, qui s'étendait aux xive et xve siècles de la Baltique à la mer Noire, la langue officielle était le biélorussien, et plus tard le latin. Au xvie siècle, l'établissement temporaire du protestantisme et ensuite de la Contre-Réforme ont amené les auteurs d'œuvres religieuses à s'exprimer en langue vernaculaire.

À côté d'une poésie populaire, dite de servage (celui-ci ne fut aboli qu'en 1861), et qui demeura orale, la littérature écrite ne comporte jusqu'en 1700 que des écrits religieux.

L'élan de libération nationale et sociale déclenché dans la seconde partie du xixe siècle suscite une vague d'écrivains engagés dont témoigne l'œuvre du poète romantique Maironis où se déploie l'ensemble des thèmes qu'il porta à leur maximum d'expression.

Après l'indépendance en 1918, les mouvements d'avant-garde de l'étranger influencèrent les lettres lituaniennes qui les assumèrent sans infléchir pour cela le génie national. Jusqu'à nos jours, la veine lyrique garde la primauté, ainsi qu'en témoigne le poète lituanien d'expression française Oscar Milosz.

Les origines

Le premier livre imprimé lituanien s'intitule Les Mots communs du catéchisme de M. Mažvydas (1547). Plus tard, il y eut les œuvres religieuses de J. Bretkūnas (1513-1602). Le Nouveau Testament fut publié en 1701 et la Bible tout entière en 1727. En dehors des livres religieux, on peut citer le Dictionarium trium linguarum de K. Širvydas (1629), le premier dictionnaire lituanien. À cette période appartiennent quatre-vingt-cinq auteurs et soixante-dix publications, mais leur intérêt est plus linguistique que littéraire.

Le xviiie siècle a produit plus de livres profanes, y compris des grammaires, des dictionnaires et la première collection de chants populaires. L'œuvre la plus marquante de cette période est le poème de Kristijonas Donelaitis (1714-1780), appelé Les Quatre Saisons, écrit en hexamètres ; il se ressent de l'influence allemande. C'est une peinture de la vie au village au fil de l'année, mais où, à l'opposé de la pastorale en dentelles, le ton est authentique : ses paysans sont vrais, la vie paysanne, toute célébrée qu'elle est, n'en demeure pas moins âpre, parfois grossière, avare en idylles, tout entière soumise au labeur.

L'élan national

De nouvelles tendances se manifestèrent au xixe siècle. Dans la première moitié, un mouvement littéraire national fut lancé, principalement par les étudiants de l'université de Vilnius, mais un plus grand effort fut fait dans le sens de la création d'une langue littéraire lituanienne et, en partie sous l'influence du romantisme, l'intérêt se porta sur l'histoire ancienne de la Lituanie. En même temps que la poésie patriotique de Simanas Stanevičia (1799-1848) et de Dionyzas Poška (1757-1830), Simanas Daukantas (1793-1864) s'essayait à des écrits historiques. Parmi beaucoup d'autres écrivains, A. Strazdas-Strazdelis (1763-1833) se signale par des chants profanes et sacrés. Dans tous ces écrits passe l'influence occidentale et le souvenir de la Révolution française.

Cette renaissance se poursuivit dans les œuvres de l'évêque M. Valančius (1801-1875), connu pour ses ouvrages religieux et pédagogiques et pour sa prose pleine d'imagination ; ensuite par l'évêque A. Baranauskas (1835-1902), un poète dont l'œuvre maîtresse est Anykščiu vSilelis, 1858-1859 (Le Forestier d'Anykščiu). En 1864, les autorités russes interdirent la publication d'écrits lituaniens en caractères latins. Dès lors, pendant quarante ans les livres et les périodiques furent imprimés en Petite-Lituanie dite encore lituanie prussienne sous l'occupation allemande ; on les passait en fraude à la frontière. La littérature de cette période cherche à ranimer le sentiment national et à rallier les Lituaniens contre l'autorité de la Russie et contre l'influence culturelle de la Pologne.

Le premier périodique moderne lituanien, Aušra (Aurore), fondé en 1883 par Jonas Basanavičius et imprimé en Petite-Lituanie, a donné son nom à la littérature de la génération suivante. C'est pourquoi, Basanavičius, connu comme spécialiste du folklore et comme essayiste, est appelé le « père du mouvement nationaliste lituanien ».Vincas Kudirka (1858-1899) était journaliste et auteur de nouvelles ; un de ses poèmes est devenu l'hymne national de la Lituanie indépendante. Le père J. Mačiulis (1862-1932), qui écrivait sous le nom de Maironis, le plus célèbre des poètes lituaniens, à la fois pour sa poésie dramatique et pour sa poésie lyrique, a été [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Lituanie : carte physique

Lituanie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Lituanie : drapeau

Lituanie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Débarquement de Klaipéda

Débarquement de Klaipéda
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Lituanie : l'entrée dans l'Union Européenne

Lituanie : l'entrée dans l'Union Européenne
Crédits : Petras Malukas/ AFP

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en civilisation russe, option géographie (Institut national des langues et civilisations orientales), rédactrice pour les revues Questions Internationales et P@ges Europe de la Documentation Française, corédactrice en chef de la revue Regard sur l'Est, chargée de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : docteur de l'Université, ancien maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales (histoire des pays Baltes)
  • : traducteur

Classification

Autres références

«  LITUANIE  » est également traité dans :

LITUANIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ADAMKUS VALDAS (1926- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 460 mots

Président de la Lituanie de 1998 à 2003 puis de 2004 à 2009. Valdas Adamkus (de son vrai nom Adamkavecius) naît le 3 novembre 1926 à Kaunas. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il lutte au côté des insurgés lituaniens contre l'autorité soviétique, publie un journal clandestin sous l'occupation nazie, puis reprend le combat contre l'armée soviétique qui revient en Lituanie. En 1944, le jeune Adamku […] Lire la suite

