KUNDERA MILAN (1929-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Milan Kundera

Milan Kundera
Crédits : AFP/ Getty

photographie

Risibles Amours, Milan Kundera

Risibles Amours, Milan Kundera
Crédits : Courtesy Milan Lundera/ D.R.

photographie


« Il existe deux conceptions de ce qui est „œuvre“. Ou bien on considère comme œuvre tout ce que l'auteur a écrit ; c'est de ce point de vue, par exemple, que sont souvent édités les écrivains dans la célèbre collection de la Pléiade : à savoir, avec tout : avec chaque lettre, chaque note de journal. Ou bien l'œuvre n'est que ce que l'auteur considère comme valable au moment du bilan. J'ai toujours été partisan véhément de cette deuxième conception. » Cette « note de l'Auteur » Milan Kundera, né à Brno en 1929, jointe à la réédition tchèque de La Plaisanterie, au lendemain de la « révolution de velours » (1989) qui suspend la censure de ses œuvres dans son pays d'origine après vingt ans d'interdiction, formule l'éthique et le parti pris esthétique qui seront inlassablement énoncés en français dans ses quatre essais publiés à ce jour. Elle sert aussi de protocole scrupuleux à l'« édition définitive » des œuvres du romancier, établie par François Ricard en 2011 sans apparat critique ni biographie de l'auteur, assortie d'une seule « biographie de l'œuvre ». Un roman paraîtra après cette édition, La Fête de l’insignifiance (2014).

Reprenant à son compte l'idée de « littérature mondiale » chère à Goethe, ayant fait le choix du français comme sa langue d'écrivain dès 1985, année à compter de laquelle il révise toutes les traductions antérieures de ses romans, émigré en France depuis 1975 et naturalisé français en 1981 après avoir été déchu de sa nationalité tchèque en 1979, Milan Kundera se définit d'abord comme le disciple du grand roman européen. Il entend par là une forme existentielle (et non un genre littéraire) incluant l'essai et le poème, auquel il a su rendre sa puissance d'« appel de la pensée », au mépris de toute spéculation sur son épuisement historique présumé. Cette reconnaissance incontestable, attestée par le soutien des meilleurs représentants du roman et de la critique internationale (de Louis Aragon à Philip Roth, de Carlos Fuentes à Pietro Citati), pa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KUNDERA MILAN (1929- )  » est également traité dans :

L'IGNORANCE (M. Kundera)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 944 mots

« Du vraisemblable plaqué sur de l'oublié » : c'est ainsi que Josef, un des personnages du roman de Milan Kundera , conclut l'interprétation d'un souvenir. Que l'on retrouve sous cette expression celle du Rire de Bergson – « du mécanique plaqué sur du vivant » – donne peut-être une des clés du roman ; mais dans un premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ignorance/#i_41798

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] terre où l'on peut sans se cacher écrire ce que l'on veut et comme on veut ». Mais qui ne se rappelle l'amertume de Milan Kundera reliant d'un seul jet la Tchécoslovaquie à Rennes pour s'isoler en haut de la plus haute tour de la ville et regarder « à l'est, du côté de Prague » ? Attitude symbolique de l'exilé qui sait, comme Moïse, que la Terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_41798

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une idée de l'Europe »  : […] Dans les années 1980, plusieurs exilés ou dissidents antisoviétiques – György Konrád à Budapest, Milan Kundera et Danilo Kïys à Paris – ont relancé la discussion sur la Mitteleuropa. Le texte de Milan Kundera, d'abord publié à Paris en novembre 1983, est devenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/#i_41798

LA PLAISANTERIE, Milan Kundera - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Milan BURDA
  •  • 967 mots
  •  • 1 média

Achevé le 5 décembre 1965, La Plaisanterie, premier roman de Milan Kundera, écrivain tchèque né en 1929, n'a été publié en Tchécoslovaquie qu'en 1967, alors que s'annonçaient les prémices du « printemps de Prague », tentative de libéralisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-plaisanterie/#i_41798

Pour citer l’article

Martine BOYER-WEINMANN, « KUNDERA MILAN (1929-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan-kundera/