LE SPLEEN DE PARIS, Charles BaudelaireFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Quel est celui de nous qui n'a pas, dans ses jours d'ambition, rêvé le miracle d'une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s'adapter aux mouvements lyriques de l'âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience ? » Cette phrase, extraite de la Préface du Spleen de Paris, éclaire le lecteur sur le principe qui régit la composition du second recueil de Baudelaire (1821-1867). C'est sous l'influence de Gaspard de la nuit (1842), poème en prose d'Aloysius Bertrand, qu'il entreprend ce projet qui doit être une description « de la vie moderne », d'« une vie moderne et plus abstraite », précise-t-il. Claude Pichois souligne que lorsque Baudelaire rédige sa Préface, il n'a pas encore publié Le Peintre de la vie moderne (1863), et que le projet du Spleen de Paris remonte à 1855, courant parallèlement à la rédaction de certains des poèmes des Fleurs du mal (1857) dont il offre parfois une seconde version (« La Chevelure », « Un hémisphère dans une chevelure », « Le Crépuscule du soir », « L'Invitation au voyage »). Les pièces du Spleen ont été publiées dès 1857, dans Le Présent, puis en 1861-1862 dans La Revue fantaisiste et La Presse. Le recueil a paru de manière posthume en 1869, deux ans après la mort de Baudelaire, grâce aux soins de son fidèle ami Asselineau et du poète Théodore de Banville.

Charles Baudelaire , Nadar

Charles Baudelaire , Nadar

Photographie

Félix Nadar, Charles Baudelaire au fauteuil, 1855, épreuve unique sur papier salé à partir d'un négatif détruit, 28 cm x 16,5 cm, musée d'Orsay, Paris. Portrait du poète, critique d'art et traducteur d'Edgar Poe, par le portraitiste de la bohème parisienne des années 1850. 

Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE SPLEEN DE PARIS, Charles Baudelaire  » est également traité dans :

LE SPLEEN CONTRE L'OUBLI. JUIN 1848 (D. Oehler) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 1 656 mots

Roland Barthes voyait dans la révolution de juin 1848 la fracture fondatrice de l' écriture . L'écriture, écrivait-il, « est le langage littéraire transformé par sa destination sociale, elle est la forme saisie dans son intention humaine et liée aux grandes crises de l'histoire ». 1848, en sonnant le glas de l'universalité de l'« idéologie bourgeoise », aurait marqué pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-spleen-contre-l-oubli-juin-1848/#i_25257

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 796 mots

Dans le chapitre « L’essor du lyrisme poétique  »  : […] La poésie connaît au xix e  siècle une paradoxale mutation. Dominante dans les belles-lettres au début du siècle, elle voit son champ se réduire à la poésie lyrique et délaisser les registres narratifs et épiques. Seul genre à perpétuer la domination du vers, elle connaît une invasion de la prose. Incapable de nourrir ceux qui lui vouent une dévo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xixe-s/#i_25257

Pour citer l’article

Jean-Didier WAGNEUR, « LE SPLEEN DE PARIS, Charles Baudelaire - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-spleen-de-paris/