PETIT CHAPERON ROUGE LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une jolie fillette ne se méfie pas du loup. Il la mange. Paradoxe : ce récit qui finit mal est le seul des Contes de ma mère l'Oye (1697) qui appartienne organiquement au répertoire de l'enfance. C'est qu'il relève de la catégorie des « contes d'avertissement », destinés à prévenir l'enfant des dangers qui le menacent hors de la maison.

Le conte porte le numéro 333 dans la classification internationale Aarne-Thompson, mais son héros animal a entraîné de nombreuses contaminations avec le conte no 25, Le Loup, la Chèvre et le Chevreau (La Fontaine, Fables, IV, 15) qui contient une situation similaire. Autre élaboration très célèbre : La Chèvre de M. Seguin, d'Alphonse Daudet, dans Les Lettres de mon moulin (1866). Les versions orales non influencées par l'imprimé présentent plusieurs motifs qui tombent peu à peu dans l'oubli : ainsi ces chemins des aiguilles et des épingles que le loup propose à l'enfant. Choix absurde qui est en réalité un jeu : dans un cas, on fait mine de piquer l'enfant, dans l'autre, de le pincer.

La version adaptée par les Perrault est relativement fidèle aux techniques de l'art populaire. Elle a gardé, par exemple, la célèbre formulette : « Tire la chevillette, la bobinette cherra », et aussi le dialogue haletant entre le loup et la fillette dans le lit de la mère-grand. Dans le manuscrit de 1695, découvert en 1953, à côté de la dernière réplique du loup, on trouve une notation de nature quasi ethnologique : « On prononce ces mots d'une voix forte pour faire peur à l'enfant comme si le loup l'allait manger. »

La couleur rouge du petit chaperon, qui a donné lieu à tant d'interprétations psychanalytiques, est une « broderie » due aux adaptateurs. On peut leur attribuer aussi quelques notations à la limite de la grivoiserie.

Dans Pierre et le Loup, version soviétique du conte, avec une musique de Sergheï Prokofiev, le héros épargne le loup, l'attache avec la corde pour l'emmener au jardin zoologique. Autre élaboration savante du récit : Les Contes du chat perché de Marcel Aymé (1936) qui présentent un loup amendé et protecteur des petites filles. Popularisé par le colportage, l'imagerie d'Épinal et les albums illustrés, le Petit Chaperon rouge sert aussi d'enseigne à d'innombrables magasins de bonneterie et de vêtements d'enfants.

—  Marc SORIANO

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification


Autres références

«  PETIT CHAPERON ROUGE LE  » est également traité dans :

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 800 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'horizon d'une attente »  : […] Le conte traditionnel est inséparable de la communauté dans laquelle il s'inscrit : « Ce qui est premier, écrit Max Lüthi, c'est le besoin intérieur du conte que ressentent ceux qui le créent, ceux qui le cultivent et ceux qui l'entendent. » À cette notion un peu vague de « besoin intérieur », on préférera celle de « fonction textuelle » (rôle joué par le texte dans le système social) et la typolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conte/#i_92745

CONTES DE MA MÈRE L'OYE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 813 mots

Au xvii e siècle, cette expression, comme celle de contes de Peau d'Âne, est synonyme de contes de fées. Le titre d'un conte particulièrement connu (ici, celui de Berthe au grand pied , autrement dit celui de La Reine Pédauque , pourvue, comme son nom l'indique, de pattes d'oie) sert de dénomination gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-ma-mere-l-oye/#i_92745

LORIOUX FÉLIX (1872-1964)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 717 mots

Né à Angers, Lorioux se forme à l'École des beaux-arts de Paris où son tempérament de flâneur dilettante (qui le fait hésiter entre peinture et musique) lui permet de découvrir l'Art nouveau international comme l'estampe japonaise. Une rencontre en 1910 avec les frères Draeger, imprimeurs spécialisés dans la publicité, le décide à se lancer dans le dessin publicitaire (grands magasins, automobiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-lorioux/#i_92745

PERRAULT CHARLES (1628-1703)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 1 764 mots

Dans le chapitre « Les « Contes » : leur succès et leurs problèmes »  : […] Charles Perrault est-il le créateur de la littérature pour la jeunesse, comme on le dit souvent ? Il faut noter d'abord qu'au xvii e  siècle les enfants ne constituent pas un public distinct ; la littérature enfantine n'est pas un genre attesté, sauf peut-être dans le secteur de l'art oral, où les contes d'avertissement, certaines histoires d'anim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-perrault/#i_92745

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « PETIT CHAPERON ROUGE LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-petit-chaperon-rouge/