LORIOUX FÉLIX (1872-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Angers, Lorioux se forme à l'École des beaux-arts de Paris où son tempérament de flâneur dilettante (qui le fait hésiter entre peinture et musique) lui permet de découvrir l'Art nouveau international comme l'estampe japonaise. Une rencontre en 1910 avec les frères Draeger, imprimeurs spécialisés dans la publicité, le décide à se lancer dans le dessin publicitaire (grands magasins, automobiles Brazier, Citroën...) tout en collaborant à la presse illustrée (La Gazette du bon ton) et enfantine : il illustre pour Mon Journal des contes édités ensuite par Hachette en volumes (Contes merveilleux, 1916 ; Le Roman de Renart, 1925). Ces pages en couleurs aux formes exubérantes attestent l'influence de Kay Nielsen mais aussi de Rackham dans le recours aux ombres chinoises. Il donne sa mesure de dessinateur dans les deux volumes des Contes de Perrault (1926) : il y déploie un merveilleux gai et fantaisiste où son expérience de publicitaire lui suggère des trouvailles (larges yeux jaunes, énorme langue rouge du loup, moustaches et queue lucifériennes du chat botté). Il peuple ses compositions d'une foule de comparses secondaires, bestioles sympathiques à poil et à plume. En coloriste affirmé, Lorioux fait chanter sa palette, juxtapose du rouge, du jaune, du mauve et de l'orange, ne craint pas le bleu tendre et le rose, crée un climat de fête. D'autres « albums Lorioux » suivent : l'évocation superbe du naufrage dans Robinson Crusoé (1930) avoue un hommage à la vague d'Hokusai tandis que l'hymne à la nature édénique est célébré par des teintes lumineuses et des compositions pleines de longues diagonales incurvées.

Car chez Lorioux la forme n'est jamais sobre (à l'inverse de son contemporain Hellé) : le graphisme sûr et précis exacerbe la courbe, multiplie le détail, emplit la page d'éléments secondaires. La prolifération des fleurs et des insectes, badauds de l'action, décrits avec amour par l'ornemaniste qu'est Lorioux, marque son goût de bon artisan pour l'anecdot [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Laura NOESSER, « LORIOUX FÉLIX - (1872-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-lorioux/