EXIL LITTÉRATURES DE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

James Joyce

James Joyce
Crédits : Hulton Getty

photographie

Vladimir Nabokov

Vladimir Nabokov
Crédits : Hulton Getty

photographie

Elias Canetti

Elias Canetti
Crédits : Hulton Getty

photographie

Walter Benjamin

Walter Benjamin
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


Exil et mémoire

Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion.

Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement identifiés à la France par la langue, répond le non moins fameux « la langue française est mon exil » de Malek Haddad et avec lui de bon nombre de francophones des ex-colonies. Que nous sommes loin de l'allégresse joycienne de l'exilé emportant sa langue en guise de territoire – le génial landuage ! Mieux qu'aucun autre, sans doute, l'écrivain turc Nedim Gürsel saura le dire avec « les mots de l'exil » : « Je suis traversé dans ma vie quotidienne par la langue française qui me hante ; [...] ce lieu d'exil par excellence commence à structurer mes phrases [...] alors que je continue d'écrire en turc. » L'écrivain kabyle Nabile Farès se voit, dans son exil, comme « un passager de l'Occident », et s'il cherche à retrouver son identité par l'écriture il rédige Mémoire de l'absent (1974). Il est vrai qu'en arabe Occident se dit Maghreb ou territoire de l'exil, celui-là même où l'Islam s'éloigna du lieu de sa naissance.

La diaspora juive venue d'Orient situe son exil à une autre échelle, celle de l'identité : Albert Cohen, natif de Corfou, éduqué à Marseille, avocat à Genève, inventera pour le xxe siècle la métaphore absolue où les écrivains juifs de langue française se reconnaîtront, en installant sous la demeure somptueusement suisse et chrétienne de Solal (1930) une synagogue cryptique, peuplée d'un ghetto flamboyant et burlesque. Albert Memmi distinguera plus simplement – et avec lui la jeune et prolifique génération sépharade – le monde de l'intérieur (la famille, la tradition, la parole juive) et celui de l'extérieur (l'école, la culture occidentale, l'ascension sociale).

L'ascension par la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  EXIL LITTÉRATURES DE L'  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe Karl Jaspers et l'écrivain Mary McCarthy – témoignait de cet intérêt croissant. Mais il faut a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance-de-hannah-arendt/#i_46596

DARWICH MAHMOUD (1941-2008)

  • Écrit par 
  • Sobhi BOUSTANI
  •  • 1 569 mots

Dans le chapitre « Une poésie de l'exil »  : […] La découverte de l'Autre, l'exil à l'intérieur d'un pays qui n'est plus le sien et l'engagement dans la vie politique marqueront profondément les premières œuvres de Mahmoud Darwich. Six recueils de facture lyrique imprégnés d'un romantisme prononcé vont d'abord l'imposer comme poète révolutionnaire et chantre de la résistance. La bien-aimée, nommée Rita dans La Fin de la nuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahmoud-darwich/#i_46596

L'IGNORANCE (M. Kundera)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 944 mots

« Du vraisemblable plaqué sur de l'oublié » : c'est ainsi que Josef, un des personnages du roman de Milan Kundera, conclut l'interprétation d'un souvenir. Que l'on retrouve sous cette expression celle du Rire de Bergson – « du mécanique plaqué sur du vivant » – donne peut-être une des clés du roman ; mais dans un premier temps, la formule permet de prendre la mesure du chem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ignorance/#i_46596

KRACAUER SIEGFRIED (1889-1966)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 210 mots

Tardivement connue en France, bien que la traduction française par Clara Malraux de son roman Ginster (1928, Genêt ) soit parue dès 1933, l'œuvre de Siegfried Kracauer a été profondément marquée par les grands bouleversements du xx e  siècle. Figure de proue de la République de Weimar, cet intellectue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siegfried-kracauer/#i_46596

KUNDERA MILAN (1929- )

  • Écrit par 
  • Martine BOYER-WEINMANN
  •  • 2 105 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Le grand pari de la traduction » »  : […] Si l'œuvre de Kundera est aujourd'hui traduite dans quarante langues (dont le vietnamien, le coréen, le persan, le chinois, l'arabe), cette diffusion revêt des caractéristiques très remarquables. Elle est le fruit d'une étroite collaboration entre l'auteur, ses traducteurs et ses éditeurs, unis dans la défense du texte-source contre toute adaptation et réécriture ; l'histoire des démêlés de Kunde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan-kundera/#i_46596

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quel devenir ? »  : […] Au terme de ce parcours, il apparaît que la littérature maghrébine de langue française, déjouant les sombres pronostics, a refusé de disparaître. Elle s'est entêtée à dire la réalité maghrébine, malgré des idéologies totalitaires au pouvoir qui entendaient restreindre considérablement la marge d'expression. Pour cela, elle a dû souvent s'expatrier pour se faire entendre. Sur le plan strict des écr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_46596

