Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LE MONDE COMME VOLONTÉ ET COMME REPRÉSENTATION, Arthur Schopenhauer Fiche de lecture

L’expérience esthétique

À ce monde apparent et illusoire auquel la catégorie de causalité sert d’armature métaphysique, il faut opposer le monde comme volonté. « La volonté est la substance de l’homme, l’intellect en est l’accident. » Considéré hors du principe de raison (objet du troisième livre), le monde de la représentation est pur objet de contemplation esthétique. Une contemplation désintéressée, échappant à la discursivité abstraite de la représentation courante, et dont les artistes, grâce à leur génie, offrent l’expérience. « L’artiste nous prête ses yeux pour regarder le monde », c’est-à-dire « l’essence des choses qui existent hors toutes relations ». La musique, art privilégié, nous permet de déchirer le « voile de Maya » des illusions et de pénétrer au seuil de la connaissance de soi, du « vouloir-vivre ».

C’est cette connaissance qui fait l’objet du quatrième livre. Connaissance débarrassée de toute illusion, prête à avouer que « la souffrance est le fond de toute vie », elle doit ou abdiquer et persévérer « entre souffrance et ennui » dans le cycle infernal du quotidien, ou « s’affirmer puis se nier ». Cette alternative est laissée au libre choix de l’individu, aucune raison supérieure n’étant là pour le guider. Le livre s’achève sur ces phrases : « Pour ceux que la Volonté anime encore, ce qui reste après la suppression totale de la Volonté, c’est effectivement le néant. Mais, à l’inverse, pour ceux qui ont converti et aboli la Volonté, c’est notre monde actuel, ce monde si réel avec ses soleils et toutes ses voies lactées, qui est le néant. »

Le pessimisme de Schopenhauer (le maximum de causes produisant le minimum d’effets) répond à l’optimisme de Leibniz (un minimum de causes pour un maximum d’effets). La leçon aura su retenir l’attention d’esprits aussi divers que Wagner, Nietzsche qui, après avoir salué dans sa Troisième considération inactuelle : Schopenhauer éducateur l’audace du penseur solitaire, ne cessera de combattre le nihilisme dont il aurait été le meilleur soutien, Bergson, Freud qui dira lui devoir beaucoup, Adorno et nombre d’écrivains, parmi lesquels Thomas Mann et, en France, Huysmans, Proust, Beckett, Cioran.

— Francis WYBRANDS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Schopenhauer

Schopenhauer

Autres références

  • INCONSCIENT (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 276 mots
    Dans l’ouvrage essentiel qu’il n’a cessé d’écrire et de réécrire,Le Monde comme volonté et comme représentation (première édition en 1818), Schopenhauer bâtit une métaphysique qui a pour ambition de nous ouvrir les portes du monde « en soi », celui précisément qu’Emmanuel Kant (1724-1804)...
  • LA NAISSANCE DE LA TRAGÉDIE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

    • Écrit par Jacques LE RIDER
    • 1 209 mots
    Fidèle à l'inspiration de Schopenhauer, dont il avait eu la révélation en 1865, à Leipzig, en lisant Le Monde comme volonté et comme représentation, Nietzsche interprétait l'art comme la seule justification de l'existence et du monde. Mais chez Schopenhauer, l'art est un remède aux souffrances...
  • SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

    • Écrit par Jean LEFRANC
    • 3 160 mots
    • 1 média
    Dans le plan général du Monde comme volonté et comme représentation, la contemplation est présentée comme une étape vers l'abolition du vouloir-vivre. Mais le salut par la gnose n'est accessible qu'à quelques saints, au nombre desquels Schopenhauer ne s'est pas compté lui-même. La contemplation...
  • VIVANT (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 2 934 mots
    ...xixe siècle, ce que Rémy Chauvin nomme « orientation » a pris le nom de « Volonté ». Telle fut la thèse révolutionnaire développée par Arthur Schopenhauer (1788-1860) dans Le Monde comme volonté et comme représentation (1819-1859). « Nous savons en effet que l’animal veut, nous...

Voir aussi