MEMMI ALBERT (1920- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si toute l'œuvre d'Albert Memmi vise à approfondir et à théoriser les notions d'« identité », d'« aliénation », de « dépendance », c'est parce qu'il les a d'abord rencontrées en réfléchissant sur lui-même et sur sa situation au monde. Né à Tunis à l'époque coloniale, dans une famille juive de langue maternelle arabe, formé à l'école et dans la culture françaises, Albert Memmi s'est trouvé au point de rencontre de toutes ces déterminations hétérogènes qui façonnent l'identité maghrébine moderne. Il écrit en français, et son premier roman, La Statue de sel (1953), est comme la matrice d'où procède toute l'œuvre ultérieure. Le narrateur, faisant le bilan de sa vie, y raconte la découverte de sa différence et de son exclusion. Rompant peu à peu avec l'Orient natal, mais mal accepté par un Occident lui-même peu respectueux de ses propres valeurs, il conclut à « l'impossibilité d'être quoi que ce soit de précis pour un juif tunisien de culture française ». L'interrogation sur l'identité se prolonge dans un essai théorique, dans la mouvance de la pensée de Sartre qui en écrit la préface : Portrait du colonisé précédé de Portrait du colonisateur (1957). Memmi applique sa réflexion plus particulièrement à l'exemple juif (Portrait d'un juif, 1962 ; La Libération du juif, 1966) et la systématise dans L'Homme dominé (1968) — où sont traités les cas du colonisé, du juif, du Noir, de la femme, du domestique — et dans La Dépendance (1979) ainsi que dans une synthèse sur Le Racisme (1982). L'essai Juifs et Arabes (1975) ouvre une vive polémique, notamment avec l'écrivain marocain Abdelkébir Khatibi, parce que Memmi, à propos de la question palestinienne, prend nettement position en faveur d'Israël, ce qui le marginalise par rapport aux intellectuels maghrébins. Cependant, il ne faudrait pas oublier le rôle majeur qu'Albert Memmi, comme professeur et comme maître d'œuvre de plusieurs anthologies, a joué dans l'éveil et la légitimation des littératures maghrébines de langue française.

Parallèlement à sa recherche théorique, Albert M [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MEMMI ALBERT (1920- )  » est également traité dans :

COLONISATION, notion de

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 1 627 mots

Dans le chapitre « Le débat politique sur la colonisation »  : […] Le courant marxiste a caractérisé les phénomènes d'expansionnisme européen comme « impérialisme » à partir du moment où il y avait systématisation de la colonisation et recours à des doctrines de suprématie culturelle et raciale. Lénine, dans son ouvrage L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916), dénonce également l'accumulation du capital-argent qui permet de conforter le monopole capi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonisation-notion-de/#i_70666

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement identifiés à la France par la langue, répond le non […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_70666

JUIVE QUESTION

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 1 383 mots
  •  • 2 médias

Expression apparue à l'époque des Lumières, en Allemagne, lorsque se posa, à la fois sur le plan idéologique et sur le plan politique, le problème de l'émancipation des Juifs d'Occident. Idéologiquement, la question juive se trouve ouverte en Allemagne à travers l'activité de C. W. Dohm, auteur du manifeste Über die Bürgliche Verbesserung der Juden (1781), ainsi que par Lessing ( Nathan der Weise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-juive/#i_70666

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Après 1945 »  : […] En Kabylie, trois écrivains inscrivent leur région au cœur d'une nation à naître et d'un pays en souffrance : Malek Ouary, mais surtout Mouloud Feraoun (1913-1962 ; Le Fils du pauvre , Les Chemins qui montent , Journal ) et Mouloud Mammeri (1917-1989 ; La Colline oubliée , Le Sommeil du juste ). À l'ouest, Mohammed Dib fait vivre avec réalisme des personnages du petit peuple des villes et des camp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_70666

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « MEMMI ALBERT (1920- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-memmi/