BERNSTEIN LEONARD (1918-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Leonard Bernstein

Leonard Bernstein
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

West Side Story à l'Orpheum Theatre de San Francisco en 2010

West Side Story à l'Orpheum Theatre de San Francisco en 2010
Crédits : SHNSF

photographie

Sur les quais, E. Kazan

Sur les quais, E. Kazan
Crédits : Hulton Getty

photographie


Éclectique et indépendant

Le compositeur est aussi éclectique que l'interprète : Bernstein refusera d'adhérer à la moindre école et s'illustrera dans des genres aussi différents que la musique de films, la comédie musicale, la mélodie ou les grandes formes classiques. Sa première œuvre importante, la Sonate pour clarinette et piano (1942), fait partie du répertoire de base de l'instrument. Ses trois symphonies révèlent ses sources d'inspiration : la première, pour mezzo-soprano et orchestre, sous-titrée « Jeremiah » (1942), obtient un prix de la critique new-yorkaise en 1944 ; la Deuxième Symphonie « The Age of Anxiety », pour piano et orchestre, d'après W. H. Auden (1949, rév. 1965), brosse un panorama d'ensemble des moyens d'expression musicaux alors en vigueur ; la Troisième Symphonie « Kaddish » (1963, rév. 1977), hommage à 1'Orchestre philharmonique d'Israël, puise ses sources dans les textes de la religion hébraïque. Le Banquet de Platon lui inspire la Sérénade pour violon, qu'il dédie à Isaac Stern (1954). Sa musique religieuse révèle un homme préoccupé d'œcuménisme et de mysticisme mais qui ne renonce jamais à un sens théâtral inné, jugé parfois blasphématoire : Chichester Psalms (1965), Messe (pour l'inauguration du John F. Kennedy Center for the Performing Arts de Washington, 1971), dont il tire les Three Meditations from Mass pour violoncelle et orchestre (1977) à l'intention de Mstislav Rostropovitch.

Pour la scène, Bernstein écrit un ballet sur une chorégraphie de Jerome Robbins, Fancy Free (1944), dont découle sa première comédie musicale, On the Town, sur un livret de Betty Comden et Adolph Green, créée le 13 décembre 1944 au Colonial Theater de Boston. Toujours dans le domaine de la comédie musicale, il compose Wonderful Town, toujours avec Betty Comden et Adolph Green (1953), Candide, d'après le conte de Voltaire (1956) – dont 1'ouverture a fait le tour du monde et qu'il r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  BERNSTEIN LEONARD (1918-1990)  » est également traité dans :

COMDEN BETTY (1917-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 245 mots

Parolière, librettiste, comédienne et chanteuse américaine. Elle a, durant six décennies, collaboré avec Adolph Green, constituant le célèbre tandem Comden and Green. En 1939, Green, Betty Comden, Judy Holliday et deux amis forment un groupe satirique, les Revuers, qui se produit au Village Vanguard, à Manhattan. Un jeune pianiste, le jeune Leonard Bernstein, les rejoint. Le succès de son balle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/betty-comden/#i_89748

COMÉDIE MUSICALE

  • Écrit par 
  • Laurent VALIÈRE
  •  • 6 023 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « 1943-1964 : l'âge d'or du musical »  : […] En 1943, Richard Rodgers et Oscar Hammerstein, II offrent à la comédie musicale son premier grand succès populaire, Oklahoma ! , créé le 31 mars au St. James Theatre de New York . Ancrée dans l'Amérique profonde, l'œuvre, qui restera plus de cinq années consécutives à l'affiche, mêle thèmes sentimentaux et historiques ; les ballets révolutionnaires de la chorégraphe Agnes De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-musicale/#i_89748

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • André GAUTHIER
  •  • 3 962 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Modernisme et tradition »  : […] Aaron Copland (1900-1990) a su garder à son œuvre le caractère qu'il lui souhaitait dès le début de sa carrière, celui d'être immédiatement reconnue comme américaine. Il s'y employa avec un bel éclectisme, tant dans les genres musicaux – le léger côtoyant le sublime – que dans une syntaxe qui sut passer allègrement du modernisme à l'académisme néo-classique. Le style cosmopolite qui fut le sien à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-musique/#i_89748

NEW YORK ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 135 mots
  •  • 4 médias

Doyen des grands orchestres symphoniques américains, l'Orchestre philharmonique de New York (New York Philharmonic) résulte de la fusion, en 1928, de l'Orchestre philharmonique et de l'Orchestre symphonique de New York. La Philharmonic Symphony Society voit le jour en 1842 sous forme d'une coopérative de musiciens. Son premier véritable chef permanent est Theodor Eisfeld (1856-1866), qui partage p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-philharmonique-de-new-york/#i_89748

OZAWA SEIJI (1935- )

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 796 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Tōkyō à Vienne »  : […] Seiji Ozawa naît à Hoten (anciennement Moukden, aujourd'hui Shenyang), en Mandchourie, le 1 er  septembre 1935, d'un père bouddhiste et d'une mère presbytérienne. Il reçoit une éducation chrétienne qui le met en contact avec la musique religieuse occidentale. C'est l'époque de l'occupation japonaise en Mandchourie. En 1941, sa famille retourne au Japon. Il commence à étudi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seiji-ozawa/#i_89748

ROBBINS JEROME RABINOWITZ dit JEROME (1918-1998)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 875 mots
  •  • 2 médias

Danseur et chorégraphe américain. De son vrai nom Rabinowitz, le futur Jerome Robbins naît le 11 octobre 1918 à New York. Après avoir suivi des études de danse (classique, moderne, orientale, espagnole), de musique (piano et violon) et d'art théâtral, il fait ses débuts d'acteur avec le Yiddish Art Theatre (1937) puis joue dans des comédies musicales, un domaine qui lui sera aussi familier que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robbins-jerome-rabinowitz-dit-jerome/#i_89748

WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une chorégraphie enflammée »  : […] Manhattan, montré en vues aériennes d'une manière sublime dans l'ouverture conçue par le graphiste Saul Bass, est une des vedettes de ce film, qui utilise admirablement les immeubles, les terrains de jeu à grillages, et les « escaliers de secours » anti-incendies. Après ce début, on ne sort jamais du quartier populaire, filmé sur place, ou reconstitué en studio. Les dialogues et les « lyrics » (pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-side-story/#i_89748

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « BERNSTEIN LEONARD - (1918-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-bernstein/