LE NAIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la célébrité à l'oubli

C'est vers la fin des années 1630 sans doute, et peut-être devant la concurrence de plus en plus vive dans Paris pour les grandes commandes religieuses et décoratives, que l'atelier commence à multiplier, à l'intention des amateurs raffinés, deux types nouveaux de tableaux : les portraits collectifs, traités en scènes de genre, sans doute inspirés par la peinture hollandaise, et dont les chefs-d'œuvre seront Le Corps de garde Berckheim (1643, Louvre), la Réunion d'amateurs (Louvre) et les Joueurs de trictrac (Louvre) et, d'autre part, les tableaux à sujets paysans, qui viennent offrir au public parisien une version française des «  bambochades » nordiques et italiennes, alors fort en vogue. Partis, semble-t-il, des motifs les plus courants (Les Joueurs de cartes, Aix-en-Provence, musée Granet), ils trouvent là leur expression la plus personnelle : grâce à la sincérité de la vision et à la dignité du sentiment (La Charrette, 1641, Louvre ; Paysans devant leur maison, San Francisco, Palais de la Légion d'honneur), grâce aux ressources renouvelées d'un métier subtilement audacieux (La Forge, Louvre), ils créent un nouveau type de réalisme, aussi étranger au pathétique italien qu'au burlesque nordique. Copies et imitations attestent une faveur immédiate. Dès la première séance (1er févr. 1648), les trois frères sont admis à l'Académie royale des peintres et sculpteurs fondée par Le Brun et ses amis. Mais Louis, puis Antoine meurent brusquement, à Paris, quelques mois plus tard (c'est les 24 et 26 mai 1648 qu'eurent lieu les enterrements).

La Forge, les frères Le Nain

Diaporama : La Forge, les frères Le Nain

Diaporama

Les frères Le Nain, La Forge. 1640. Huile sur toile, 69 cm × 57 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

autre :

autre

 

Crédits :

Afficher

Demeuré seul, Mathieu continuera à peindre – portraits et tableaux religieux surtout (Martyre de saint Crépin et de saint Crépinien,   1654 ; perdu) – sans doute jusqu'à sa mort, en plein règne de Louis XIV (20 avr. 1677). Mais, attiré dès sa jeunesse par la vie militaire, il doit servir dans les armées à l'occasion des troubles civils de la Fronde ou des guerres avec l'Espagne. Ayant obtenu la faveur très exceptionnelle du collier de l'ordre de Saint-Michel (20 nov. 1662) qui lui donne le titre de chevalier, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

La Forge, les frères Le Nain

La Forge, les frères Le Nain
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Intérieur paysan, L. Le Nain

Intérieur paysan, L. Le Nain
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

La Famille heureuse, les frères Le Nain

La Famille heureuse, les frères Le Nain
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE NAIN LES  » est également traité dans :

LE MYSTÈRE LE NAIN (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 078 mots
  •  • 1 média

Alors que, sous la pyramide du Louvre, l’immense popularité de Vermeer aura quelque peu éclipsé le génie de Valentin de Boulogne, le Louvre-Lens a accueilli, du 22 mars au 26 juin 2017, une « exposition événement » consacrée aux frères Le Nain. On peut y voir, une quarantaine d’années plus tard, un aboutissement des études suscitées par les cour […] Lire la suite

LAON CATHÉDRALE DE

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 1 268 mots
  •  • 3 médias

Du haut de sa colline, la cathédrale de Laon (Aisne) , dressée comme une carène de vaisseau, regarde au loin la plaine et les carrières d'où les bœufs ont monté, pendant près d'un siècle, les pierres qui ont servi à sa construction. Site unique en France, ce plateau en forme de butte constitue un piédestal royal à la ville altière. Cette singulière colline se divise en deux branches : l'une, à l'e […] Lire la suite

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 543 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La peinture de genre à l'époque de la hiérarchie des genres (XVIIe et XVIIIe siècles) »  : […] Au xvii e  siècle, la peinture de genre rencontre un succès croissant, parallèlement à l'estampe, qui accueille largement les thèmes « bas » (J. Callot, J. Bellange, A. Bosse...). Après les expériences caravagesques, les peintres italiens, absorbés par la grande peinture narrative, abandonnent aux artistes nordiques ce champ pictural encore à peine défriché. Certes c'est à Rome que naît la bamboc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques THUILLIER, « LE NAIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-le-nain/