SCRIBE EUGÈNE (1791-1861)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un marchand drapier de la rue Saint-Denis, Eugène Scribe ne vient au théâtre que par goût du vaudeville, qui le détourne d'une carrière d'avocat où le poussent ses parents. Il débute au théâtre des Variétés avec une piécette qui ne recueille aucun succès, Le Prétendu sans le savoir ou l'Occasion fait le larron (1810). Il reste dans l'anonymat jusqu'en 1815, date à laquelle il fait représenter Une nuit de la garde nationale. Aidé par la rente qui lui est versée après la mort de ses parents, il parvient à force d'écrire à déceler ce qui plaît au public et peut alors fabriquer des succès. Ainsi paraissent de petites pièces alertes et débordantes de vie qui firent la gloire du vaudeville et surtout du Gymnase : Le Solliciteur (1817), Les Deux Précepteurs (1817), L'Ours et le Pacha (1820), Michel et Christine (1820), Le Secrétaire et le Cuisinier (1821), Le Ménage de garçon (1821), Le Nouveau Pourceaugnac (1822), La Veuve du Malabar (1822), L'Héritière (1823), Les Premières Amours (1825), Le Diplomate (1827). Fournisseur attitré du Gymnase, dont le répertoire passe pour être l'idéal dramatique durant la seconde période de la Restauration, il devient celui de presque tous les théâtres de Paris et s'essaie à tous les genres. Il tente d'écrire des comédies de mœurs pour le Théâtre-Français : Le Mariage de raison (1826), Le Mariage d'argent (1827), mais ses admirateurs préfèrent ses vaudevilles. En même temps, il remporte ses plus grands succès à l'Opéra-Comique et au Grand Opéra avec Fra Diavolo (1830), Le Philtre (1830), Robert le Diable (1831), La Juive (1835), Les Huguenots (1836), L'Ambassadrice (1836). Bertrand et Raton (1833) inaugure une manière de comédie qui puise l'intrigue dans la politique et l'anecdote dans l'histoire : Les Ambitieux (1834), La Camaraderie (1836), Les Indépendants (1837), La Calomnie (1840), Le Verre d'eau (1840).

La seconde partie de la carrière de Scribe est tout aussi remplie et triomphale que la première : [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCRIBE EUGÈNE (1791-1861)  » est également traité dans :

AUBER DANIEL FRANÇOIS ESPRIT (1782-1871)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 261 mots

Élève de Cherubini, directeur, après son maître, du Conservatoire, entre 1842 et 1871 (date à laquelle Ambroise Thomas lui succédera), maître de chapelle de Napoléon III, Auber est le dernier grand représentant de l'opéra-comique français, tel que l'avaient conçu Philidor, Monsigny et Grétry. Spirituel et brillant, génie facile (trente-sept opéras-comiques, plus dix grands opéras), il a, sinon la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-francois-esprit-auber/#i_2814

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « L'argent, le bourgeois, le parvenu »  : […] Le Boulevard ne pouvait ignorer l'argent ; il lui était soumis. Il se devait aussi de faire une large place, sur sa scène, aux commerçants, petits ou gros, aux bourgeois, aux rentiers : ils étaient ses clients... Le petit commerçant, on l'y trouve installé dès l'origine. Déjà, les théâtres de la foire mettaient volontiers en scène des boutiquiers en leurs échoppes. En 1767, une farce parodique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_2814

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La chanson et les autres arts »  : […] Ces fluctuations sémantiques rendent plus ou moins compte, en fait, de fluctuations plus profondes : c'est la place de la chanson dans l'ensemble des modes d'expression qui est ici en jeu, place que l'on analysera du point de vue de la conscience qu'en eurent les époques successives. Une civilisation se définit, en son temps, par la façon dont elle s'analyse elle-même (ce que l'on pourrait appeler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_2814

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge bourgeois »  : […] Avec l'avènement progressif de la bourgeoisie au xix e siècle, les problèmes de la comédie vont se trouver posés en termes nouveaux. À la nouvelle classe prédominante le théâtre va proposer des images où elle puisse se reconnaître sans s'effaroucher et trouver un divertissement qui ne mette pas en cause sa vision du monde. Le formalisme littérai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_2814

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Des collaborations fécondes »  : […] Si elle est jalonnée de querelles entre compositeurs et librettistes, l'histoire de l'opéra est tout aussi riche en collaborations fameuses : celles de Lully et Quinault, de Mozart et Da Ponte (sur laquelle nous n'avons guère de documents), celles encore de Puccini avec Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, d'Offenbach avec Henri Meilhac et Ludovic Halévy, voire de Gounod avec Jules Barbier et Michel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livret-musique/#i_2814

MEYERBEER JAKOB LIEBMANN BEER dit GIACOMO (1791-1864)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 419 mots
  •  • 1 média

Compositeur allemand né à Vogelsdorf, près de Berlin, et mort à Paris. Principal représentant en France du « grand opéra » du milieu du xix e  siècle, Jakob Meyerbeer se produit comme pianiste dès l'âge de neuf ans, et suit l'enseignement d'un élève de Clementi, puis de Zelter, et enfin de l'abbé Vogler à Darmstadt (1810-1812), où il a comme disci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meyerbeer-jakob-liebmann-beer-dit-giacomo/#i_2814

VAUDEVILLE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 952 mots

A l'origine, au xv e  siècle, le vaudeville, ou vaudevire, du nom du lieu où il a pris naissance, est une chanson gaie et maligne. Jusqu'à la fin du xviii e  siècle, moment où il se fond avec le courant de la chanson française, le vaudeville se présente sous deux aspects : un aspect satirique insp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaudeville/#i_2814

VERDI GIUSEPPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 754 mots
  •  • 37 médias

1813 Giuseppe Fortunino Francesco Verdi naît à Le Roncole, un petit village près de Busseto, dans la province de Parme, alors département de l'Empire français, le 9 ou le 10 octobre. 9 mars 1842 Après le succès d' Oberto, Conte di San Bonifacio (Scala de Milan, 17 novembre 1839) et le fiasco d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verdi-reperes-chronologiques/#i_2814

Pour citer l’article

Hélène LACAS, « SCRIBE EUGÈNE - (1791-1861) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-scribe/