SĀMĀNIDES LES (874-999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dynastie qui domina l'Iran oriental (Transoxiane et Khurāsān) durant tout le xe siècle, et qui constitue, après les Bouyides, la plus puissante des dynasties iraniennes au cours de ce que l'on a appelé « l'intermède iranien » précédant la conquête seldjoukide du xie siècle. Son fondateur, Sāmān-Khodā (819-864), était un propriétaire terrien (dehqān) autochtone (soghdien) de la région de Balkh ; ses successeurs rattachèrent leur lignée au héros sassanide Bahrām-Tchūbīn. Sāmān-Khodā se convertit à l'islam et ses quatre petits-fils servirent le calife al-Ma'mūm au Khurāsān. Pour les récompenser, celui-ci leur confia des gouvernorats en Transoxiane ; en 874 toute cette riche région fut confiée à Nasr ben Ahmad (864-892) par le calife al-Mu'tamid. Tout en garantissant la stabilité politique et économique de leurs territoires contre les attaques des nomades de la steppe turque, les Samanides assurèrent la sécurité des routes caravanières de l'Asie centrale. La Transoxiane et le Ferghāna furent définitivement gagnés à l'islam qui se propageait chez les Turcs. Ce fut à travers ces régions que furent importés les esclaves turcs (gholām) employés dans les armées musulmanes et qui, dès la fin du xe siècle, commencèrent à s'emparer du pouvoir politique. Lorsque, en 900, le Samanide Ismā'il Ier (892-907) eut vaincu le Saffaride ‘Amr b. Layth, le calife abbasside lui confia le gouvernorat du Khurāsān. Les Samanides exercèrent alors leur suzeraineté sur de vastes régions de l'Iran oriental, du Khōrezm au Sistān, et sur des dynasties locales d'Afghānistān, jusqu'aux frontières de l'Inde. L'apogée de la dynastie se situe sous Sa'īd Nasr II (914-943). Les Samanides régnaient sur des régions considérées comme des bastions du sunnisme (Khurāsān, Ferghāna) et entrèrent en conflit avec les émirs bouyides du nord-ouest de l'Iran. Vers le milieu du xe siècle des révolutions de palais et des tendances séparatistes des militaires et des « féodaux » commencèrent à disloquer l'État samanide. Dans les dernière [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  SAMANIDES LES (874-999)  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'apparition de pouvoirs indigènes »  : […] Vers le milieu du ix e  siècle, l'islam avait perdu une grande partie de son dynamisme, et, quoique le calife de Bagdad fût toujours considéré comme le chef suprême du monde musulman, des mouvements centrifuges se faisaient sentir dans les régions éloignées de l'empire. Les théoriciens du mouvement furent les Cha‘oubites, qui se servaient aussi bi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_28369

GHAZNÉVIDES LES (977-1186)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 821 mots

Répandue depuis le milieu du ix e  siècle surtout à Bagdad, siège du califat, la coutume d'utiliser des régiments d'esclaves turcs ( gholām ) fut adoptée par les Samanides qui espéraient ainsi contrebalancer la puissance militaire de leurs seigneurs ruraux ( dehqān ) iraniens. Ce calcul se révéla faux ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ghaznevides/#i_28369

GHAZNĪ, RHAZNĪ ou GHAZNA

  • Écrit par 
  • Jeannine AUBOYER
  •  • 1 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La capitale des Ghaznévides »  : […] Alptigin, d'origine turque, d'abord commandant en chef de la garde des Sāmānides, avait obtenu le poste de gouverneur du Khurāsān sous le règne de ‘Abd al-Malik (954-961). Destitué de cette haute charge par le Sāmānide suivant, il se retira à Balkh. Mais, chassé de cette ville par l'armée sāmānide, il alla se réfugier à Ghaznī (962), où il fonda une principauté indépendante. Son fils lui succéda, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghazni-rhazni-ghazna/#i_28369

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le califat ‘abbāside et l'émancipation »  : […] Avec le transfert du siège du califat à Bagdad, le Nord-Est iranien se rallia bon gré mal gré à l'islam ; la vieille noblesse joua un rôle prépondérant à Bagdad où furent adoptés certains usages sassanides ou prétendus tels. Malgré l'élimination de leurs partisans extrémistes, dont Abū Muslim, les ‘Abbāsides ne purent réduire l'agitation qui se poursuivit pendant plus d'un siècle en Iran sous for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-histoire/#i_28369

ṢAFFĀRIDES LES (2e moitié IXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 224 mots

Dynastie iranienne qui, dans la seconde moitié du ix e siècle, domine le Sīstān puis toute la partie orientale et méridionale de l'Iran. D'origine modeste, les Ṣaffārides tiennent leur nom de leur fondateur Ya‘kūb b. Layth al-Ṣaffār (le « chaudronnier ») natif du Sīstān. Cette région avait servi de refuge à divers mécontents et schismatiques (sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saffarides-les/#i_28369

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « SĀMĀNIDES LES - (874-999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-samanides/