MUKHERJEE BHARATI (1940-2017)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 537 mots

Femme de lettres américaine d'origine indienne, née le 27 juillet 1940 à Calcutta (Inde). Bharati Mukherjee naît au sein d'une famille fortunée de Calcutta. De 1944 à 1948, elle est scolarisée dans un établissement bengali imprégné de culture anglaise. Après avoir passé trois années à l'étranger, sa famille rentre en Inde. Bharati Mukherjee poursuit alors ses études de lettres à l'université de Ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bharati-mukherjee/#i_46596

NASREEN TASLIMA (1962- )

  • Écrit par 
  • Marvin MARTIN
  • , Universalis
  •  • 822 mots

Écrivain bangladeshi, Taslima Nasreen fut contrainte de s'exiler en raison de ses écrits controversés qui, aux yeux des fondamentalistes musulmans, jetaient le discrédit sur l'islam. Son sort a souvent été comparé à celui de Salman Rushdie, l'auteur des Versets sataniques (1988). Fille de médecin, née le 25 août 1962 à Mymensingh, dans le Pakistan oriental (auj. Bangladesh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taslima-nasreen/#i_46596

RÉFLEXIONS SUR L'EXIL (E. W. Said)

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 1 102 mots

Edward W. Said (1935-2003), qui enseigna la littérature comparée trente-six années durant à l'université Columbia de New York, fut assurément un maître exemplaire. Sa pédagogie repose en effet sur le rejet de tout dogmatisme et le souci, par le choix de tel ou tel éclairage, d'amener disciples et lecteurs à la lucidité et au libre examen. C'est ce qui ressort de l'imposant ouvrage intitulé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-l-exil/#i_46596

ROA BASTOS AUGUSTO (1917-2005)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 823 mots

« J'ai commencé à écrire en exil ; la seule façon de maintenir un lien avec mon pays était la littérature. Ce n'est pas seulement ma vie, mais aussi mon œuvre qui est marquée par cette empreinte déchirante de l'exil. Je ne m'en plains pas, bien au contraire. Je dois à l'exil d'innombrables révélations. En dépit des tristesses qu'il m'a causées, sans l'exil je ne serais jamais devenu écrivain. » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augusto-roa-bastos/#i_46596

SAID EDWARD W. (1935-2003)

  • Écrit par 
  • Paul CHEMLA, 
  • Universalis
  •  • 1 131 mots

Dans le chapitre « À contre-courant »  : […] Né à Jérusalem en 1935, fils d'un homme d'affaires palestinien de confession protestante, qui avait vécu aux États-Unis et était citoyen américain, Edward W. Said, comme il le raconte dans À contre-voie est « un Arabe éduqué à l'occidentale », passionné de littérature, de poésie et de piano. Sa famille, installée en Égypte en 1947, l'envoie étudier aux États-Unis. En 1963, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-w-said/#i_46596

SEBALD W. G. (1944-2001)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 833 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un archéologue de la mémoire »  : […] Tour à tour archiviste, pèlerin ou confesseur, W. G. Sebald remonte les strates de l'histoire, essentiellement de l'histoire allemande et juive, détecte leurs correspondances cachées et leurs épiphanies. Entre fiction et document, ses livres ne sont jamais la transcription brute de ce qui lui est confié. Son imagination alliée à sa sensibilité réunit verbe et image, textes et photographies – pris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/w-g-sebald/#i_46596

SÉFARADE (A. Muñoz Molina)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 985 mots
  •  • 1 média

« Une sorte d'encyclopédie de l'exil... », c'est ainsi qu'Antonio Muñoz Molina définit Séfarade (trad. P. Bataillon, Seuil, Paris, 2003). De la maladie mortelle dont on est atteint jusqu'à l'impitoyable persécution qui cherche à anéantir un être humain pour la seule raison qu'il existe, toutes les formes de l'exclusion, du déracinement, de la haine ou de la barbarie compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefarade-a-munoz-molina/#i_46596

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le temps de l’exil »  : […] Quant aux écrivains qui ont fui l’Ukraine à l’instauration du pouvoir soviétique et qui ont produit en Europe entre les deux guerres, ils sont entrés dans l’histoire comme l’École de Prague, lieu de résidence de la plupart d’entre eux (Y. Malanuk, L. Mossendz, O. Oljytch, O. Teliha). Marqués par l’échec de la révolution dont ils avaient été des acteurs actifs, meurtris par les nouvelles qui leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ukraine/#i_46596

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert BENSOUSSAN, « EXIL LITTÉRATURES DE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/