FOUCAULT LÉON (1819-1868)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ses travaux en mécanique

La théorie ondulatoire de la lumière repose sur la notion d’éther, incontournable à cette époque. De même que l’air est le support des ondes sonores, l’éther était supposé être celui des ondes lumineuses. C’est par ce biais que cette théorie pose aussi des problèmes de mécanique, notamment celui de la mise en évidence du mouvement de la Terre par rapport à l’éther. Par ailleurs, les travaux de Gustave Coriolis, au début des années 1830, mettent en évidence la nécessité d’introduire en mécanique une classe de référentiels désignés aujourd’hui sous le nom de référentiels galiléens. C’est dans ce cadre théorique que Foucault est amené à inventer une expérience susceptible de mettre en évidence le mouvement de rotation de la Terre sur elle-même dans ce genre de référentiel. En 1851, après avoir mené l’expérience dans la cave de son logement puis dans la salle du méridien de l’Observatoire de Paris (aujourd’hui salle Cassini), il est autorisé à proposer une démonstration spectaculaire (encore visible de nos jours) à l’aide d’un pendule long de 67 mètres suspendu sous la coupole du Panthéon, montrant ainsi de manière flagrante que le plan d’oscillation du pendule (qui, selon le principe d’inertie, oscille toujours dans le même plan d’un référentiel galiléen) subit une lente rotation, celle-là même qui coïncide avec le mouvement de rotation de la Terre dans le référentiel héliocentrique. Dans le même registre, il invente l’année suivante le gyroscope, appareil muni d’une masse en rotation dont l’axe de rotation est libre de s’orienter selon n’importe quelle direction. On constate qu’une fois le mouvement de rotation communiqué à la masse, l’orientation de son axe demeure le même dans un référentiel galiléen, quel que soit le mouvement donné à l’appareil. Comme le pendule de Foucault, un gyroscope permet de voir tourner la Terre. Aujourd’hui, chaque satellite est équipé d’un gyroscope, permettant de connaître avec précision son orientation dans l’espace.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en épistémologie de l'université Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  FOUCAULT LÉON (1819-1868)  » est également traité dans :

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « 1900-1950 : les débuts de l'astronomie contemporaine »  : […] Il est quelque peu arbitraire de faire commencer avec le xx e  siècle l'astronomie contemporaine et ses grands instruments. Les premiers grands télescopes sont bien antérieurs, puisque ceux de William Herschel datent de la fin du xviii e  siècle et que William Parsons (lord Rosse, 1800-1867) achèv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_14944

GYROSCOPES & GYROMÈTRES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RADIX
  •  • 3 459 mots
  •  • 5 médias

En 1852, Léon Foucault inventa un appareillage mécanique susceptible de mettre en évidence certains effets de la rotation de la Terre, et qu'il baptisa pour cette raison gyroscope . L'élément principal en était le rotor, corps solide de révolution tournant à grande vitesse autour de son axe, ce dernier conservant une certaine liberté cinématique, fonction de l'expérience à r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyroscopes-et-gyrometres/#i_14944

MÉCANIQUE - Histoire de la mécanique

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 6 180 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La mécanique classique »  : […] On peut appeler classique la mécanique issue des grandes œuvres ci-dessus évoquées. C'est elle qui jusqu'à une époque toute récente faisait le fond de l'enseignement. Telle qu'elle s'enseignait cependant, elle résultait encore d'une maturation étendue sur l'ensemble du xviii e et du xix e  siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-histoire-de-la-mecanique/#i_14944

OBSERVATOIRE DE PARIS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 1 395 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les timides débuts de l’astrophysique et la diffusion de l’heure »  : […] Arago travaille avec les physiciens, et notamment avec Fresnel qu’il invite à l’Observatoire. Il s’intéresse à la nature des astres et montre que le Soleil et les étoiles sont faits d’un gaz incandescent, créant ainsi l’astrophysique. Il renouvelle l’instrumentation en faisant construire la grande lunette et sa coupole, toujours visible sur la terrasse du bâtiment. Il met Urbain Le Verrier sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/observatoire-de-paris/#i_14944

Voir aussi

Pour citer l’article

Cyril VERDET, « FOUCAULT LÉON - (1819-1868) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-foucault/