CULTE LIBERTÉ DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La liberté du culte devrait être le corollaire de la liberté de conscience. Mais, comme le culte est affaire de pratique collective et comporte des manifestations extérieures, les gouvernements ont longtemps estimé qu'il devait être strictement réglementé par une « police des cultes ». La liberté complète du culte et l'égalité de toutes les croyances devant la loi ont ainsi rencontré deux types d'entraves : les unes dérivent de la profession par l'État d'une religion officielle ; les autres découlent de la prétention de la puissance publique à réglementer les conditions d'exercice du culte.

La liberté du culte a été l'une des principales revendications et l'une des conquêtes majeures de la pensée libérale. Elle s'est instaurée au détriment des privilèges dont bénéficiait la religion dite d'État et à l'avantage des minorités religieuses. D'un pays à un autre, elle prit des significations différentes suivant les situations : en France, l'émancipation des protestants et l'abolition des prérogatives du catholicisme romain ; en Angleterre, l'émancipation des catholiques et des dissidents, par l'abrogation des dispositions qui réservaient à l'Église d'Angleterre le monopole du culte public.

Dans la longue histoire dont la liberté du culte a été le terme, la Révolution française a marqué une étape décisive, bien que la Déclaration des droits — selon laquelle « nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses » — s'abstienne d'en tirer quelque conséquence pour la liberté du culte, dont elle ne dit mot. En fait, la Révolution française prohibe le culte catholique qui ne serait pas célébré par un prêtre assermenté, et n'autorise que celui de l'Église constitutionnelle, jusqu'à ce que la séparation décrétée en 1795 par la Convention étende à cette Église les rigueurs de la persécution religieuse.

C'est Bonaparte qui donne un fondement durable à la liberté des cultes, en prenant l'initiative de publier des Articles organiques, qui interprètent le Concordat, et surtout en en étendant l'application aux cultes protestants. En 1814, la Charte constitutionnelle confirme le régime existant : elle garantit à chacun le droit de professer sa religion avec une égale liberté et accorde à tous les cultes la même protection. Il en ira ainsi, avec des vicissitudes diverses, jusqu'au vote, en France, de la loi de séparation des Églises et de l'État (1905), qui supprime tout lien entre la puissance publique et la religion. L'ignorance où se tenait l'État de l'existence des Églises devait être la garantie de la liberté du culte. Mais la pratique obligea le pouvoir à intervenir, au moins indirectement, et ne fût-ce qu'en acceptant de mettre les édifices religieux, devenus propriété publique, à la disposition des fidèles. Depuis lors, la liberté du culte ne souffre plus guère d'autres limitations que celles qui sont imposées par les nécessités de l'ordre public. Deux questions ont ainsi suscité une abondante jurisprudence : les sonneries de cloches et les processions publiques à l'extérieur des églises.

Mais, si l'histoire de la conquête de la liberté du culte a trouvé son aboutissement dans la plupart des sociétés de l'Europe occidentale et de l'Amérique du Nord, elle est loin d'être close ailleurs : dans certains pays subsiste une religion d'État entraînant des inégalités pour les autres confessions ; dans d'autres, le régime professe une philosophie officielle, et l'idéologie dominante tient lieu de religion d'État, ce qui produit les mêmes conséquences pour la liberté du culte.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  CULTE LIBERTÉ DU  » est également traité dans :

NANTES ÉDIT DE (1598)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 216 mots

Promulgué par Henri IV (1589-1610), converti depuis peu au catholicisme (1593), l'édit de Nantes accorde la liberté de culte aux protestants français. Il organise pour un siècle la coexistence forcée entre catholiques et réformés, après trente-six ans de guerre civile qui ont ruiné le royaume de France et fait vaciller la monarchie et l'État. Par les articles généraux, les protestants obtiennent l […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'expression publique de la foi »  : […] Évidemment, le premier souci des juges est de s'assurer que la liberté de culte est réelle dans les divers États du Conseil de l'Europe. Pour cela, il convient de sanctionner toutes les pratiques des administrations nationales qui, d'une manière ou d'une autre, tentent d'empêcher l'expression de la foi. Ces restrictions peuvent prendre des formes diverses : refus de programmer les émissions d'une […] Lire la suite

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Retour sur l'expérience française »  : […] Boniface VIII, le pape souffleté par l'envoyé du roi Philippe le Bel, ou « l'attentat d'Anagni » (1303) : cette image a traversé les siècles, et elle avait sa place dans tous les manuels d'histoire. Mais, si elle montre bien le choc des prétentions, elle ne dit rien sur le statut de la religion. Or ce que nous appelons laïcité est alors totalement impensable, à moins de parler d'une laïcité sacral […] Lire la suite

LIBERTÉ DE CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Valentine ZUBER
  •  • 1 468 mots

