IVES CHARLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Il existe un grand homme vivant dans ce pays, un compositeur. Il a résolu le problème de se préserver lui-même et d'apprendre. Il répond à la négligence par le mépris. Il n'est forcé d'accepter ni la louange ni le blâme ; son nom est Ives » (Arnold Schönberg).

L'importance de l'œuvre de Ives est considérable. Ce soi-disant amateur, ce père de la musique américaine fut longtemps un inconnu pour le plus grand nombre des mélomanes, formés à l'école européenne de Stravinski, Debussy ou Schönberg. En lui se sont combinés les gestes fondamentaux de la création musicale : écoute du monde sonore environnant, réalisation artisanale de l'œuvre, expérimentation de formes et de situations nouvelles, construction d'un univers sans précédent. En tissant pêle-mêle son écheveau, Ives a montré à la musique du xxe siècle que la nouveauté ne prenait pas obligatoirement le chemin de la réflexion critique et historique ou celui de la constitution d'une syntaxe, comme l'avaient laissé supposer les patients novateurs de l'école de Vienne. Ives unit le génie créateur d'un « compositeur du dimanche », qui ne craint aucune audace, à la rigoureuse discipline exigée par la composition. Bien qu'ayant une solide formation musicale, il fait figure de self-made man, en ce qu'il n'a obéi à aucun modèle venu d'Europe, ni à aucune mode de cette jeune nation, les États-Unis d'Amérique des premières années du xxe siècle.

Avant Charles Ives, il n'existait pas véritablement de musique classique américaine. Le paysage sonore des jeunes États-Unis d'Amérique se partageait entre des mélodies de salon de Stephen Collins Foster, héritières des romances romantiques en vogue en Europe, de nombreux airs à danser, de la musique militaire, des hymnes d'église, de la musique populaire noire. Toute importation européenne était saluée par la haute société qui se pressait pour aller écouter les solistes de passage.

Expériences et découvertes

Charles Edward Ives est né le 20 octobre 1874, à Danbury, dans le Connecticut. Son père, George, qui fut son principal professeur, était célèbre dans la région pour ses qualités de chef de fanfare. Sa grand-mère chantait dans le chœur de l'église de Danbury. Ces détails sont importants, car Ives fera constamment référence aux cantiques d'église et aux airs militaires dans son œuvre. Dès l'âge de quatorze ans, il est organiste à la Second Congregational Church de Danbury, activité qu'il poursuit à Yale pendant ses quatre années d'études. Comme organiste, et comme compositeur, Ives fait scandale, avec sa fâcheuse habitude d'improviser en superposant différentes tonalités ou en recherchant les sonorités les plus saugrenues (Variations on « America »). Ainsi, le jeune compositeur découvre-t-il la polytonalité avant Milhaud en accompagnant des mélodies dans des tonalités contradictoires, la polyrythmie avant Stravinski en superposant des figures rythmiques complexes, la spatialisation du son avant Stockhausen sous l'influence de son père, qui allait écouter du haut du clocher de l'église deux fanfares se rejoignant au milieu de la bourgade. Ces expériences d'un monde sonore inhabituel se retrouvent dans son œuvre. À la mort de son père, Ives étudie à l'université de Yale les techniques d'écriture avec Horatio Parker et acquiert le métier nécessaire à tout compositeur.

De cette période de jeunesse datent les Variations on « America », variations polytonales sur un chant patriotique, la Première Symphonie, diverses pièces pour ensembles instrumentaux et des mélodies.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IVES CHARLES (1874-1954)  » est également traité dans :

IVES CHARLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 592 mots

20 octobre 1874 Charles Edward Ives naît à Danbury, dans le Connecticut. Son père lui transmet son goût pour la liberté dans la création et le convainc qu'il n'existe pas de règles en musique et que tout l'univers des sons est ouvert à l'exploration.17 février 1892 Les Variations on « America », pour orgue, composées en 1891 et […] Lire la suite

DEUXIÈME SONATE POUR PIANO "CONCORD, MASS., 1840-60" (C. Ives)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 249 mots

Publiée par Charles Ives en 1920, la Deuxième Sonate pour piano constitue un défi à l'académisme ; on y trouve en effet toutes les innovations qui jalonnent la musique du xxe siècle : atonalité et polytonal […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • André GAUTHIER
  •  • 3 964 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Aux sources de la musique américaine »  : […] Deux personnalités américaines hors du commun sont à l'origine des musiques « savantes » des États-Unis : Charles Ives (1874-1954) et Henry Cowell (1897-1965) ont en effet, afin d'élaborer leur œuvre, rejeté des pans entiers de la tradition européenne, tout particulièrement l'influence germanique qui prévalait au début de leurs périodes créatrices. Charles Ives peut être considéré comme le premie […] Lire la suite

VENT INSTRUMENTS À

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 6 496 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les trombones »  : […] Le trombone (cf. la sacqueboute dotée d'une coulisse dès le ix e  siècle) fut fort employé à l'époque de la grande polyphonie de la Renaissance. Dans les messes, motets, madrigaux, il entre en formation avec cornets et trompettes (Monteverdi, Sonata da chiesa , 1610). Bach l'utilise à deux, trois ou quatre parties dans plusieurs cantates. Gluck en compte trois dans Alceste (1767) et Iphigénie en […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier BERNAGER, « IVES CHARLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ives/