PARLER LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le milieu du xive siècle marque dans l'évolution de l'art gothique, en Allemagne, une étape stylistique qui correspond sur le plan social à l'accession de la bourgeoisie qui prend alors le pas sur le clergé et la noblesse. Une famille d'architectes et de sculpteurs, les Parler, va définir avec une extraordinaire acuité ce mouvement. Le premier est Heinrich, vraisemblablement originaire de Cologne. Il construit, à Schwäbisch Gmünd, l'église de la Sainte-Croix en 1351. En 1353, l'empereur Charles IV appelle son fils Peter (1330-1399) à Prague. Il y fonde la Bauhütte dont l'influence va se répandre à l'Ouest. Son œuvre la plus importante est l'achèvement du chœur de la cathédrale pragoise Saint-Guy, qu'il modifie profondément. Alors que, dans la partie inférieure, son prédécesseur, Mathieu d'Arras, avait adopté des divisions verticales, Peter Parler dispose des registres horizontaux, ce qui engendre une rupture brutale. Le triforium est traité en galerie couverte ; au-dessus se déploient librement les fenêtres, scandées par un réseau très particulier de meneaux. La voûte n'a pas moins d'importance puisqu'elle va inspirer toutes les voûtes réticulées qui vont suivre et qui sont en fait des voûtes en berceau décorées. Peter Parler dirige en même temps, entre 1365 et 1385, un programme cohérent de sculpture destiné aux différentes parties du chœur, les six tombeaux des ancêtres de Charles IV et, le long des murs du triforium, les bustes de vingt-quatre personnages liés à l'histoire de la cathédrale : l'empereur, ses épouses, les dignitaires de l'Église, les directeurs du chantier et les architectes. La rupture avec le passé n'est pas moins nette. On y note la volonté d'individualiser les traits des personnages et même de les portraiturer. Dans la sacristie, Heinrich IV, un autre membre de la famille Parler, a sculpté la statue équestre de saint Wenceslas. Peter eut deux fils, Wenzell et Johann, qui furent aussi sculpteurs.

Les Parler ont marqué toute l'architecture de l'Europe centrale, ils furent surtout les introducteurs du « beau style » qui définit l'art de la Bohême à cette époque, style auquel appartiennent les « belles Madones » et les Pietà qui apparaissent un peu avant 1400 en Bohême et en Autriche, où elles eurent une grande vogue.

—  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PARLER LES  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La formation et le statut de l'architecte au Moyen Âge »  : […] De nombreux manuscrits du Moyen Âge appellent Dieu l'Architecte de l'Univers. Quelle preuve éclatante de la valeur intrinsèque qui s'attachait alors à l'art de concevoir un édifice et de l'élever ! Toutefois, la profession d'architecte est restée longtemps anonyme, régie par des règles, certes, mais laissant dans l'ombre les individualités. Rares sont au haut Moyen Âge les architectes dont les no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_26927

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prague et Karlštejn, centres d'un art dynastique »  : […] Au contraire, des programmes politico-artistiques de Charles IV, roi de Bohême en 1346, empereur d'Allemagne en 1347, presque tout demeure : dans la nouvelle Prague, conçue comme une nouvelle Rome, surpassant Avignon, et dont le plan couvre trois cent soixante hectares, le palais royal construit sur le modèle de celui du roi de France, très modifié après 1383 sous Wenceslas IV, et la cathédrale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-de-cour/#i_26927

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] Durant près d'un siècle, les architectes vont mener à son point ultime la conception élaborée précédemment. En France, l'évolution se fait en deux temps. Dans le premier, qui pourrait s'intituler l'âge des princes, se dressent des résidences somptueuses qui cherchent à rivaliser entre elles. Les châteaux des princes aux fleurs de lys se différencient par exemple par le traitement de leurs superstr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_26927

HRADČANY, quartier de Prague

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 695 mots

Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all. Hradschin ), dont le nom rappelle le rôle de forteresse que jouait la colline. Au nord subsistent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hradcany/#i_26927

PRAGUE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  • , Universalis
  •  • 5 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Du roman au flamboyant »  : […] La Bohême étant demeurée en dehors du limes de l'Empire romain, Prague ne s'ouvrit aux influences de la civilisation occidentale qu'à partir de la conversion des Tchèques au christianisme ( ix e et x e  siècles). Les premières constructions de pierre furent des églises dont les trois rotondes qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prague/#i_26927

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « PARLER LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-parler/