BOUYIDES ou BUYIDES LES (935-1055)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La plus puissante des dynasties qui aient gouverné l'Irān islamisé avant la conquête des Turcs saldjūqides au xie siècle. Elle tient son nom de Buwayh (ou Būyeh), le père des trois frères fondateurs, ‘Alī, al-Ḥasan et Aḥmad. Ces chefs de guerre, d'origine modeste, sont des montagnards du Daylam (au sud-ouest de la mer Caspienne), qui s'engagent alors massivement dans les armées musulmanes. Ils font leurs premières armes dans les rangs du Daylamite Mardāwidj b. Ziyār, lui-même fondateur de la lignée des Ziyārides. Au moment de l'assassinat de Mardāwidj (935), ‘Alī tient Isfaḥān et s'empare bientôt du Fārs. Ḥasan tient l'Irān central (Djibāl), et Aḥmad le Kirmān et le Khūzistān. Profitant des rivalités de factions autour du califat ‘abbāside moribond, Aḥmad entre à Baghdād en 945 et les ‘Abbāsides doivent accepter pendant cent dix ans la tutelle des princes būyides. Aḥmad fait déposer et aveugler le calife régnant, qui vient de lui décerner le titre de Mu‘izz al-dawla, et fait introniser un de ses rivaux. Bien qu'ils aient maintenu pour des raisons politiques le califat ‘abbāside, les Būyides gouvernent, en fait, comme de véritables « maires du palais » et confient l'administration à leurs propres vizirs et dignitaires dont certains sont de remarquables lettrés et patronnent les arts et les lettres. Les Būyides sont les premiers souverains iraniens à professer le shī‘isme imāmite duodécimain, alors même que se poursuit sous leur patronage l'élaboration doctrinale de cette tendance qui doit devenir la religion officielle de l'Irān au début du xvie siècle. L'introduction des grandes fêtes shī‘ites à Baghdād déchire la communauté musulmane, car les sunnites y sont majoritaires. Toutefois, les Būyides savent se montrer tolérants tant envers les sunnites qu'envers les juifs, les chrétiens ou les mazdéens ; en revanche, ils sont le plus souvent hostiles à l'égard de leurs rivaux shī‘ites, Ḥamdānides ou Fāṭimides, ces derniers faisant leur apparition en Égypte en 969.

La personnalité la plus remarquable de la dynastie est ‘Aḍud al-dawla, fils de Rukh al-dawla (Ḥasan). Après avoir dépossédé de l'‘Irāq son neveu, ‘Izz al-dawla Bakhtiyār, il unifie sous son autorité (de 978 à 983) toutes les possessions būyides de l'‘Irāq, de l'Irān méridional et même de l'Omān, laissant à son frère Mu‘ayyid addawla le reste de l'Irān būyide. Avec la disparition de ce prince éclairé, la cohésion de la famille būyide s'effrite. Les Ghaznawides en profitent pour annexer Ray et le Djibāl en 1029. Affaiblis, les Būyides deviennent une proie facile pour les tribus oghūz conduites par des chefs saldjūqides. Ceux-ci s'emparent de Baghdād en 1055, et seul l'amīr būyide du Fārs parvient à se maintenir encore durant sept ans. Au moment de leur expansion, les Būyides se lient avec de petites dynasties du Nord-Ouest iranien d'obédience sunnite et d'origine kurde ou prétendue telle. Le déclin des Būyides profite aussi à la lignée des Daylamites kākuyides (1008-1051) qui dominent pour un temps l'Irān central et occidental et se maintiennent comme vassaux des Saldjūqides jusqu'au début du xiie siècle.

Dans l'administration, les Būyides furent des réformateurs et des novateurs. Mais le rôle croissant de l'armée dans les affaires publiques n'est pas sans danger, surtout en ce qui concerne les impôts et la tenure des terres (régime de l'iqtā). Les Būyides sont de grands bâtisseurs tant en Irān qu'en ‘Irāq. Ils encouragent l'industrie (surtout textile), le commerce, l'artisanat, et patronnent les arts et les lettres, alors essentiellement d'expression arabe sur le plateau iranien.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  BOUYIDES ou BUYIDES LES (935-1055)  » est également traité dans :

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 617 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Créations urbaines »  : […] Les habitants de Bagdad étaient loin de vivre au calme, et ce furent du reste les désordres causés par les contingents turcs recrutés dès le milieu du ix e  siècle qui poussèrent les califes à choisir une résidence à une cinquantaine de kilomètres au nord, à Samarra. Et c'est notamment après la fuite sur Bagdad d'un calife trahi par les Turcs que cette ville subit un nouveau et terrible siège, en […] Lire la suite

CALIFAT ou KHALIFAT

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 2 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Impuissance califienne et rôle religieux du calife »  : […] Par une singulière ironie, le calife abbasside est en effet contraint d'accepter dans sa capitale même la tutelle de princes iraniens, les Buyides, qui, par surcroît, sont shī'ites, mais appartiennent à une secte rivale de celle des Fatimides. La situation morale des califes abbassides ne subit aucun changement lorsque les réformateurs seldjukides imposent leur suprématie au califat, tout en réta […] Lire la suite

HAMDANIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 974 mots

Famille arabe, les Hamdanides ont donné naissance au x e siècle à deux petites dynasties, l'une à Mossoul, l'autre à Alep où a vécu le personnage le plus illustre de cette famille, l'émir Sayf al-Dawla. Descendants de ‘Adī b. Ousāma b. Taghlib (d'où le nom de Taghlibides qui leur a parfois été donné), les Hamdanides apparaissent dans l'histoire avec Hamdān b. Hamdoūn b. al-Harīth qui combat en Dj […] Lire la suite

MISKAWAYH (933-1030)

  • Écrit par 
  • Mohammed ARKOUN
  •  • 680 mots

Le nom complet de Abū ‘Alī Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ya‘qūb Miskawayh suggère une ascendance musulmane allant au moins jusqu'à son grand-père. Miskawayh est, en effet, un Iranien né à Rayy (ancienne capitale à proximité de l'actuelle Téhéran) et mort à Ispahan. Nous savons qu'à Rayy il y avait encore beaucoup de zoroastriens. Quoi qu'il en soit du problème de sa conversion à l'islam, Miskawayh a comp […] Lire la suite

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 045 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le califat ‘abbāside et l'émancipation »  : […] Avec le transfert du siège du califat à Bagdad, le Nord-Est iranien se rallia bon gré mal gré à l'islam ; la vieille noblesse joua un rôle prépondérant à Bagdad où furent adoptés certains usages sassanides ou prétendus tels. Malgré l'élimination de leurs partisans extrémistes, dont Abū Muslim, les ‘Abbāsides ne purent réduire l'agitation qui se poursuivit pendant plus d'un siècle en Iran sous for […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « BOUYIDES ou BUYIDES LES - (935-1055) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bouyides-buyides/