LÉGALITÉ DES DÉLITS & DES PEINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le principe de la légalité des délits et des peines est la garantie fondamentale des droits de la personne devant les juridictions répressives. Il s'énonce par l'adage nullum crimen, nulla poena sine lege : il n'y a pas de crime, il n'y a pas de peine sans une loi qui les prévoie. Énoncé dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, ce principe se retrouve dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans la Constitution du 4 octobre 1958 qui y renvoie. L'article 4 de l'ancien Code pénal français disposait lui-même : « Nulle contravention, nul délit, nul crime ne peuvent être punis des peines qui n'étaient pas prononcées par la loi avant qu'ils fussent commis. » L'article 111-3 du Code de 1993 reformule le même principe : « Nul ne peut être puni pour un crime ou pour un délit dont les éléments ne sont pas définis par la loi, ou pour une contravention dont les éléments ne sont pas définis par le règlement. » Le principe de la légalité appelle un certain nombre de précisions : le terme loi est un terme générique qui comprend aussi bien les lois proprement dites, c'est-à-dire votées par le pouvoir législatif, que les actes du pouvoir exécutif (décrets, ordonnances, arrêtés et décisions prises par le président de la République en vertu des pouvoirs conférés par l'art. 16 de la Constitution). Le principe de la légalité s'applique à l'incrimination des infractions, à celle de l'état dangereux et à celle des infractions politiques (haute trahison, atteintes à la sûreté de l'État). Par contre, il ne s'applique pas aux infractions disciplinaires.

Le principe de la légalité ne concerne pas seulement les incriminations ; il régit en effet aussi la détermination des peines et des mesures de sûreté : nulla poena sine lege. Appliqué aux peines, le principe de la légalité a été maintes fois battu en brèche : par les dictatures, dans le sens de l'atténuation des garanties attachées aux droits de la personne ; par le jeu des circonstances atténuantes ; par les pouvoirs impartis à l'administration, qui peut modifier une sanction prononcée par l'organe judiciaire, voire prononcer elle-même certaines sanctions administratives. Le principe de la légalité signifie encore, appliqué aux mesures de sûreté, que celles-ci doivent être subordonnées à la constatation préalable d'un état dangereux. La règle nullum crimen, nulla poena sine lege admet deux conséquences très importantes : les magistrats doivent interpréter la loi pénale de manière stricte ; les lois pénales ne rétroagissent pas.

La première conséquence est traditionnellement reprise dans le brocard latin : poenalia sunt restringenda, principe signifiant que, si le législateur a prévu telle peine pour telle infraction, ou la réunion de tels autres éléments pour constituer telle autre infraction, le tribunal ne peut pas passer outre à la volonté dudit législateur en interprétant largement, voire par analogie, la loi pénale ; ainsi, par exemple, le législateur a dû créer une loi spéciale pour incriminer les grivèleries et les filouteries qui ne rentraient ni dans le cadre du vol, ni dans celui de l'escroquerie, ni dans celui de l'abus de confiance. La règle connaît cependant des atténuations : lorsque la loi pénale est favorable au prévenu ou à l'accusé, la jurisprudence peut interpréter la loi de manière extensive. C'est ainsi que certains faits justificatifs ont acquis droit de cité malgré le silence de la loi à leur égard. Cette atténuation n'est cependant pas absolue, et l'on a vu des lois favorables à l'inculpé être interprétées de façon restrictive : ainsi, entre autres, les lois d'amnistie. De toute façon, il est un domaine où le juge possède un certain champ de manœuvre : lorsque la loi est obscure ou douteuse, il doit essayer d'en déceler le sens, de trouver la volonté du législateur et, si le doute subsiste, d'en faire profiter l'accusé.

Après l'interprétation restrictive de la loi pénale par le juge, la deuxième grande conséquence du principe de la légalité des délits et des peines consiste en la non-rétroactivit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉGALITÉ DES DÉLITS & DES PEINES  » est également traité dans :

DES DÉLITS ET DES PEINES (DEI DELITTI E DELLE PENE), Cesare Bonesana de Beccaria - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 018 mots

Dans le chapitre « Pour des peines humaines et socialement utiles »  : […] De facture minimaliste, ce livre de moins de deux cents pages contient un Avis au lecteur et une introduction pour ensuite se diviser, selon les éditions, en 42 ou 47 paragraphes qui mêlent, sans qu'il soit véritablement possible d'en dégager une progression organisée, la question des délits et des peines à des réflexions générales, des points de procédures et des considérations concernant la phil […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Stabilité du cadre napoléonien »  : […] En conciliant l'héritage de l'ancien droit – les techniques venues du droit romain ou du droit coutumier ainsi qu'un droit familial de type patriarcal en 1804 (incapacité de la femme mariée, puissance paternelle forte, statut inférieur des enfants illégitimes) – et certains principes révolutionnaires – comme l'absence de privilèges, la sécularisation du droit, le droit individuel de propriété déb […] Lire la suite

PÉNAL DROIT

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 7 094 mots

Dans le chapitre « La définition de l'interdit »  : […] Dans les traditions de droit écrit issues des droits romain et germanique, la loi est la seule source des incriminations et des peines, ce qui exclut la création d'infractions ou de peines par un juge. Cependant, l'opposition de ces traditions et du droit anglo-saxon n'est pas absolue. La définition de l'acte interdit, de la règle violée, et de la peine applicable, afin d'éviter l'arbitraire, a […] Lire la suite

Les derniers événements

7-25 février 2008 France. Adoption de la loi sur la rétention de sûreté

Le 21, le Conseil constitutionnel, saisi par les parlementaires socialistes, juge que la rétention de sûreté n'est « ni une peine ni une sanction » et ne contrevient donc pas aux principes de la légalité des délits et des peines, de la présomption d'innocence et de l'interdiction de toute détention arbitraire. Le Conseil censure en revanche, au nom du principe de non-rétroactivité de la loi, l'application immédiate de cette mesure à des criminels déjà condamnés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « LÉGALITÉ DES DÉLITS & DES PEINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/legalite-des-delits-et-des-peines/