Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PARLER LES

Le milieu du xive siècle marque dans l'évolution de l'art gothique, en Allemagne, une étape stylistique qui correspond sur le plan social à l'accession de la bourgeoisie qui prend alors le pas sur le clergé et la noblesse. Une famille d'architectes et de sculpteurs, les Parler, va définir avec une extraordinaire acuité ce mouvement. Le premier est Heinrich, vraisemblablement originaire de Cologne. Il construit, à Schwäbisch Gmünd, l'église de la Sainte-Croix en 1351. En 1353, l'empereur Charles IV appelle son fils Peter (1330-1399) à Prague. Il y fonde la Bauhütte dont l'influence va se répandre à l'Ouest. Son œuvre la plus importante est l'achèvement du chœur de la cathédrale pragoise Saint-Guy, qu'il modifie profondément. Alors que, dans la partie inférieure, son prédécesseur, Mathieu d'Arras, avait adopté des divisions verticales, Peter Parler dispose des registres horizontaux, ce qui engendre une rupture brutale. Le triforium est traité en galerie couverte ; au-dessus se déploient librement les fenêtres, scandées par un réseau très particulier de meneaux. La voûte n'a pas moins d'importance puisqu'elle va inspirer toutes les voûtes réticulées qui vont suivre et qui sont en fait des voûtes en berceau décorées. Peter Parler dirige en même temps, entre 1365 et 1385, un programme cohérent de sculpture destiné aux différentes parties du chœur, les six tombeaux des ancêtres de Charles IV et, le long des murs du triforium, les bustes de vingt-quatre personnages liés à l'histoire de la cathédrale : l'empereur, ses épouses, les dignitaires de l'Église, les directeurs du chantier et les architectes. La rupture avec le passé n'est pas moins nette. On y note la volonté d'individualiser les traits des personnages et même de les portraiturer. Dans la sacristie, Heinrich IV, un autre membre de la famille Parler, a sculpté la statue équestre de saint Wenceslas. Peter eut deux fils, Wenzell et Johann, qui furent aussi sculpteurs.

Les Parler ont marqué toute l'architecture de l'Europe centrale, ils furent surtout les introducteurs du « beau style » qui définit l'art de la Bohême à cette époque, style auquel appartiennent les « belles Madones » et les Pietà qui apparaissent un peu avant 1400 en Bohême et en Autriche, où elles eurent une grande vogue.

— Alain ERLANDE-BRANDENBURG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG. PARLER LES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

    • Écrit par , , , et
    • 16 589 mots
    • 10 médias
    ...même un mathématicien de Plaisance, expert en géométrie. Un an plus tard, on se décida à rappeler un conseil de quatorze maîtres, dont l'Allemand Henri Parler de Gmünd, qui, quelques mois auparavant, avait été nommé ingénieur de la fabrique. Les autorités ecclésiastiques milanaises posèrent onze questions...
  • ART DE COUR

    • Écrit par
    • 4 801 mots
    • 1 média
    Dans la cathédrale de Prague travaillait un atelier de sculpture sous la direction de Peter et de la famille Parler ; il exerça une influence considérable dans tout l'Empire et même en dehors de ses limites, créant un idéal de beauté fait de la mélodie des plis et des plus fines nuances d'expression,...
  • GOTHIQUE ART

    • Écrit par
    • 14 896 mots
    • 27 médias
    Dans l'Empire, Peter Parler avait remis en cause de façon fondamentale la notion française de la travée au profit d'une conception homogène de l'espace. La distinction entre supports et couvrement devait servir d'axe de recherches aux architectes contemporains. Le renouveau de l'église-halle s'inscrit...
  • HRADČANY, quartier de Prague

    • Écrit par
    • 695 mots

    Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all....