LES CHÂTIMENTS, Victor HugoFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Ego Hugo »

Réputés datés, répétitifs, grandiloquents, Les Châtiments concentrent sur eux une bonne part des critiques adressées à Hugo. Pourtant, si certains poèmes souffrent de la lourdeur et de l'emphase inhérentes à la forme pamphlétaire, d'autres sont d'incontestables chefs-d'œuvre, dans des registres très différents. Car l'engagement ici, loin de brider la verve poétique de l'auteur, lui a offert l'occasion de donner sa pleine mesure, passant du sérieux au grotesque, du burlesque au tragique, empruntant à des genres aussi variés que la satire bien sûr (« Quelqu'un »), mais aussi la poésie lyrique (« Aube »), le roman (« Souvenir de la nuit du 4 »), le théâtre (« Tout s'en va »), la chanson (« Le Sacre »), la fable (« Fable ou histoire »), le récit biblique (« Sonnez, sonnez toujours... »), l'épopée (« L'Expiation »), orchestrant enfin une véritable polyphonie où retentissent, outre la voix, dominante, du poète, celles de l'empereur, de ses courtisans, de ses victimes, du peuple, des prêtres, etc.

Comme le confirmeront les deux recueils suivants – Les Contemplations et La légende des siècles –, Les Châtiments témoignent de la nouvelle dimension prise par l'écrivain. On peut certes ironiser sur la disproportion entre la violence de la dénonciation et la réalité du pouvoir de Napoléon III, lequel ne méritait, en somme, ni cet excès d'honneur ni cette indignité. Mais c'est méconnaître les enjeux essentiels de l'œuvre. Non seulement parce que, au-delà du cas particulier, c'est la tyrannie en général qui est visée, mais aussi et surtout parce que l'exil – à certains égards plus voulu que contraint – doit être compris comme un événement avant tout d'ordre littéraire. Peu importe au fond l'exagération : en se bannissant lui-même, Hugo devenait LE poète selon ses vœux : prophète, visionnaire, voyant. Au moment où, en France, triomphaient les tenants de l'art pour l'art, il se retirait du monde, lui aussi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo  » est également traité dans :

HUGO VICTOR

  • Écrit par 
  • Pierre ALBOUY, 
  • Pierre GEORGEL, 
  • Jacques SEEBACHER, 
  • Anne UBERSFELD, 
  • Philippe VERDIER
  •  • 13 601 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le grand combat »  : […] La première œuvre qui naît, dans le dernier trimestre de 1852, les Châtiments , parus fin novembre 1853, révèle cette seconde naissance à laquelle on doit le plus grand Hugo. Deux fois, Hugo a été visé au cœur : la mort de sa fille fait du père un demi-fantôme, un être dont la vie se fonde sur la mort, en qui la mort est comme l'instance suprême à quoi rapporter et le vain souci de vivre et le dev […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 785 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une chronologie complexe »  : […] La question de la chronologie s’avère particulièrement délicate pour le xix e  siècle, premier siècle à se nommer et à se considérer comme une unité : Études de mœurs au XIX e  siècle (Honoré de Balzac, 1833) ou La Confession d’un enfant du siècle (Alfred de Musset, 1836). Faut-il le contenir entre 1800 et 1900 ou, par exemple, entre le Génie du christianisme de François-René de Chateaubriand p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chatiments/