Dans le chapitre « Ce qu'est – et ce que n'est pas – la liberté de conscience »  : […] Si l'on admet que la liberté est le droit que possède l'homme d'agir selon son gré et non sous la pression d'une contrainte extérieure et que la conscience se définit comme le sentiment que l'homme a de lui-même ou de son existence, la liberté de conscience pourrait alors se caractériser par la faculté laissée à chacun d'adopter librement les doctrines religieuses ou philosophiques qu'il juge bo […] Lire la suite

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 592 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Trois facteurs de changement : l'enseignement, le suffrage universel et la question sociale »  : […] Trois domaines occupèrent la scène politique au cours de la période qui va de la crise constitutionnelle de 1866-1868 à la Première Guerre mondiale. La loi sur l'enseignement primaire de 1857 constituait une confirmation et même une aggravation de la loi scolaire de 1806. Elle avait imposé à la société néerlandaise un système d'enseignement uniforme et neutre, et avait eu pour effet de marginalis […] Lire la suite

RELIGION - Religion et État

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 8 429 mots

Dans le chapitre « La mise en cause du système »  : […] Le système est mis en cause pour la première fois par les jeunes États-Unis d'Amérique. La Déclaration d'indépendance de 1776 invoque encore le « Dieu de la nature », le « Créateur », le « Juge suprême de l'Univers », la « Divine Providence » ; mais, dès 1791, le premier amendement à la Constitution fait défense au Congrès de « faire aucune loi concernant l'établissement d'une religion ou interdi […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La lutte entre les factions (automne de 1793-printemps de 1794) »  : […] Cette extrême mobilisation des individus et de la société produit une concurrence des pouvoirs et des légitimités qui est poussée à son paroxysme dans l'hiver de 1793. La reine Marie-Antoinette est exécutée le 16 octobre, après un procès scandaleusement conduit par Hébert. En même temps, les principaux leaders girondins sont jugés et exécutés (24-31 octobre) pour satisfaire aux exigences des sans- […] Lire la suite

TOLÉRANCE

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'édit de tolérance »  : […] La tolérance ne joue vraiment le rôle d'une vertu que depuis le xvi e siècle : il a fallu pour cela d'abord une cassure de la société religieuse telle que deux théologies ont été ressenties comme incompatibles ; ensuite, une croissance du pouvoir politique qui a fait que la conservation des États a pu paraître souhaitable, quelles que soient les divisions confessionnelles. L'association tradition […] Lire la suite

Les derniers événements

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Le 18 également, le Conseil d’État, saisi par des organisations catholiques traditionalistes, juge « disproportionné » le maintien de l’interdiction des célébrations religieuses en période de déconfinement, qu’il assimile à une « atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte. Le 18 toujours, le Conseil d’État ordonne à l’État de cesser les opérations de surveillance du déconfinement par drones, invoquant un risque d’« usage [des images enregistrées] contraire aux règles de protection des données personnelles », en l’absence de texte réglementaire encadrant ces opérations. […] Lire la suite

23 août 2017 Belgique. Demande d'identification des imams et prédicateurs.

Il reconnaît toutefois qu’il ne peut imposer cette mesure en raison de la liberté de culte et de la séparation des Églises et de l’État. Abdelbaki Es Satty, imam de Ripoll, en Catalogne, et cerveau présumé des attentats de ce mois à Barcelone et Cambrils, avait séjourné en Belgique de janvier à mars 2016 et avait alors fréquenté la mosquée Youssef de Diegem (Brabant flamand). […] Lire la suite

9 septembre 2013 France. Instauration d'une « charte de la laïcité » dans les établissements scolaires publics

Celle-ci indique que « la laïcité garantit la liberté de conscience de tous » et que, « dans les établissements scolaires publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit ». Le président du Conseil français du culte musulman estime que « 90 p. 100 des musulmans vont avoir l'impression d'être visés » par le texte. […] Lire la suite

1er-29 octobre 2005 Irak. Adoption de la Constitution par référendum

Le texte fait de l'Irak un État fédéral doté d'un régime de démocratie parlementaire, dont l'islam est la religion officielle et la principale source du droit, mais où la liberté de culte est garantie. Les réserves d'hydrocarbures sont la « propriété de tout le peuple irakien » et leurs revenus sont partagés entre les régions. Les langues officielles sont l'arabe et le kurde. […] Lire la suite

23 novembre 1999 Israël – Vatican. Protestation du Vatican contre la construction d'une mosquée à Nazareth

Les autorités répondent qu'elles ont voulu « préserver la liberté de culte de chacun ». À quatre mois du voyage en Terre sainte que doit effectuer le pape Jean-Paul II, cette polémique suscite un regain de méfiance entre le Vatican et Israël.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

René RÉMOND, « CULTE LIBERTÉ DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-du-culte/