DAUDET ALPHONSE (1840-1897)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier français, Alphonse Daudet est né à Nîmes dans une famille aisée. Cependant, à la suite de la ruine de son père, il doit abandonner ses études et, à dix-sept ans, il doit travailler comme répétiteur au collège d'Alès. Cette pénible expérience, menée pendant deux ans, constituera la matière autobiographique de son premier roman, Le Petit Chose (1868). En 1857, il rejoint pourtant à Paris son frère aîné Ernest et fait paraître l'année suivante ses vers de jeunesse, Les Amoureuses. Après que le duc de Morny l'eut pris comme secrétaire particulier, Alphonse Daudet s'essaya, avec un succès inégal, à divers genres littéraires : il écrivit des nouvelles et des contes, Le Roman du Chaperon rouge (1862), et subit plusieurs échecs au théâtre. Les Lettres de mon moulin (1869), qu'il écrivait en secret depuis longtemps, lui donnent brusquement la célébrité. Il y déploie un talent sûr de conteur provençal : ce sont des récits pleins d'une sensibilité, d'une vie et d'un humour qu'il accentuera peu après dans Tartarin de Tarascon (1872), caricature où apparaît déjà un réalisme plus outré. Avec Le Petit Chose, ces livres sont parmi les plus populaires de notre littérature, et sans doute le doivent-ils à leur verve et à leur aisance, qui n'empêchent pas l'observation psychologique de rester précise. Après la guerre de 1870, Daudet rapporte ses souvenirs dans les Contes du lundi (1873), tandis que son drame en trois actes inspiré des Lettres de mon moulin, L'Arlésienne (1872), pour lequel Bizet écrit la musique, suscite un triomphe. Mais Daudet s'oriente maintenant vers la littérature naturaliste : il entreprend un véritable travail de documentation, amasse quantité de notes, remplit des cahiers et des observations, notamment celles qu'il a pu faire lorsqu'il était secrétaire du duc de Morny, au début de sa carrière parisienne. Fromont jeune et Risler aîné (1874) est le premier roman où se repère cette évolution qui le rapproche de Zola ou des Goncourt. Dans Le Nabab (1877), il exploite sa connai [...]

Alphonse Daudet et sa fille Edmée, E. Carrière

Alphonse Daudet et sa fille Edmée, E. Carrière

Photographie

Eugène CARRIÈRE, Alphonse Daudet et sa fille Edmée, vers 1891. Huile sur toile, 90 cm × 116,5 cm. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université Columbia, États-Unis

Classification


Autres références

«  DAUDET ALPHONSE (1840-1897)  » est également traité dans :

LETTRES DE MON MOULIN, Alphonse Daudet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 090 mots
  •  • 1 média

Recueil de brefs récits d'Alphonse Daudet (1840-1897), les Lettres de mon moulin ont paru pour la première fois en volume chez Hetzel en 1869, puis, dans leur version définitive, en 1879, chez Lemerre. Plus qu'à ses nombreux autres livres, romans (Fromont jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-de-mon-moulin/#i_6307

ILLUSTRATION L'

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 688 mots

Revue hebdomadaire dont la carrière fut exceptionnellement longue (plus d'un siècle). Fondée en 1843 sur le modèle de l' Illustrated London News , L'Illustration s'est toujours située à l'avant-garde par sa présentation et ses méthodes d'impression, ses responsables n'hésitant pas à faire appel aux dernières innovations techniques. C'est ainsi qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-illustration/#i_6307

Pour citer l’article

Antoine COMPAGNON, « DAUDET ALPHONSE - (1840-1897) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-daudet/