BALTES PAYS

  • Écrit par 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 1 317 mots

Les territoires actuels de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie forment un ensemble géographique soudé de 175 000 kilomètres carrés. On a coutume de dire que ces États constitueraient un tout, les pays Baltes. Or, en dehors de leur unité géographique sur la rive orientale de la mer Baltique, ces pays n'ont, jusqu'au xviii e  siècle, presque rien en commun. Ni leurs origines : les Estoniens […] Lire la suite

BARTAS SHARUNAS (1964- )

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 1 233 mots

Cinéaste lituanien, Sharunas Bartas est né le 16 août 1964 à Siauliai. Adolescent, il s’intéresse à la photographie et au cinéma, qu’il pratique en amateur. Lors d’une expédition en Sibérie, il découvre le peuple des Tofolars, chasseurs-cueilleurs sédentarisés de force, dont la langue et le mode d’existence sont menacés. Ils donneront son thème au film Tofolaria (1986). Admis au VGIK, l’institut […] Lire la suite

BRAZAUSKAS ALGIRDAS (1932-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 323 mots

Homme politique lituanien, Algirdas Brazauskas fut le premier président élu (1993-1998) de son pays après l'éclatement de l'U.R.S.S. Né le 22 septembre 1932 à Rokiskis, en Lituanie, Algirdas Mykolas Brazauskas est encore enfant lorsque les pays Baltes sont intégrés de force dans l'Union soviétique, en 1940. Il obtient un diplôme de génie civil en 1956, puis un doctorat d'économie en 1974 à l'insti […] Lire la suite

KAUNAS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 534 mots

La ville de Kaunas (anciennement Kowno en polonais, Kovno en russe) se situe dans le sud de la Lituanie, au point navigable le plus en amont, du Nemunas (Niémen) au confluent du fleuve avec la Neris (Vilia). Forteresse érigée en 1030, Kaunas devint une ville en 1317 et obtint une charte d'autonomie (droits urbains) en 1408. Elle fut soumise aux assauts répétés des chevaliers Teutoniques, changeant […] Lire la suite

KLAIPÉDA, anc. MEMEL

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 761 mots
  •  • 2 médias

L'histoire de la ville et du territoire de Memel ( Memelland , Memelgebiet ) est étroitement liée à celle du flux et du reflux du germanisme dans les pays baltes. Fondée en 1252 par les chevaliers Porte-Glaive sous le nom de Neu-Dortmund, érigée en ville en 1254, Memel devient possession de l'évêque de Courlande ; en 1328, elle passe à l'ordre Teutonique. Devenue de ce fait prussienne, elle le res […] Lire la suite

VILNIUS, VILNIOUS ou WILNO

  • Écrit par 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 689 mots
  •  • 1 média

Capitale de la Lituanie. Vilnius, Vilnė, Vilna, Wilno : les quatre noms reçus par la ville reflètent la complexité de son histoire. Établie au confluent de la Neris et de la Vilnia, à quelques kilomètres de la frontière avec la Biélorussie, Vilnius est actuellement excentrée dans le sud-est du pays, à 300 kilomètres de la mer. La ville est fondée en 1320 par le grand-duc Gediminas qui y installe […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 janvier 2022 France – Chine. Adoption par l'Assemblée nationale d'une résolution sur le « génocide » des Ouïgours.

En 2021, le génocide des Ouïgours a déjà été condamné par des chambres parlementaires en Belgique, aux Pays-Bas, en République tchèque, en Lituanie, au Royaume-Uni et au Canada, ainsi que par l’exécutif aux États-Unis.  […] Lire la suite

13-23 décembre 2021 Union européenne – Russie – Mali. Sanctions européennes contre le groupe Wagner.

Le 23, dans un communiqué commun, seize pays occidentaux engagés dans la lutte antidjihadiste au Sahel – Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Estonie, France, Italie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni et Suède – condamnent « fermement le déploiement de mercenaires sur le territoire malien » et accusent la Russie « d’un soutien matériel au déploiement du groupe Wagner ». […] Lire la suite

8-15 novembre 2021 Biélorussie – Pologne. Afflux à la frontière polonaise de migrants transitant par la Biélorussie.

Depuis le mois d’août, en réaction aux sanctions adoptées par l’UE, celui-ci a mis en place un pont aérien entre des villes du Moyen-Orient et Minsk afin d’encourager l’entrée de migrants en Pologne, mais aussi en Lituanie et en Lettonie, via la Biélorussie. Le 11, deux bombardiers russes survolent la zone frontière entre la Biélorussie et la Pologne en « réaction au déploiement massif » de militaires polonais aux abords de cette frontière. […] Lire la suite

3 août 2021 Ukraine – Biélorussie. Mort d'un opposant biélorusse à Kiev.

L’opposante biélorusse et ex-candidate à l’élection présidentielle Svetlana Tikhanovskaïa, elle-même en exil en Lituanie, déclare que « les Biélorusses ne peuvent pas être en sécurité, même à l’étranger ». […] Lire la suite

2 août 2021 Lituanie. Dénonciation de l'afflux de migrants en provenance de Biélorussie.

La commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson, en visite à Vilnius, assimile l’afflux récent de plusieurs milliers de migrants, principalement d’origine irakienne, à travers la frontière biélorusse, à un « acte d’agression » de la part de Minsk. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait réagi à l’imposition de sanctions européennes contre son pays, en mai, à la suite de l’arrestation du journaliste d’opposition Roman Protassevitch, en menaçant « d’inonder l’Union européenne de drogues et de migrants ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Céline BAYOU, Suzanne CHAMPONNOIS, D.A. SEALEY, « LITUANIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lituanie/